Contribution directe

Aujourd’hui, je vous propose un texte de Claudine GAZANION, militante socialiste monterelaise, et qui m’a fait parvenir ce triste constat.

—————

Les suites des privatisations EDF – GDF – La Poste.

Malheur à ceux qui ont du mal à payer les factures, surtout ceux qui habitent à Surville.

En effet, ils ne peuvent plus descendre en ville basse à l’agence EDF, pour régler en plusieurs fois, que ce soit en espèces ou par chèque, car il n’y a plus de caisse, mais simplement un bureau de renseignements.

Et qui plus est, ce bureau de renseignements n’est pas ouvert tous les jours : il est ouvert tel jour pour l’électricité, tel autre pour le gaz !

A chaque fois, on trouve une grande file d’attente, car auparavant, il y avait deux bureaux d’accueil au lieu d’un seul. Et là, on vous dit :

« Vous allez régler à la poste, par mandat-compte, la somme que vous pouvez payer. »

Je rappelle que les bureaux d’EDF sont situés vers la gare, et ceux de la poste vers l’église…

Ensuite, vous devez rapporter le récépissé du mandat EDF, après avoir attendu dans une file d’attente encore plus grande à la Poste (c’est comme ça tous les jours…), et vous devez recommencer une nouvelle fois à EDF.

C’est ainsi que vous pouvez passer une bonne demi-journée à réaliser cette démarche, après avoir dû bien évidemment attendre et payer le car si personne ne peut vous accompagner.

————————————

Je ne sais pas ce que vous en pensez mais ce témoignage de Claudine (et on sent bien que c’est du vécu) montre bien, s’il en était encore besoin, les conséquences sur la vie de tous les jours des privatisations de nos services publics, et notamment sur la vie des personnes les plus exposées (personnes âgées, situations de précarité, etc, etc…)

A qui le tour ?

——————————————————————————————————-

 


5 commentaires

  1. Eponyme dit :

    En occupant le temps et les esprits avec des « riens », le système empêche le citoyen précarisé de penser donc de se révolter.

    Plus on est pauvre, plus la vie quotidiennne devient compliquée.

    En fait, la pauvreté est une atteinte directe à la liberté individuelle.

  2. Anonyme dit :

    Bientôt, c’est aux machines qu’on va se plaindre des problémes de la vie courante, plus de social, moins d’humanité, et plus de vie.
    A confluent habitat, c’est la même procédure, Il faut payer en chéque ou virement dans leurs locaux, en espéces, chéque et CB au trésor public qui se touve en ville-basse.

  3. MMK dit :

    le manque d’espoir et d’avenir sont aussi une atteinte à la dignité des Citoyens

  4. nora dit :

    Comment casser les pieds des gens qui sont pauvres, comment leur compliquer la vie, en leur reprochant apres de ne pas trouver du travail, en les culpabilisant d’être pauvre ou au RMI. A Montereau on a trouvé la solution !
    Une antenne en ville haute qui regrouperait tous les service publique avec des permanence, ça doit pas être si difficile à mettre en place !
    C’est vraiment dommage que les gens de Surville utilisent si peu leur bulletin de vote !!Ils le paient très cher !

  5. monesi dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec le constat de Claudine Gazanion. EDF-GDF Montereau n’a plus aucun pouvoir. Au reçu de ma dernière facture GDF, j’ai constaté que ma consommation « estimée » était beaucoup trop élevée. Je me suis donc rendue au bureau GDF Montereau pour rectification, et là,après une longue file d’attente, l’employée désolée m’a fait savoir qu’elle n’avait plus accès à ce genre de rectification. En colère de cet état de fait et comme je ne voulais pas accepter d’avancer de l’argent à GDF j’ai dû faire opposition sur le prélèvement de ma facture et cela m’a coûté 11? avec en plus un dérangement à ma banque et un courrier à GDF Lannion. Voilà où on en est avec EDF-GDF Montereau. Ils iront se plaindre quand nous irons à la concurrence comme c’est la cas aujourd’hui avec France Telecom.

PARTI SOCIALISTE |
Le blog du Parti communiste... |
ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pnogues
| Sarkozy président
| Sondages, non merci !