Archive pour octobre, 2007

Fermeture d’une lettre ouverte…

Souvenez-vous…

Il y a quelques jours, je vous avais communiqué la lettre ouverte que Réseau Education Sans Frontières avait adressée à notre porte-parole-député-maire-ump.

(Ceux qui n’étaient pas là peuvent se dépêcher de la lire ci-dessous, les autres peuvent passer…)

—–

Monsieur le Député,

Nous avons noté avec satisfaction qu’en matière d’immigration clandestine, vous aviez fait des propositions qui vont dans le même sens que notre propre démarche.

En effet, dans un entretien avec le quotidien “20 minutes” du 18/09, repris par Le Monde du 19/09, vous proposez que :

L’étranger en situation irrégulière, ayant un logement et une promesse d’embauche, puisse bénéficier d’un examen de son dossier par la préfecture, au titre de l’immigration économique“.

Vous pensez que plusieurs dizaines de milliers de personnes pourraient ainsi être régularisées.

Nous saluons cette prise de position publique que nous ne pouvons que partager. Dans leur majorité, les étrangers en situation irrégulière sont dans ce cas de figure : non seulement ils ont un logement mais encore ils contribuent par leur travail, malgré leur situation difficile, à la richesse économique de la France. S’ils occupent des emplois d’ailleurs, et nous vous rejoignons là-dessus, c’est que ces emplois existent et qu’ils sont nécessaires contribuant ainsi à la vie de notre société.

Dans votre département de Seine-et-Marne, de nombreuses personnes, familles, vivent dans cette situation humainement insupportable, et génératrice de multiples problèmes.

Nous en connaissons un certain nombre que nous soutenons par tous les moyens possibles, sans toujours déboucher sur une régularisation qui, pour vous comme pour nous, serait pourtant parfaitement justifiée et mettrait fin à ces situations contradictoires.

La situation de ces familles seine-et-marnaises correspond aux critères que vous avez énoncés, nous vous demandons donc quel type d’intervention, de soutien, vous pouvez apporter à ces personnes en vue d’obtenir leur régularisation.

Nous sommes très attentifs à toute proposition concrète de votre part concernant la régularisation des familles concernées ; nous restons à votre disposition pour toute rencontre permettant de trouver la solution à ces problèmes qui restent douloureux.

Dans l’attente d’une réponse, dont la teneur ne peut-être que proportionnelle à l’espoir qu’elle suscite, veuillez recevoir Monsieur, l’expression de nos sentiments les meilleurs.

—–

Mais voyez tout de même ce que sont les miracles de la communication : dans le Parisien en date du 9 octobre dernier, un article intitulé sobrement « RESF et Yves Jego sur la même longueur d’onde » retenait toute mon attention.

En poursuivant ma lecture, j’ai pu constater qu’à aucun moment, il n’était fait mention des interrogations posées à notre édile, ni le fait que cette lettre, comme toutes les lettres ouvertes, était avant tout une demande d’éclaircissement d’une position.

« L’association constate « avec satisfaction qu’en matière d’immigration clandestine » il a « fait des propositions qui vont dans le même sens que notre propre démarche ». »

On le voit, un petit coup de brosse à reluire…

Et pour terminer :

« Des propos qui, assure RESF, donnent de l’espoir à de nombreuses personnes du département vivant « dans cette situation humainement insupportable et génératrice de multiples problèmes ». »

Il faudra bien m’expliquer sur le terrain, quelle est la teneur de l’espoir soi-disant généré…

Comme toujours, il y a loin de la parole foisonnante aux actes concrets…

Et puis, surtout, la lettre de RESF demandait très explicitement à Yves Jégo de mettre ses actes en conformité avec ses déclarations médiatiques !

Et comme par enchantement, tout ceci devient un satisfecit dans l’article du parisien…

——————————————————————————————————

 

 

Hyper sévère !

Vous, je ne sais pas, mais moi, si.

Grâce à mon collègue en blogologie Yves POEY, je me suis rendu compte de l’importance grandissante que prenait le préfixe « hyper » dans notre belle langue française.

C’est ainsi qu’à Montereau-Fault-Yonne, si j’en crois les informations locales dispensées sur le site officiel de la commune, la ZAC Nodet va donc être dotée d’un « hyper centre culturel ».

