Archive pour 21 mars, 2008

Contribution directe : ZUP alors !

logops.gifRappel : Yves JEGO, alors Député-Maire de Montereau et porte-parole de l’UMP a porté plainte contre moi et mon blog pour diffamations et injure.

Exposé des faits : http://yvespoey.unblog.fr/2008/02/06/

Compte-rendu de l’audience : http://yvespoey.unblog.fr/2008/03/15/

Jugement mis en délibéré au 17 avril prochain ! A suivre !

—————————————————————————————————-

Aujourd’hui, point de cocotiers, de vahinées et/ou autres spécialités ultra-marines.

Je vous propose , comme il y a quelques mois, de faire un petit retour en arrière sur l’histoire de notre ville, grâce à Mathieu PERCHEMINIER, auteur d’un mémoire consacré à la ZUP de Surville, et dont notre désormais Secrétaire-d’Etat-A-L’Outre-Mer-Maire-UMP avait souhaité à l’époque qu’il « croupisse au fond d’une bibliothèque poussiéreuse« . (Le mémoire, pas Mathieu. Encore que…)

Voici donc son apport quant à l’évolution du grand ensemble de Surville depuis la fin des années 1990, en s’appuyant sur des chiffres précis et incontestables (qui n’ont pas manqué de mettre Yves Jégo dans tous ses états il y a quelques années !)

On peut donc ainsi mesurer la qualité et la justesse du travail fourni par Mathieu…

———-

Les Monterelais viennent de réélire largement la liste conduite par Yves Jégo afin que celui-ci effectue un nouveau mandat en tant que Maire. Presque 70 % des suffrages exprimés, incontestablement, c’est un plébiscite. Evidemment, l’abstention très élevée vient fausser la donne. Car Montereau n’est pas une ville de droite. Si Montereau était une ville de droite, alors on ne compterait pas beaucoup de villes de gauche en France…

La question qui se pose est la suivante : pourquoi un tel plébiscite ? Quelles sont les raisons qui ont poussé plus des deux tiers des électeurs qui se sont déplacés aux urnes à voter pour Yves Jégo ?

Sans vouloir faire dans le sensationnel, des facteurs « impénétrables par les voies de la raison » ont vraisemblablement présidé en partie à cette victoire. Bref. Ce n’est pas ici la question…

Aujourd’hui, ce qui est certain, c’est qu’Yves Jégo n’a pas été réélu pour son bilan sur une problématique essentielle comme celle des conditions de vie dans le grand ensemble de Surville (emploi, logement,…). Et pour cause…

L’INSEE produit régulièrement des ouvrages de synthèse sur les Zones Urbaines Sensibles en région parisienne1. En se penchant sur deux synthèses, une parue en 2001 et l’autre en 2006, voici ce qu’on peut lire en décembre 2001 :

« Les ZUS connaissent un taux de chômage souvent supérieur à celui des communes où elles se situent. Les Tarterêts à Corbeil-Essonnes (91), la ZUP de Surville à Montereau (77), le Petit Nanterre (92) sont autant de quartiers nettement plus pénalisés que leur commune d’implantation. »2

En 2001, donc, la ZUP de Surville est définie par l’INSEE comme un quartier très pénalisé en terme d’emploi. La Zone Franche Urbaine, dont le périmètre correspond à la ville haute, avait permis, en 1999, l’installation de 33 établissements d’activité. Comparativement, à la même date, la ZFU de Meaux avait vu 127 établissements s’installer, celle de Bondy 67, celle de Garges-Sarcelles 5413.

Sans pour autant contester de l’opportunité qu’a pu constituer la qualification de Surville en Zone Franche Urbaine, force est de constater à Montereau que son effet n’est que très limité en terme d’emploi.

En effet, en 2006, l’INSEE a étudié et classé les 157 Zones Urbaines Sensibles (ZUS) franciliennes en 6 catégories :

Groupe A : Des ZUS très défavorisées (25 ZUS, 200 000 habitants)

Groupe B : Beaucoup de familles nombreuses dans des ZUS très peuplées de grande couronne (21 ZUS, 330 000 habitants)

Groupe C : Des familles souvent monoparentales, à Paris et en petite couronne (16 ZUS, 103 000 habitants)

Groupe D : Des ZUS dans lesquelles les disparités de revenus sont fortes (12 ZUS, 157 000 habitants)

Groupe E : Des ZUS en situation intermédiaire (61 ZUS, 440 000 habitants)

Groupe F : Une pauvreté proche de la moyenne francilienne (22 ZUS, 109 000 habitants)

La ZUP de Surville est classée dans le groupe A, celui des ZUS très défavorisées.

