Archive pour mai, 2008

Les maux des mots

Ah ! Les mots…

Ces mots sur lesquels on peut s’attarder, sur lesquels on peut s’étendre, et sur lesquels, parfois, on peut jouer.

C’est ce qu’a bien compris Me BOEDELS, l’avocat d’Abdeljalil BOUHMEDI, assassiné à Montereau le 23 avril dernier, qui répondait cette semaine à la réponse de notre Secrétaire-d’Etat-à-l’Outre-Mer-Maire-UMP dans la République de Seine-et-Marne. On aura compris que cet avocat est du genre tenace, (encore un…) et il a tout à fait raison.

Me BOEDELS affirmait lundi dernier qu’Abdeljalil BOUHMEDI a bien participé  » au service d’ordre et de protection du maire de Montereau, lors de sa dernière campagne électorale. Il en a d’ailleurs été remercié en étant invité à la soirée organisée et réservée après les élections aux soutiens de sa campagne, salle Rustic, à Montereau. Il est donc inutile de jouer sur les mots, mon client n’a jamais été garde du corps du maire, il a en revanche participé activement à son service d’ordre, à sa demande…« 

Oui, Maître, vous pouvez consater qu’à Montereau, tout est souvent dans une nuance que d’aucuns n’hésiteraient pas à qualifier de subtile.

Mais ici, les Flambergiens le savent bien.

Allez, autres mots, autres nuances.

Le Journal du Dimanche, peu suspect pourtant de gauchisme rampant, à cru affirmer dans son dernier numéro que notre SEAOMMUMP aurait nommé son épouse comme conseillère à la fois auprès de lui et au sein de son Secrétariat-d’Etat.

Notre édile a répondu « Ceci est parfaitement faux.[...] A ma demande, elle a accepté bénévolement de participer à l’élaboration de certains évènements portés par le Secrétariat d’Etat comme la prochaine fête de la musique qui va accueillir à Paris le 21 juin de nombreux jeunes artistes d’Outre-mer.« 

Nuance, vous disais-je…

(On voit au passage par là que la famille JEGO a cru devoir adapter la célèbre maxime sarkozyenne. Désormais, certaines travaillent plus pour ne rien gagner du tout…

Et pour la petite histoire, le journaliste dominical fut tout interpellé lorsqu’il entendit notre édile appeler sa collaboratrice par le doux et tendre vocable de « Chérie »…)

Allez, autres mots, autres nuances.

Le Président polynésien Gaston TONG-SANG était lundi dernier en visite rue Oudinot afin de préparer la signature du contrat de projet 2008-2013 (435 Millions d’Euros) de Polynésie.

Concernant une hypothétique relance de l’économie locale, « des audits publics vont être lancés« , a assuré notre SEAOMMUMP, fidèle ainsi à une méthode qui a fait ses preuves à Montereau : quand ça ne va pas, pour guérir de la fièvre, on installe un thermomètre supplémentaire…

Mais c’est une autre phrase, rapportée par l’AFP, qui m’a mis en joie :

MM. JEGO et TONG SANG sont « tombés d’accord sur une méthode de travail » consistant « à mettre à plat beaucoup de dossiers, assainir des situations qui doivent l’être et s’appuyer sur des outils de gestion sachant prendre les virages qu’impose le changement du temps« , selon le ministre qui doit se rendre en Polynésie fin juillet.

« Mettre à plat beaucoup de dossiers, assainir des situations qui doivent l’être et s’appuyer sur des outils de gestion sachant prendre les virages qu’impose le changement du temps…« 

Je trouve qu’on devrait graver ces mots en lettres de feu sur le fronton du 54 de la Rue Jean-JAURES, car enfin, dans le genre passe-partout, dans le genre qui n’engage pas beaucoup, dans le genre déclaration qui ne prend pas de risques sans oublier le genre langue d’un matériau très balsamique, cette phrase risque de devenir à la fois un modèle, un sommet et une référence !

Ah ! les mots !…

——————————————————————————————————-

Etre sur le CUCS (1)

Montereau dispose dorénavant d’un CUCS, un Contrat Urbain de Cohésion Sociale.

