Archive pour 5 octobre, 2007

Laurent HAMELIN : force et caractère !

Le texte que je vous livre aujourd’hui a été écrit par Laurent HAMELIN.

Celui qui va porter haut et fort les couleurs du PS dans la prochaine conquête de la mairie de Montereau s’est soumis à cet exercice de style particulier qui consiste à briguer démocratiquement l’investiture des militants monterelais.

Cette profession de foi annonce de grandes choses ! Jugez plutôt !

——————————

Un homme de gauche neuf pour Montereau !

A 46 ans, la réussite de mon parcours n’a en rien altéré mon regard sur la condition humaine. L’éveil de ma conscience politique ne date pas d’aujourd’hui.

Issu d’une famille ouvrière de six enfants, de parents divorcés, le manque de tout a été mon quotidien. Il a ancré en moi le sentiment d’injustice, et l’envie de lutter contre les inégalités.

Dans les années soixante-dix, petit, je prenais part au combat syndical de mes frères pour préserver leur emploi, et je compris rapidement ce que voulait dire la lutte des classes.

La misère m’a fait comprendre également le poids des mots : partage, solidarité, dignité. Comment pourrais-je ne pas me souvenir de cette famille marocaine, voisine de palier, qui partageait ses repas du dimanche avec la nôtre, bien qu’elle n’ait eu, elle-même, pas grand chose à donner ?

Ici, les frontières entre les races et les religions n’existent plus : la fraternité est universelle.

Mon premier acte politique, je l’ai effectué à l’âge de 16 ans, alors que j’étais devenu champion de France du 1500 mètres : je refusais sur la scène publique les honneurs de la ville et refusais sa médaille ! Comment aurais-je pu accepter que la municipalité s’enorgueillisse de posséder un champion ? Depuis des années, je m’entraînais sans aucune aide et sans le sou, avec rigueur et obstination, avec parfois la faim au ventre, souvent pieds nus, à la tombée de la nuit pour éviter le regard des autres.

De par mes victoires, personne n’ignorait en ville l’existence d’un talent et de sa condition. Personne, sauf les pouvoirs politiques locaux.

Le sport de haut niveau m’a apporté toutes les valeurs essentielles, en ce domaine, sa maxime « vouloir c’est pouvoir ! » n’est pas vaine.

Les études et l’enseignement m’ont fait comprendre le rôle primordial de l’éducation dans notre société dont les valeurs républicaines et laïques sont les piliers, mesurer l’importance de savoir lire et écrire pour être à même de revendiquer sa condition sociale.

Le rôle de chef d’entreprise m’a donné la possibilité d’être un acteur de la société civile exerçant une activité économique juste et engagée.

Ce vécu fait de moi un homme, fier, humain, responsable et citoyen, un homme dont l’histoire porte la quintessence même du pourquoi des combats de la gauche, une gauche que je ne conçois que sociale et démocrate.

S’engager pour des valeurs et pour préserver l’avenir.

Mon engagement jusqu’à maintenant, je l’ai vécu à travers les gestes de mon quotidien, à travers une philosophie de vie. Je me considère avant tout comme un homme de la société civile, et pourtant, l’avènement de Nicolas Sarkozy déterminera un choix évident et contribuera mon adhésion au parti socialiste. Si je reconnais la performance de l’homme, je n’adhère pas à la méthode mensongère et racoleuse, à ses choix pour notre société et aux valeurs qu’ils transmettent.

Cette politique est à l’image de celle menée par le député-maire Yves Jégo à Montereau, c’est pourquoi je me présente aujourd’hui comme candidat à l’investiture socialiste, candidat porteur de l’identité monterelaise, prêt à défier sans trembler et sans compromission, et faisant déjà peur à la droite.

Je vais rentrer sans frapper sur le devant de la scène politique monterelaise.

A l’orée de mes cinquante printemps, il est temps que je rende à Montereau ce que Montereau m’a donné : force et caractère !

Laurent HAMELIN

——————————————————————————————————

 

PARTI SOCIALISTE |
Le blog du Parti communiste... |
ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pnogues
| Sarkozy président
| Sondages, non merci !