Archive pour 1 mars, 2007

Engager un chanteur engagé. (Et réciproquement…)

Vous, je ne sais pas, mais moi, si…

C’est avec une certaine gravité, comme seules les gravités peuvent être graves lorsqu’elles ont vraiment décidé d’être graves, que je voudrais m’adresser plus particulièrement à Mme la récemment nommée Directrice des affaires culturelles de la mairie de Montereau.

Oui, Mme la Directrice des affaires culturelles, je me dois de vous informer que lors du prochain festival de Montereau, vous avez sans le savoir programmé sur scène un révolutionnaire et dangereux artiste, un chanteur gauchiste peut-être même trotskyste-léniniste qui ferait passer le presque feu Fidel Castro pour un aimable joueur de zanzi.

Je ne parle pas, bien évidemment, de Doc Gynéco, devenu il y a peu caution intellectuelle officielle de l’UMP, et qui s’est déclaré ravi de venir chanter… pardon… et qui s’est déclaré ravi de venir murmurer lymphatiquement son important message politico-existentiel sur le parc des Noues en ces termes : « Ouais, c’est trop cool, sur le parc, y’a plein d’herbe… »

Mme la Directrice, sans vouloir céder à cette tradition qui revient en force qu’est la délation, je me dois pourtant de dénoncer dans les quelques lignes qui suivent ce redoutable activiste qu’est… Michel DELPECH !

J’entends déjà des cris à la fois d’orfraie et d’effroi…
Quoi ! le fier promoteur de ce beau département qu’est le Loir-et-Cher lutterait ouvrièrement et serait un partisan caché d’Arlette LAGUILLER ? Que non pas !
Comment ! Celui qui vantait Laurette et comme c’était bien chez elle, aurait une relation privilégiée avec le sous-commandant Marcos, et lui aurait promis son appui pour devenir un jour commandant tout court et à part entière ? Nenni !
Horreur ! Celui qui aurait fait naguère n’importe quoi pour flirter avec toi vendrait-il hebdomadairement sur son marché l’Humanité-dimanche ?
Non, non, décidément non !
C’est bien pire encore !

En 1974, dans son célèbre album intitulé « Les divorcés », (oui, cela ne nous rajeunit pas, désormais fidèle lecteur…), dans cet album-là, Michel DELPECH avait commis une dangereuse chanson à la fois avant-gardiste, visionnaire et prémonitoire.
L’une de ces chansons qui, après l’avoir écoutée, vous inspire le commentaire suivant : « On ne pourra pas dire qu’on ne savait pas ! »

Allez, j’arrête de vous faire lanterner, et je vous livre le titre de cette œuvre magistrale :

« Ce fou de Nicolas »

Que la suite des évènements vous soit propice et néanmoins faste.

Votre dévoué HOU

___________________________________________________________________________________

PARTI SOCIALISTE |
Le blog du Parti communiste... |
ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pnogues
| Sarkozy président
| Sondages, non merci !