Ce document engage la ville et l’Etat jusqu’en 2009. Malheureusement, je trouve que nous n’en avons pas suffisamment connaissance.

C’est pourquoi, je vous propose de vous pencher sur ce texte, avec aujourd’hui son introduction.

———————————————————————————————————————————————

Convention-cadre

Contrat Urbain de Cohésion Sociale

2007/2009

Entre :

- l’Etat, représenté par Monsieur Jacques BARTHELEMY, Préfet du Département de Seine et Marne

- la Commune de Montereau-fault-Yonne, représentée par Monsieur Yves JEGO, son Maire

** *

Vu la loi n° 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés des communes, départements et régions modifiée, Vu la loi n) 2003-710 du 1er août 2003 d’orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urbaine, Vu la loi n°2006-396 du 31 mars 2006 pour l’égalité des chances,
Vu la circulaire n°14-153 du Premier Ministre, en date du 24 mai 2006, relative à l’élaboration des CUCS,

Vu les décisions du Comité Interministériel des Villes du 9 mars 2006,

Vu les contrats de ville de Montereau-fault-Yonne signés les 11 février 1994 et 27 octobre 2000,
Vu le diagnostic partagé par les signataires,
Vu la délibération du Conseil Municipal de Montereau-fault-Yonne en date du 18 décembre 2006 approuvant la convention cadre et autorisant le Maire à la signer,

———-

Le Programme de Rénovation Urbaine (PRU) de Montereau-fault-Yonne est ambitieux : 1 400 logements démolis, 1 100 reconstruits, 2 200 réhabilités et le développement d’une offre de services et d’équipements, pour permettre de réinsérer le quartier dans l’agglomération, d’enrayer les processus d’exclusion sociale et urbaine et de rénover durablement et en profondeur le cadre urbain.

La création de l’ANRU a permis au PRU de prendre un réel essor avec une mobilisation sans précédent des financements, une modification du jeu d’acteurs imposant un réel pilotage politique, une approche globale du traitement des problématiques du quartier (sociale et urbaine) et une étroite association des habitants et des acteurs socio-économiques au projet.

La requalification de l’espace, de l’habitat et l’amélioration de leur gestion fournissent de réelles bases d’appui pour une action sociale efficace. Cependant, les difficultés que connaissent les habitants du quartier nécessitent la mobilisation de tous autour d’un projet social ambitieux.


La mise en oeuvre de ce projet social relève d’une politique territoriale de lutte contre l’exclusion visant à favoriser l’insertion durable, sociale et économique, du plus grand nombre de personnes. Le CUCS s’attachera donc à réamorcer « l’ascenseur social » en contribuant à enrayer la paupérisation, en impulsant des démarches globales et en soutenant les dynamiques existantes.

Y parvenir exige, d’une part, de prendre en compte de manière globale les besoins liés à la situation des habitants relevant des problématiques éducatives et culturelles, sanitaires et sociales, et, enfin, géographiques. Il s’agira, d’autre part, de bâtir des parcours individualisés ayant les meilleures chances de déboucher sur une véritable insertion sociale et professionnelle.

Les objectifs transversaux qui guideront l’action dans la mise en oeuvre des orientations de ce projet seront les suivantes :

Organiser le travail collectif autour d’une vision partagée des enjeux,

Qualifier les acteurs et les projets,

Encourager la participation des habitants,

Favoriser l’intégration des populations et lutter contre les discriminations.

Il conviendra d’articuler les objectifs du CUCS avec les compétences de la CAF de Seine et Marne qui, dans le cadre de ses compétences sociales, souscrit aux objectifs du présent contrat et interviendra dans la mise en oeuvre de ces objectifs conformément aux orientations votées par le conseil d’administration dans le cadre du schéma directeur d’action sociale.

———-

On voit par là que sur le papier, tout ceci donne vraiment envie.

Mais bien entendu, ce fut assurément l’occasion d’une belle photo dans les journaux locaux. Car ce genre de document est souvent prétexte à une belle exploitation médiatique…

Mais sur le terrain, qu’en est-il vraiment ? L’ascenceur social est-il en train d’être réamorcé, pour reprendre l’expression utilisée ?

