Examinateurs précoces

Vous, je ne sais pas, mais moi, si.

En lisant le compte-rendu du dernier et monterelais conseil municipal, je me suis aperçu soudain que la mode était décidément au dépistage précoce.

En effet, on nous annonce en page 47 des feuilles locales de la République de Seine-et-Marne N°7271, en date du 9 juillet dernier (les amateurs de précision se régalent…) une « action de dépistage et de prévention des troubles du langage et de la motricité chez les enfants des crèches et des maternelles de la ville », avec embauche simultanée d’une psychomotricienne et d’une orthophoniste.

C’est bien. Mais pourquoi donc s’arrêter en si bon chemin ?

Pourquoi se cantonner aux seules crèches et aux seules maternelles ? Car enfin, il faut prévoir le cas où cette action ne fonctionnerait pas à plein rendement…

Ne pourrait-on pas dépister les troubles de nos chères têtes blondes encore plus précocément, ne pourrait-on pas faire de la prévention beaucoup plus tôt ?

Pourquoi donc ne pas dépister au tout départ, c’est à dire aller repérer les déviances in utéro, dans le ventre de la future maman, alors que la tête blonde en question ne l’est peut-être pas encore, blonde !
Et que l’on ne vienne pas me dire qu’il est impossible de déceler d’éventuels troubles du comportement chez un foetus. Il suffirait tout simplement que ce dernier fût confronté à la célèbre batterie de tests cognitifs les plus pointus et les plus fiables de la psychiatrie française, une batterie de tests que le monde entier nous envie. Quelque part.

En diffusant en boucle à la maman les oeuvres complètes de Doc Gynéco ou Nolwen Leroy, le foetus ne se met pas à battre la mesure en affichant un sourire niais ? Allez hop ! Signalement !

A l’écoute de la Marseillaise chantée par Mireille Mathieu, le foetus ne se met pas au garde-à-vous ? Allez zou ! Rendez-vous pour vingt-quatre séances chez la psychomotricienne !

Mais je vous entends d’ici, lecteurs-internautes dédidément de peu de foi. Et si tout ceci ne fonctionnait pas non plus, vous entends-je gravement vous questionner, et si tout ceci ne suffisait pas ?

Qu’à cela ne tienne, il suffirait de s’y prendre encore plus tôt, dans la chaîne de la vie de chaque embryon.

Il suffirait de prévenir les risques dès la conception même du bébé.

En embauchant des techniciens hautement spécialisés, on vérifierait que la lumière est suffisament tamisée, que l’alcool ne coule pas trop à flot, que les seules vapeurs et fumées dans la chambre soient celles de bâtonnets d’encens, on s’assurerait que le kamasutra n’est pas trop mis à rude épreuve, que sais-je encore…

De plus, avec la multiplication prochaine quasi certaine des systèmes de surveillance électronique, il est permis d’envisager que dans le dossier de chaque enfant, en plus des échographies et de la vidéo de l’accouchement tournée par le papa, on trouve dorénavant en bonne place le film de la conception.

Et bien sûr, avec le développement concomitant de ce dépistage précoce, des télévisions câblées et de l’économie de marché, quelque chose me dit qu’on pourrait en tirer un peu d’argent.

Que la suite des événements vous soit propice et néanmoins faste.

Votre dévoué HOU

———————————————————————————————————-

 


6 commentaires

  1. Bucolique Frenetique dit :

    Cher Mr HOU, ne pensez- vous pas un peu trop brutal la diffusion de doc gynéco et nolwen à un foetus?
    On est proche de la maltraitance.
    Le risque d’ en faire un lobotomisé atrophié du bulbe que l’ on retrouverait parmi les sarkozistes bêlant n’ est pas négligeable, le pire du pire serait de le retrouver chroniqueur chez Ruquier, comme Steevie Boulet, pardon, Boulay.

  2. isis3v dit :

    j’ai donc lu cet article de « la république de Seine-et-Marne ».
    50 sujets à l’ordre du jour, mazette! et tous azimuts (et aussi sans débats , pourquoi ?)
    pourquoi cette agitation tout-à-coup, en juillet 2007?…
    Quant au dépistage des troubles du langage et de la motricité dans les maternelles et les crèches, il se trouve que j’ai jadis oeuvré dans ce domaine à Montereau.
    Voici mes remarques:
    pour combien de temps sont engagés ces professionnels?
    Je veux dire jusqu’à quand d’une part (action pérenne ?) et combien de temps à consacrer par enfant d’autre part?
    Pour quelles missions précises ?
    avec quel partenariat ? Quelles liaisons avec le personnel de l’éducation nationale et de la PMI ?
    Il se trouve en effet que ces dépistages sont effectués déjà par la PMI et la santé scolaire, avec cependant les difficultés inhérentes au manque de moyens et aux difficultés de recrutement des personnels.
    Au moins travaillent-ils en liaison avec les parents, le monde enseignant et celui des soins, et de façon suivie et pérenne.
    Par ailleurs une fois le dépistage effectué, il faut favoriser la remédiaton, ce qui est loin d’être évident, étant donné les inédaquations entre besoins et moyens mis par les autorités hospitalières actuelles en ce qui concerne l’orthophonie, la psychomotricité et le CMP.
    L’intention est louable, mais je voudrais connaître de plus près la réalisation ; s’agit-il d’un effet d’annonce ou d’une réelle action de santé publque ?

  3. Yves POEY dit :

    Chère Isis3v,

    Que de bonnes questions, que de remarques pertinentes…

    Moi, ce qui me frappe, c’est qu’on n’arrête pas de couper de bien des façons les vivres et les subsides à l’Education nationale, et qu’on remet toutes sortes de dispositifs autour, pour tenter de remédier à ce manque de moyens…

    Mais bien évidemment, je ne peux m’étendre sur ce sujet, tout du moins sur ce blog, où je me suis promis de ne pas établir de passerelles entre mon métier et cet espace de militantisme d’opposition.

    A bientôt, isis !

  4. nora dit :

    Au lieu de réinventer l’eau chaude, il faudrait simplement que dans les écoles , on mette enfin les infirmières, les médecins les assistantes sociales qui existaient auparavant.
    J’ai connu moi des infirmières scolaires qui pouvaient soigner les bobos, ou alerter les secours en cas de problème grave.
    Aujourd’hui dès qu’un enfant a un problème, deux solutions : si les parents ne peuvent pas venir le chercher tout de suite( et s’ils travaillent loin, c’est le cas), soit on appelle les pompiers, mais il faut que ce soit très grave, sinon ils ne se déplacent plus, soit il souffre et il attend !!
    Génial, quel progrès !!
    On peut toujours nous faire des tas d’effets d’annonce, la réalité c’est ça !!
    Je soupçonne d’ailleurs une bonne part des UMPistes de s’intéresser aux enfants (surtout dans les quartiers) uniquement pour pouvoir mieux détecter les futurs délinquants qu’ils pourraient devenir !!

  5. cyrus dit :

    monstrueuse expulsion ce matin : une mère accompagnée de ces cinq filles ont été jetées de leur appartement leurs affaires dans des sacs poubelles (la mère malade) c’est super la nouvelle politique m. le maire bravo !

  6. Anonyme dit :

    Hier aussi, je les ai vus à la tour moliére, prêts à expulser une famille, et il sont restés au moins un quart d’heure et rien ne s’est produit.
    Quelle honte d’expulser des familles pendant les vacances, est-ce pour que les vacanciers ne puissent voir la bonne politique de confluence- habitat et de la ville ?

PARTI SOCIALISTE |
Le blog du Parti communiste... |
ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pnogues
| Sarkozy président
| Sondages, non merci !