Pensions-nous dans notre trop grande naïveté hériter d’un conservatoire, avec une salle de spectacle ?

Fi ! Nous aurons droit à un « hyper centre culturel », ce qui en jette bien plus, convenons-en.

Mais, bien évidemment, dans les villes placées sous la coupe de l’UMP, force est de reconnaître que l’exemple vient de très haut, puisque les Français ont réussi à élire au printemps dernier un « hyper-président » comme s’enorgueillissaient certaines gazettes proches du pouvoir.

(Vous me direz et vous aurez raison que « gazettes proches du pouvoir », c’est en train de devenir un pléonasme. « Certes », vous répondrai-je…)

Oui, décidément oui, nous avons élu un « hyper-président », et que même parfois, « hyper-ses-nerfs » ou bien encore « hyper-sa-femme », mais ceci est une autre histoire qui ne nous regarde pas…

(Ou tout du moins qui nous regarde quand « hyper-la-face » à l’étranger.)

On murmure même dans les milieux bien informés que la pradesque et guccissime Cécilia surnommerait son mari l’ « hyper-rien-pour-attendre » !

Ce qui est certain, c’est que dans notre beau chef lieu de canton, la mode est donc en train d’être lancée…

L’hypérisation des substantifs est en phase plus qu’ascensionnelle, afin de doter la communication municipale d’une définitive et indispensable emphase.

Bientôt peut-être, verrons-nous notre porte-parole-député-maire-ump circuler en ville à bord d’une « hyper-Jégomobile », distribuant des « hyper-bracelets » aux « hyper-monterelais » afin de faire en sorte que le soir des résultats ces mêmes habitants ne puissent s’écrier tout simplement « hyper » !

En tout cas, nous qui rêvons d’un changement définitif de la gouvernance communale, nous avons tous constaté que la gestion actuelle n’était pas « hyper-au-point »…

Oui, je sais, lecteur fidèle amateur de littérature : « hyper-au-point », comme disait un Hervé BAZIN qui s’y connaissait !

Que la suite des événements vous soit propice et néanmoins faste.

Votre dévoué HOU

——————————————————————————————————–

Panique à la cantine !

Une maman, parent d’élève d’une école du mail Rostand-Curie, m’a fait parvenir cette scène de la vie quotidienne…
Sa petite A. est demi-pensionnaire.

Du haut de ses 8 ans, elle voit l’autre jour notre porte-parole-député-maire-ump arriver en fanfare dans la cantine scolaire et commencer à serrer la main de tous les petits commensaux. On vérifie par là l’axiome qui postule que le tâtage de cul des vaches, la dégustation de liquides improbables et le serrage de louches (fussent-elles mineures) font bien partie de la panoplie du petit élu du peuple (ou tout du moins d’une certaine conception du métier d’élu du peuple…) !
Toutes les mains ? Pas si sûr…

Voyant son édile loin d’être son idole arriver devant elle, la petite lui dit bonjour, mais laisse ses bras définitivement collés le long de son corps, refusant de lui serrer la pince !

Le désordre à la cantoche ! Le stress au mess ! La galère au restaurant scolaire !

Pour lui ôter toute envie de recommencer, les animateurs municipaux ont privé A. de dix minutes de jeu, espérant ainsi guérir ses velléités… Et toc !

Ceci dit, monsieur notre député-maire-ump, en traitant ces enfants comme s’ils étaient des adultes, voire des électeurs potentiels, il fallait vous attendre à ce genre de péripétie.

Je connais des « huiles » qui rentrent dans un lieu plein d’enfants, et qui saluent tout le groupe d’un « bonjour les enfants », sans avoir besoin de serrer les mains… (Je ne peux pas être plus précis, j’en viendrais à parler de mon métier…)

Je crois que je pourrais présenter cette petite fille à l’une de mes fidèles lectrices à peine plus âgée qu’elle, et qui se reconnaîtra : à elles deux, elles pourraient fonder le club de celles qui laissent les parlementaires paluches dans le vide…

Et pourtant, elles ne se sont jamais rencontrées…

———————————————————————————————————

Lettre ouverte

Le réseau Education sans Frontières vient d’envoyer une lettre ouverte à notre porte-parole-député-maire-ump. Je vous laisse en prendre connaissance.