Nous verrons dans les jours qui viennent si toutes ces belles intentions trouvent un écho sur le terrain en question….

——————————————————————————————————–

Encore et toujours…

En ce début de semaine, force est de constater qu’encore une fois, en matière économique ultra-marine, ce n’est pas à Montereau qu’on va faire « péter les objectifs » !

J’en veux pour preuve ces fruits qu’ont dégusté ces jours-ci les élèves du soutien scolaire municipal.

Oui, les bananes distribuées dans la ville du Secrétaire-d’Etat-à-l’Outre-Mer-Maire-UMP, ces bananes-là ne sont toujours pas françaises…

bananes2.bmp

———-

Avec un petit agrandissement qui prouve, certes, que ce sont des bananes « small » mais ivoiriennes tout de même… On voit par là au passage la confirmation de la sagesse populaire qui sait bien que la taille ne fait rien à l’affaire…

cteivoire.bmp

———-

Monsieur notre SEAOMMUMP, un petit effort que diable ! Donnons l’exemple au monde entier !

Et en ce lundi 19 mai, et avant de vous rendre à vos occupations quotidiennes, MM. et Mmes Honvoircekilvonvoir, Aparegretter, Arestésurplasse, Hoiriendancefog, Heudesrésultats, Endrèsamère, Téritétanos et Oudrèdormir se joignent à moi pour souhaiter une bonne fête à tous les Yves !

Tous ?

Allez ! Tous !

—————————————————————————————————–

 

Rumeurs comoriennes et mahoraises

Cette semaine, il va de soi que c’est le nouveau déplacement à Mayotte et aux Comores de notre Secrétaire-d’Etat-A-l’Outre-mer-Maire-UMP les 15 et 16 mai dernier, c’est ce déplacement qui a alimenté la région en habituelles rumeurs et autres bruits qui courent.

Et vous commencez à connaître la phrase consacrée…

Saurez-vous démêler le faux du faux ?

———-

Notre Secrétaire-D’Etat-A-L’outre-Mer-Maire-UMP, aurait déclaré à propos des Comores : « C’est étrange, on ne parle jamais du traité bilatéral qui existe entre les deux archipels de Sodome et Comores ! »

Rumeur, pas rumeur ?

———-

Notre Secrétaire-D’Etat-A-l’Outre-Mer-Maire-UMP s’est longuement interrogé à propos de la spécialité de Mayotte : ne serait-ce pas le marcel ?

Rumeur, pas rumeur ?

———-

Le chef de cabinet de notre Secrétaire-D’Etat-A-l’Outre-Mer-Maire-UMP a dû éclairer la ministérielle lanterne : la spécialité de l’île est en fait la chasse aux poils disgrâcieux. Tout le monde connaît en effet la célèbre épilation de Mayotte.

Rumeur, pas rumeur ?

———-

Notre Secrétaire-D’Etat-A-l’Outre-Mer-Maire-UMP qui aime tant les arbres s’est montré fort déçu de n’avoir pas pu visiter les six Comores.

Rumeur, pas rumeur ?

———-

messie.bmp

D’après le photographe qui aurait immportalisé l’instant ci-dessus, notre Secrétaire-D’Etat-A-l’Outre-Mer-Maire-UMP aurait des tendances assez prononcées à se prendre pour le Messie réincarné.

Rumeur, pas rumeur ?

———-

 » Yamuhedza nyoha mwirini kirahi ! « : ce qui fait monter le serpent à l’arbre, c’est l’orgueil !

Et ça, ce n’est pas une rumeur, c’est un proverbe mahorais, très pertinent et très facile à placer dans les dîners en ville !

Bon dimanche !

——————————————————————————————————

Martine a gagné, ou le jeu des deux différences…

Le « sur le vif » d’aujourd’hui donnera raison à Martine, qui, dans son commentaire de jeudi dernier, pariait que le distributeur de sacs à crottes photographié serait bientôt nettoyé de son autocollant « Ségolène Royal Présidente. »

Je vous repasse le cliché, pour les ceusses, fans de Jeanne Moreau, qui auraient tendance à voir leur mémoire flancher un peu :

distributeur.bmp

———-

Un déjà vieil autocollant qui était là depuis au moins un an, (souvenez-vous…), et plus de sacs à crottes, donc !