L’INSEE analyse certains phénomènes récurrents dans ces ZUS :

« La population de ce premier groupe est particulièrement confrontée à la pauvreté et à des difficultés d’insertion professionnelle. (…) La moitié des personnes résidant dans les ZUS de ce groupe ou du groupe B, déclare un revenu inférieur au revenu maximum des 20%des Franciliens les plus modestes (…). La population de ces ZUS est touchée par un fort taux de chômage « 4.

La ZUP de Surville apparaît donc parmi les quartiers les plus en difficulté d’Ile-de-France, aux côtés, par exemple, de la cité des 4000 à La Courneuve, des Beaudottes à Sevran ou des Tarterêts à Corbeil-Essonnes (voir liste complète ci-dessous). Il ne s’agit pas de stigmatiser le quartier ou ses habitants, mais de mettre en lumière l’incapacité des dirigeants locaux depuis la fin des années 1990 à mettre en œuvre une dynamique positive et à améliorer les problématiques centrales pour les Survillois.

En définitive, entre 1999 et 2006, et contrairement à ce qui a pu être dit, la situation ne s’est pas améliorée à Surville en terme d’emploi et de conditions de vie.

Malheureusement, les Survillois restent confrontés à un chômage élevé, des conditions de vie précaires. En 2 mandats, Yves Jégo n’est manifestement pas parvenu à inverser une tendance de précarisation sociale en ville haute. La question qui se pose aujourd’hui est la suivante : pourquoi et comment y parviendrait-il durant ce troisième mandat ? Réponse durant les 6 ans à venir. Croiser les doigts ne sera pas suffisant…

———-

1 INSEE, Ile-de-France à la page.

2 INSEE, Ile-de-France à la page, Les Zones Urbaines Sensibles en Ile-de-France en 1999, n°205, Décembre 2001.

3 Source : Cahiers de l’IAURIF, Regards sur la politique de la ville, n°123, Tableau de bord des zones franches urbaines d’Ile-de-France, 2ème trimestre 1999, Paris.

4 Source : INSEE, Ile-de-France à la page, Les Zones Urbaines Sensibles franciliennes : des réalités diverses, n°271, Août 2006.

———-

 

Zones Urbaines Sensibles franciliennes – Groupe A (ZUS très défavorisées) 2006

ZUS Dép. Commune
Zup de Surville  

Les Tarterets

Les Pyramides

Grigny 2

Petit Colombes

Petit Nanterre

La Caravelle

Landy*

Karl Marx, Paul Eluard

L’Abreuvoir*

Les Courtillières – Pont-de-Pierre*

Quartier Nord

Les 4000

Orgemont

Les Poètes

Les Francs-Moisins – Bel Air

Les Beaudottes

Rougemont

Clos Saint-Lazare – Allende

Moulin Neuf

Allende

Grandcoing

Hauts du Mont-Mesly

Val d’Argent Nord

Les Basses Bauves – Les Doucettes

 

77

91

91

91

92

92

92

93

93

93

93

93

93

93

93

93

93

93

93

93

93

93

94

95

95

Montereau-Fault-Yonne 

Corbeil-Essonnes

Evry

Grigny

Colombes

Nanterre

Villeneuve-la-Garenne

Aubervilliers, Saint-Denis

Bobigny

Bobigny, Drancy

Bobigny, Pantin

Bondy

Courneuve

Epinay-sur-Seine

Pierrefitte-sur-Seine

Saint-Denis

Sevran

Sevran

Stains

Stains

Villetaneuse

Villetaneuse

Créteil

Argenteuil

Garges-lès-Gonesse

———-

Merci Mathieu !

Enfin, pendant que vous lirez tout ceci, notre SEAOMMUMP préparera ses valises pour un premier voyage officiel à la Réunion et à Mayotte, du mercredi 26 au dimanche 30 mars

Alors, Surville, hein……!

——————————————————————————————————

 

 

 

PARTI SOCIALISTE |
Le blog du Parti communiste... |
ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pnogues
| Sarkozy président
| Sondages, non merci !