—————————————–

resf.png77

Réseau Education Sans Frontières

mairie de Chelles, 77500 Chelles

 

 

Ozoir-la-Ferrière le 5 octobre 2007

 

Objet : régularisation des étrangers en situation irrégulière.

 

 

Monsieur le Député,

 

Nous avons noté avec satisfaction qu’en matière d’immigration clandestine, vous aviez fait des propositions qui vont dans le même sens que notre propre démarche.

En effet, dans un entretien avec le quotidien « 20 minutes » du 18/09, repris par Le Monde du 19/09, vous proposez que :

« L’étranger en situation irrégulière, ayant un logement et une promesse d’embauche, puisse bénéficier d’un examen de son dossier par la préfecture, au titre de l’immigration économique« .

Vous pensez que plusieurs dizaines de milliers de personnes pourraient ainsi être régularisées.

Nous saluons cette prise de position publique que nous ne pouvons que partager. Dans leur majorité, les étrangers en situation irrégulière sont dans ce cas de figure : non seulement ils ont un logement mais encore ils contribuent par leur travail, malgré leur situation difficile, à la richesse économique de la France. S’ils occupent des emplois d’ailleurs, et nous vous rejoignons là-dessus, c’est que ces emplois existent et qu’ils sont nécessaires contribuant ainsi à la vie de notre société.

Dans votre département de Seine-et-Marne, de nombreuses personnes, familles, vivent dans cette situation humainement insupportable, et génératrice de multiples problèmes.

Nous en connaissons un certain nombre que nous soutenons par tous les moyens possibles, sans toujours déboucher sur une régularisation qui, pour vous comme pour nous, serait pourtant parfaitement justifiée et mettrait fin à ces situations contradictoires.

La situation de ces familles seine-et-marnaises correspond aux critères que vous avez énoncés, nous vous demandons donc quel type d’intervention, de soutien, vous pouvez apportez à ces personnes en vue d’obtenir leur régularisation.

Nous sommes très attentifs à toute proposition concrète de votre part concernant la régularisation des familles concernées ; nous restons à votre disposition pour toute rencontre permettant de trouver la solution à ces problèmes qui restent douloureux.


Dans l’attente d’une réponse, dont la teneur ne peut-être que proportionnelle à l’espoir qu’elle suscite, veuillez recevoir Monsieur, l’expression de nos sentiments les meilleurs.

 

RESF 77

(MRAP77, SGEN-CFDT77, FCPE77, FSU77, SUD-Education77, SUD-PTT77, CGT77, Turbulences, ACS, des citoyens/individuels )

—————————————-

Alors, bien évidemment, nous attendons avec impatience la réponse de notre édile.

Une impatience encore accrue par le fait qu’à Montereau, comme vous le savez, des « problèmes qui restent douleureux » se sont posés, pour reprendre le terme de RESF.

Il est évident qu’il serait fâcheux qu’il existât en la matière deux poids nationaux et deux mesures locales…

———————————————————————————————————-

Rumeurs philosophiques ?

Bien évidemment, la joute opposant notre porte-parole-député-maire-ump au célèbre philosophe Bernard-Henry Lévy, cette joute-là n’a pu qu’engendrer son cortège de rumeurs…

Saurez-vous vous y retrouver ? A vous la main…

———-

En recevant l’invitation de France 3, notre porte-parole-député-maire-ump a tout d’abord pensé qu’on lui proposait d’aller donner son avis sur la société Bretagne Hébergement Loisirs.

Rumeur, pas rumeur ?

———-

Puis, en allant débattre avec le toujours fringant M. Bernard-Henry Lévy, notre porte-parole-député-maire-ump s’est assuré de porter une belle chemise plus blanche que blanc.

Rumeur, pas rumeur ?

———-

Pour préparer ce débat avec BHL, notre porte-parole-député-maire-ump s’est entraîné tout près de la mairie de Montereau. Au BHV !

Rumeur, pas rumeur ?

———-

En arrivant sur le plateau de France 3, notre porte-parole-député-maire-ump espérait bien rencontrer Mme Dombasle, somme toute plus people que son mari. Hélas ! Constatant qu’elle n’était pas là, il a exigé des dirigeants de la chaîne de voir la mire à la place de l’Arielle…

Rumeur, pas rumeur ?