Voici la même vue, mais prise hier soir, soit presque 32 heures après la première photo. (Ici, je le sais, les amateurs de précision se régalent…)

distrib2.bmp

———-

Je vous laisse donc chercher les deux différences…

Chère Martine, si vous le désirez, je vous mettrai en relation avec M. HOU. Votre prix sera le sien.

Quant à moi, ce n’est pas pour me vanter, mais je suis bien content que mon modeste blog serve à quelque chose !

Pas grand chose, certes, mais un peu quand même !

Et d’ailleurs, si vous aussi, quelque chose vous gêne à Montereau, n’hésitez pas à me le signaler ! Je verrai ce que je peux faire !

Non, non, ça me fait plaisir…

——————————————————————————————————-

 

 

The bodyguard

Dans la dernière édition en date de la République de Seine-et-Marne, notre Secrétaire-d’Etat-A-l’Outre-Mer-Maire-UMP s’est cru obligé de se fendre d’un droit de réponse concernant l’emploi d’Abdeljalil BOUMEHDI, abattu de six balles le 23 avril dernier rue Racine à Surville.

En effet, Maître BOEDELS, l’avocat de la victime, rappelait la semaine dernière, dans le même hebdomadaire, le fait qu’ Yves JEGO avait « personnellement sollicité Abdeljalil BOUMEHDI pour assurer sa protection et participer au service d’ordre pour ses réunions et meetings, lors de la dernière campagne aux municipales.« 

Je vous renvoie d’ailleurs à mon papier du 9 mai dernier :

http://yvespoey.unblog.fr/2008/05/09/insolence-a-la-rep/

Lundi dernier, notre SEAOMMUMP affirmait que « ce garçon n’a jamais été mon garde du corps. Je n’ai d’ailleurs jamais eu de garde du corps.« 

Donc, suite à cette dernière affirmation, il va me falloir revenir sur quelques éléments qui me paraissaient pourtant assez évidents : dans les déplacements, réunions électorales et autres meetings, notre édile n’utilise pas les services de gardes du corps, il n’a pas de service d’ordre, il n’emploie aucun « agent » de protection.

Regardez, par exemple ci-dessous, prise en pleine période électorale, sur le marché de Surville, lors de la grande distribution de café et de chouquettes organisée par le Maire de Montereau candidat à sa propre succession :

Cet homme, par exemple, qui naguère voulut « s’occuper de moi », (je le cite), et qui s’occupa de notre camarade Sarah et de sa fille en leur collant une gifle, cet homme devait simplement être un baby-sitter !

bodyguard2.bmp

———-

http://yvespoey.unblog.fr/2007/05/02/avec-de-la-sauce-maillot/

A l’époque, Yves Jégo n’était que député-maire, alors qu’aujourd’hui, les hommes en costume sombre qui descendent de la magnifique Vel Satis de fonction noire, et qui ouvrent le passage à notre SEAOMMUMP pour se rendre au conseil municipal, ces hommes ne sont que des Men in Black, vous savez, ces agents gouvernementaux chargés de traquer les extraterrestres infiltrés sur notre planète. Peut-être certains zorglubiens ou trantoriens siègent-ils incognito autour de la table verte…

meninblack01.bmp

———-

Mais il y a encore plus étonnant.

Quand il se déplace en ville haute, notre SEAOMMUMP ne manque pas de garer un peu à l’écart sa belle voiture.

Ainsi était-ce le cas, en cette belle soirée printanière, il y a presque une année de cela, au cours de laquelle ma présence salle Mitterrand l’avait empêché de s’exprimer :

http://yvespoey.unblog.fr/2007/05/04/en-tout-cas-pas-celle-du-bon-samaritain/

http://yvespoey.unblog.fr/2007/04/28/cest-les-nerfs/

Ce soir-là, donc, l’automobile de fonction était garée avenue de Surville, juste avant la rue traversière.

Et bien, les deux personnes qui la surveillaient du regard, dans une voiture près de la tour expérimentale, ces deux personnes devaient être un garagiste et un mécano. Au cas où…

On voit donc par là qu’à Montereau, et je n’en finis pas de l’affirmer, il faut vraiment se méfier des apparences !

——————————————————————————————————-

La belle et la bête

Vous, je ne sais pas, mais moi, si.

Je vous le dis tout de go, sans ambages et sans plus tarder, j’attendais beaucoup de cette avancée citoyenne monterelaise que tout le canton nous envie, je veux bien sûr parler, mais vous l’avez déjà deviné, de la création d’un poste de conseillère municipale déléguée à la vie animale.

Oui, j’étais impatient de constater quelles conséquences sur notre vie quotidienne allaient découler de cette nomination bien méritée. Impatient comme seuls se retrouvent les impatients lorsqu’ils ont décidé de se montrer vraiment impatients.

Hélas ! Le flambergien vraiment impartial ne pourra qu’être d’accord avec moi : jusqu’à présent, oncques n’entendîmes Madame la Conseillère chargée de la vie animale au conseil municipal.

Bon, d’accord, me direz-vous, on n’a entendu parler aucun conseiller municipal, fût-il une conseillère, et si ma mémoire est bonne, aucun adjoint non-plus, respectant ainsi une tradition monterelaise et umpienne : seul le chef a le droit de l’ouvrir. (Encore qu’en ce qui concerne les lois sur les OGM récentes, il semblerait que la tendance s’inverse au sein des parlementaires de la majorité…. Une seule solution : c’est la dissolution !)

Mais revenons à nos bestioles locales : figurez-vous qu’à Montereau, les distributeurs de sacs à crottes canines, ces distributeurs sont vides, et cette photo le prouve sans autre forme de procès.

distributeur.bmp

———-

Et si ça, ce n’est pas un chantier pour la vie animale, alors, je m’y perds.

Mais il ne sera pas dit que je laisserai mariner dans l’expectative et le doute notre élue. Moi, quand je peux aider et rendre service…
Et pour ce faire, je vais prendre exemple sur nos voisins suisses, qui viennent d’officialiser une ordonnance sur la protection de leurs animaux, si j’en crois cette brève publiée dans Libération du 12 mai dernier, et qu’une fidèle blogonaute d’entre les fidèles me recommanda chaudement, espérant avec raison que j’en tirasse un vrai profit !

Les fiers descendants de Guillaume Tell et d’Henri Dunant ne plaisanteront donc plus avec la vie animale : à partir de maintenant, tout propriétaire de chien se devra d’accomplir une formation obligatoire, et il sera désormais interdit de punir son fidèle compagnon au moyen d’un coup de feu. (Il fut en effet un temps où l’helvète moyen exprimait une fâcheuse tendance à dézinguer au 357 magnum son clebs qui n’avait pas rapporté avec suffisamment de célérité la belle baballe à son papa…)

Ce n’est pas tout ! Désormais, le cochon d’Inde résidant dans n’importe lequel des cantons suisses se verra promu au rang d’ »espèce sociale« . A ce titre, il ne devra plus vivre seul en cage, il lui faudra au moins un pote pour passer le temps et ne plus déprimer !

Mais voici que s’avance la mesure phare de cette ordonnance : à partir de maintenant, il sera strictement interdit à Genève, Zurich, ou encore à Lausanne, de se débarrasser de son poisson rouge au moyen de sa cuvette-WC, comme actuellement le veut la coutume.

Il suffira de l’assommer avant de tirer la chasse d’eau. (Les marchands de marteaux se frottent les mains !)

On voit par là, que ce ne sont pas les idées qui désormais vont manquer à notre conseillère municipale.

Et l’on comprendra surtout par là qu’il n’y a pas qu’à Montereau où l’on aurait cette trop fâcheuse tendance à nous faire prendre l’Helvétie pour des lanternes !

Que la suite des événements vous soit propice et néanmoins faste.

Vote dévoué HOU

—————————————————————————————————

 

Tragédie francilienne

Vous, je ne sais pas, mais moi, si.