———-

Notre porte-parole-député-maire-ump aurait finalement renoncé à poser à BHL la question existentielle avec un grand Q : comment survit-on à un entartage à la crème ?

On ne sait jamais, ça pourrait servir…

Rumeur, pas rumeur ?

———-

On aura compris que discuter avec un philosophe est une bien belle chose tout de même, puisque, comme dirait ma crémière, ça nous aura permis finalement de passer un moment…

——————————————————————————————————-

 

Vendre le Richelieu, une vertu cardinale ?

Vite, c’est samedi, un petit « sur le vif », vite fait sur le gaz…

Regardez bien la photo ci-dessous :

richelieu.jpg

 

Lundi dernier, le conseil municipal a autorisé notre porte-parole-député-maire-ump à vendre le théâtre Richelieu.

Un promoteur immobilier va donc pouvoir se porter acquéreur, et rendre par la même occasion cette photo collector.

Adieu, patrimoine monterelais, adieu les souvenirs des séances-ciné de l’ex- »Printania »…

On nous annonce l’ouverture d’un « hypercentre culturel » du côté de la ZAC Nodet…(C’est fou ce que le préfixe « hyper » est devenu tendance, tout de même… Suivez mon regard…)

Mais enfin, quel besoin de vendre ce bel endroit ? Quel besoin de se séparer de ce véritable édifice patrimonial ?

S’agirait-il de renflouer quelque peu les caisses ?

(Qui pour le coup ne sont pas des caisses furieuses…)

——————————————————————————————————–

 

 

Laurent HAMELIN : force et caractère !

Le texte que je vous livre aujourd’hui a été écrit par Laurent HAMELIN.

Celui qui va porter haut et fort les couleurs du PS dans la prochaine conquête de la mairie de Montereau s’est soumis à cet exercice de style particulier qui consiste à briguer démocratiquement l’investiture des militants monterelais.

Cette profession de foi annonce de grandes choses ! Jugez plutôt !

——————————

Un homme de gauche neuf pour Montereau !

A 46 ans, la réussite de mon parcours n’a en rien altéré mon regard sur la condition humaine. L’éveil de ma conscience politique ne date pas d’aujourd’hui.

Issu d’une famille ouvrière de six enfants, de parents divorcés, le manque de tout a été mon quotidien. Il a ancré en moi le sentiment d’injustice, et l’envie de lutter contre les inégalités.

Dans les années soixante-dix, petit, je prenais part au combat syndical de mes frères pour préserver leur emploi, et je compris rapidement ce que voulait dire la lutte des classes.

La misère m’a fait comprendre également le poids des mots : partage, solidarité, dignité. Comment pourrais-je ne pas me souvenir de cette famille marocaine, voisine de palier, qui partageait ses repas du dimanche avec la nôtre, bien qu’elle n’ait eu, elle-même, pas grand chose à donner ?

Ici, les frontières entre les races et les religions n’existent plus : la fraternité est universelle.

Mon premier acte politique, je l’ai effectué à l’âge de 16 ans, alors que j’étais devenu champion de France du 1500 mètres : je refusais sur la scène publique les honneurs de la ville et refusais sa médaille ! Comment aurais-je pu accepter que la municipalité s’enorgueillisse de posséder un champion ? Depuis des années, je m’entraînais sans aucune aide et sans le sou, avec rigueur et obstination, avec parfois la faim au ventre, souvent pieds nus, à la tombée de la nuit pour éviter le regard des autres.

De par mes victoires, personne n’ignorait en ville l’existence d’un talent et de sa condition. Personne, sauf les pouvoirs politiques locaux.

Le sport de haut niveau m’a apporté toutes les valeurs essentielles, en ce domaine, sa maxime « vouloir c’est pouvoir ! » n’est pas vaine.

Les études et l’enseignement m’ont fait comprendre le rôle primordial de l’éducation dans notre société dont les valeurs républicaines et laïques sont les piliers, mesurer l’importance de savoir lire et écrire pour être à même de revendiquer sa condition sociale.

Le rôle de chef d’entreprise m’a donné la possibilité d’être un acteur de la société civile exerçant une activité économique juste et engagée.