En ayant appris que M. Copé Jean-François, ci-devant Maire de Meaux et président du groupe UMP à l’Assemblée Nationale était candidat à la candidature pour la région Ile-de-France en 2010, je me suis dit que décidément, la vie de notre Secrétaire-d’Etat-A-l’Outre-Mer-Maire-UMP, cette vie-là était en train de virer à la tragédie.

Et vous le savez, ici, la Tragédie, c’est en alexandrins qu’on l’aime !

———-

C’était pendant un triste un jour rue Oudinot.

Comme je me morfondais, droit dans mes croquenots !

Dans mon secrétariat au lointain outre-mer

La foudre s’abattit, il gronda le tonnerre.

La dépêche tomba, tel un couperet,

En voici un de plus, un autre banneret !

Je n’en crois pas mes yeux, Copé est convaincu

D’être un bon candidat ! Ah ! J’en ai plein le c….. !

Cette place est la mienne, je m’l'étais réservée,

Rendez-moi mon jouet, je suis tout énervé.

« On » m’avait déjà mis des bâtons dans les roues,

Un sérieux outsider, un méchant loup-garou :

Je veux bien sûr parler de Roger Karoutchi.

Ah oui, décidément, je n’y comprends que tchi !

Voici que maintenant, il arrive, le meldois,

Et dans cet engrenage, doit-il mettre le doigt ?

Je vais le renvoyer, ce Ganelon-Copé

Dans sa seine-et-marnaise et haute canopée.

Ce poste m’appartient, je veux la présidence,

Je suis le mieux placé pour donner la cadence.

C’est à moi que revient, et non aux greluchons,

Ce très beau privilège, niquer Jean-Paul Huchon.

Oui, si ça continue, je vais prév’nir la DDASS,

L’UMP redevient un terrible Dallas !

Nicolas, qu’as-tu fait ? En exil à Mayotte,

Je t’le dis sans détour, j’en bave et j’en rote.

J’aurais mieux fait, c’est sûr, de rester à Montereau,

Avec mon bon Albouy et tous mes fiers vassaux.

Car si ça continue, trois-cent-deux prétendants

De la droite francilienne, iront se canardant.

Il faudra, je le pense, et ce sera le drame,

Tous nous départager en chantant Am-Stram-Gram !

———-

Ah ! C’est du souci, tout ça !

Que la suite des événements vous soit propice et néanmoins faste !

Votre dévoué HOU

———————————————————————————————————

 

 

 

Un coup à devenir végétarien !

« Un quart de la viande que nous avalons est issu d’abattoirs qui ne respectent pas les règles d’hygiene européennes.« 

Voici la première phrase d’un article inquiétant, issu du N°1859 du 1er mai dernier, de l’hebdomadaire pas franchement gauchiste, « Le Point ».

lepoint.bmp

Tatillonnes, ces normes européennes ? Pas vraiment, quand on voit ce que l’on risque, et tout particulièrement la confrontation avec Eschericia Coli, germe d’origine fécale, vecteur de gastro-entérites, d’infections rénales dont je ne vous dis que ça ! (Sans oublier les bactéries Campylobacter et Salmonella, la tristement célèbre responsable des fameuses salmonelloses.)

Le magazine nous apprend que voici maintenant des années que l’Europe tape du poing sur la table pour que la France fasse le ménage dans ses abattoirs.

Il faut savoir qu’au printemps 2006, des vétérinaires de Bruxelles ont inspecté une vingtaine d’établissements français d’abattage, et ils n’ont pas été déçus.

Deux principaux reproches :

- Contact entre la face externe de la peau et de la carcasse

- Et surtout, les animaux sont abattus sans être lavés : 80% des carcasses de veaux et bovins avaient des contaminations fécales visibles !

33% des abattoirs français sont de niveau III, car ils présentent de nombreux points de non-conformité.

9% des abattoirs français sont estampillés IV, en raison de graves points de non-conformité pouvant justifier la suspension de l’agrément.