Ce vécu fait de moi un homme, fier, humain, responsable et citoyen, un homme dont l’histoire porte la quintessence même du pourquoi des combats de la gauche, une gauche que je ne conçois que sociale et démocrate.

S’engager pour des valeurs et pour préserver l’avenir.

Mon engagement jusqu’à maintenant, je l’ai vécu à travers les gestes de mon quotidien, à travers une philosophie de vie. Je me considère avant tout comme un homme de la société civile, et pourtant, l’avènement de Nicolas Sarkozy déterminera un choix évident et contribuera mon adhésion au parti socialiste. Si je reconnais la performance de l’homme, je n’adhère pas à la méthode mensongère et racoleuse, à ses choix pour notre société et aux valeurs qu’ils transmettent.

Cette politique est à l’image de celle menée par le député-maire Yves Jégo à Montereau, c’est pourquoi je me présente aujourd’hui comme candidat à l’investiture socialiste, candidat porteur de l’identité monterelaise, prêt à défier sans trembler et sans compromission, et faisant déjà peur à la droite.

Je vais rentrer sans frapper sur le devant de la scène politique monterelaise.

A l’orée de mes cinquante printemps, il est temps que je rende à Montereau ce que Montereau m’a donné : force et caractère !

Laurent HAMELIN

——————————————————————————————————

 

Touche pas à mon ADN…

C’est le bazar et le souk, dans les rangs de la majorité ump.

(Tant qu’il n’existe pas de tests génétiques pour les mots, je peux bien utiliser « bazar » et « souk »…)

En effet, l’amendement Mariani relatif aux tests ADN est loin de faire l’unanimité. Et malgré ceci, le gouvernement et M. Hortefeux s’entêtent…

A l’heure où j’écris, je ne sais pas encore si le Sénat adoptera le nouveau texte…

Ce qui est certain, c’est que Charles Pasqua, tout le contraire du perdreau de l’année, s’est d’abord déclaré tout-à-fait opposé, en évoquant « des mauvais souvenirs« .

Dominique De Villepin a réitéré sa mise en garde contre la porte ouverte à « une division des français« .

Avant hier encore, Jean-Pierre Raffarin hésitait…

Des ministres se sont déclarés résolument contre, et pas seulement ceux de l’ouverture, comme le rappelait la dernière édition du Canard Enchaîné : Xavier Bertrand, Valérie Pécresse ont fait connaître leur mécontentement.

Henri Guaino, le conseiller de qui vous savez, est ouvertement opposé à cette mesure.

Une question se pose : tous ces beaux sentiments résisteront-ils aux « purs et durs » de la droite ?

En tout cas, on s’en souvient, notre porte-parole-député-maire-ump, quant à lui, n’avait pas eu ce genre d’états d’âme, puisqu’il s’était déclaré favorable à ces tests génétiques, en les qualifiant de « modification majeure » sur son blog dès le 16 septembre dernier…

Depuis, plus grand chose… Chercherait-il le sens du vent ?

En tout cas, une nécessaire pétition circule, à l’initiative de SOS-Racisme et de Charlie-Hebdo :

http://www.touchepasamonadn.com

Je vous engage à aller y faire un tour. Ne serait-ce, dans un premier temps, que pour prendre connaissance des premiers signataires…

Comme dirait François Hollande : « On voit bien que cette question dépasse le clivage droite-gauche. »

signataires1.jpg

adn.gif

 

—————————————————————————————————

Suite de la suite…

Fin juin dernier, le 20 pour être précis, j’avais écrit ceci :

———-

Sur ce blog, il est rare que je parle de moi ! Cet espace numérique est tout sauf un journal intime…

Mais il se trouve que j’ai rencontré ces jours-ci l’homme qui avait agressé Sahra DRIOUACHE et Léo AIELLO, Conseiller général de Seine et Marne, sur le marché de Montereau. (Pour un rappel des faits, il suffit de cliquer sur la date du 2 mai dernier, sur le petit calendrier ci-contre.)

Lundi dernier, aux alentours de 13h20, en regagnant mon lieu de travail, une voiture s’arrête à ma hauteur, rue Jules-FERRY, en ville haute.

Au volant de son véhicule, ce monsieur se met à m’injurier, m’insulter (je ne saurais retranscire ici que les seuls débuts de ses mots, enc………., péd………., sal………., etc, etc…..), et je me demande bien pourquoi. (Ou plutôt, je ne crois que trop le savoir…)

Mais le meilleur restait à venir, puisque vint cette menace : “Je vais m’occuper de toi !

Moi, je trouve que je m’occupe assez bien de moi, et je pense qu’on n’a pas spécialement besoin de s’occuper plus que ça de moi, mais bon…

En tout cas, si vous me voyez paraître devant vous un oeil au beurre noir, un bandage sur la tête et peut-être un bras en écharpe, c’est qu’”on” se sera occupé de moi, et en cas d’ITT, je vous confierai les codes de modération de ce blog, afin que cette chronique continue (car elle continuera).

Peut-être aurais-je dû prendre option arts martiaux au bac, plutôt que musique…

—————

Bien entendu, j’avais été porter plainte, une plainte immédiatement enregistrée par la fonctionnaire qui m’avait reçu. (L’une des insultes, qualifiée d’outrage à personne dépositaire de l’autorité publique, avait un rapport avec mon métier, métier que je ne veux toujours pas évoquer ici, pour les raisons que l’on sait.)

Un lieutenant de police m’a appelé au téléphone hier : la plainte a bien été reçue et instruite au tribunal de Fontainebleau.

Ce monsieur a donc reçu ou va donc recevoir par décision de justice une sévère lettre de rappel à la loi.

On ne peut en effet tolérer d’être menacé à Montereau Fault Yonne, quand on marche sur le trottoir.

—————————————————————————————————

Entre la poire et le chômage…

Petite révolution dans le monde de la statistique !

l’Insee a annoncé qu’il cessait, la semaine dernière, sa publication mensuelle du taux de chômage.

Bien entendu, cette annonce arrive suite à une grande polémique issue des dernières campagnes électorales.

Dans leur annonce, les rapporteurs ont indiqué que d’une part l’enquête-emploi de l’Insee n’est pas assez fiable. Et de l’autre, que les évolutions de la gestion des chômeurs par l’ANPE ont bien amplifié de 0,2 à 0,4 point la baisse du chômage en 2005 et 2006. (Le collectif de statisticiens ACDC, les Autres chiffres du chômage, parle lui d’une minoration de 1 point.)

Quant au Conseil national de l’information statistique (Cnis), il doit lui aussi rendre un rapport en novembre, et proposer plusieurs indicateurs pour mieux rendre compte du «halo du chômage» : sous-emploi, précarité ou bas salaires.

Si j’évoque ici ces changements dans le Landerneau du chiffre, c’est que bien évidemment, nous allons peut-être avoir enfin la possibilité de connaître les chiffres locaux en la matière.

En avril dernier, (vous n’aurez qu’à cliquer sur la date du 19/IV…), notre député-maire-ump avait usé d’une curieuse méthode en publiant un document siglé ANPE pour se glorifier d’un beau mais partial -4 %. (Apparemment, les chiffres incontestables de M. René NOIRAULT que j’avais publiés le 22 mars avaient mis en marche cette manoeuvre de communication…)

anpeverso.jpg

anperecto.jpg

anpedircom.gif

———-

J’avais à l’époque posé quelques questions :

Pourquoi ne trouvait-on pas dans ce document le nombre de radiés de l’agence locale sur cette même période ?

Pourquoi ne trouvait-on pas dans ce document le nombre de Monterelais qui ont dû quitter la ville et le canton ? (Le nombre d’habitants ayant baissé, le taux de demandeurs d’emploi ne peut que suivre cette tendance…)

Et enfin et surtout, pourquoi ne trouvait-on pas dans ce document le taux de chômage à Montereau ?

Nul doute qu’avec les nouvelles mesures, aux normes du Bureau International du Travail et calées sur la définition de l’institut européen Eurostat, nous aurons sans aucun doute très prochainement, et avant les élections municipales, une image réelle de ce fléau sur Montereau et sa région.

Avec les conclusions à en tirer !

—————————————————————————————————

 

 

 

 

1234

PARTI SOCIALISTE |
Le blog du Parti communiste... |
ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pnogues
| Sarkozy président
| Sondages, non merci !