Et voici la carte de ces établissements Niveau IV :

listeabattoirs.bmp

———-

L’hebdomadaire Le Point s’est évidemment intéressé à Montereau, et voici ce que nous pouvions lire à ce propos :

« A Montereau-Fault-Yonne, en Seine-et-Marne, Kissi Tradi Viandes est spécialisé halal. Selon les services vétérinaires, l’activité d’abattage est stoppée depuis le mois de janvier. Ce n’est pas ce que Le Point a observé sur place. Ce vendredi, à l’aube, au bout de la zone industrielle, à une centaine de mètres d’une Déchetterie, 250 moutons viennent d’être égorgés par trois bouchers dans la salle d’abattage, un ancien entrepôt frigorifique.« 

abattoirh.bmp

———-

Je me suis rendu compte sur place…

kissi.bmp

———-

Un inspecteur vétérinaire a confié aux journalistes Jean-Michel DECUGIS, Christophe LABBE et Olivia RECASENS, que « lorsque les non-conformités sons récurrentes et qu’aucune mise aux normes n’est engagée, on propose au Préfet de suspendre l’agrément de l’abattoir. Le problème, c’est que les élus montent aussitôt au créneau. La fermeture d’un abattoir pour raison sanitaire, c’est la bombe atomique à l’échelle locale.« 

« Il faudrait rendre publique la situation sanitaire des abattoirs en France, suggère, sous couvert d’anonymat, un directeur départemental des services vétérinaires. On laisse croire au grand public que, si un abattoir a un agrément, il est carré : ce n’est pas vrai. Le seul levier, c’est la transparence, qui existe chez la plupart de nos voisins… mais pas chez nous. »

Ah ! Cette fameuse transparence !

http://www.lepoint.fr/actualites-societe/le-scandale-des-abattoirs/920/0/242001

———————————————————————————————————

C’était l’bon temps !

En ce jour férié, je me suis posé une vraie question.

Mais où est-t’il le temps de la bonne vieille école d’antan, avec ses quarante-cinq élèves minimum par classe, son poêle à bois, ses filles et garçons séparés, ses châtiments corporels, ses uniformes, son « code soleil » règlementaire qui précisait que les Enseignants ne devaient remplir leurs devoirs conjugaux que la veille de jours de congé (je vous jure que c’est vrai…), bref, en un mot comme en cent, où est passée cette école élémentaire où tout le monde réussissait à passer en 6ème, parce que ceux qui ne pouvaient pas y aller n’y étaient pas présentés ? (Kif kif pour le mythique certificat d’études : ceux qui étaient « certains » de ne pas le décrocher n’avaient pas le droit de le passer…)

A Montereau, cette école se trouve bien évidemment sur un trompe-l’oeil, (vous commencez à connaître mon amour du trompe-l’oeil monterelais), sur un mur juste derrière l’école de la Poterie et l’Inspection de l’Education Nationale :

ecole.bmp

———-

Tout y est, vous dis-je : la nostalgie, le regret du temps qui passe, le refus de la méthode globale, la règle de trois qui n’est jamais très loin, la règle du maître qui est toujours toute prête, la mixité qui n’est pas encore inventée. Il ne manque plus que le hussard noir en blouse grise.

Et d’ailleurs où est-t’il passé, sur ce magnifique trompe-l’oeil ? Mystère ! (Il a laissé ses élèves sans surveillance, faute professionnelle, et toc !)

Mais je vous invite à regarder de plus près et en détail cette fresque à la gloire du temps passé.

Et notamment les placards « pédagogiques » affichés sur le mur du fond de cette classe, et surtout ceux que je vous ai agrandis :

 

ecoledtail.bmp

———-

Sans oublier cet autre panneau qui lui, recense les grenouilles, les têtards, les crapauds et autres amphibiens :

batraciens.bmp

———-

Le lecteur flambergien attentif, versé dans l’accord de l’adjectif qualificatif épithète, la cosmologie et dans la classification animale, verra par là que le fameux adage « C’était mieux avant !« , cet adage-là vient d’en prendre un bon et je l’espère définitif coup dans l’aile.

——————————————————————————————————–

 

1234

PARTI SOCIALISTE |
Le blog du Parti communiste... |
ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pnogues
| Sarkozy président
| Sondages, non merci !