Archive pour juin, 2008

Veolia City

Un mien ami, fidèle flambergien, m’a fait part récemment d’une autre curiosité locale, d’un autre « hasard » monterelais.

Décidément…

Cet ami, à la fois très observateur et très intéressé par les holdings, multinationales et autres grands groupes qui régissent nos pauvres petites vies, cet ami m’a dans un premier temps fait remarquer que la collecte et le traitement des déchets  monterelais étaient assurés par le groupe Veolia.

La preuve :

smab.bmp / veolia.bmp

D’autre part, à Montereau, une Usine d’Incinération des Ordures Ménagères (UIOM) appartient également au groupe Veolia.

http://www.veolia-proprete.fr/index.asp?section_id=157

Puis, mon ami me proposa la devinette suivante : à Montereau, qui donc gère la distribution de l’eau potable ?

C’est….. Veolia :

http://www.cc-deuxfleuves.fr/article.php?id_article=378 

Je vous avoue qu’étant assez joueur de nature, j’attendais impatiemment une deuxième devinette, et je dois confesser que je ne fus pas déçu…

A Montereau, qui donc gère le chauffage central ?

dalkia.bmp

Et de quel groupe la société Dalkia est-elle une filiale, je vous prie ?

Ben… De Veolia, pourquoi ?….

http://www.dalkia.com/fr/services-energetiques/societe/

Alors, évidemment, sur les quatre activités de ce groupe dont le chiffre d’affaires se mesure en milliards d’euros, il reste le transport qui, à Montereau, appartient à la concurrence, je veux parler de Transdev.

Mais si un jour, le logo Veolia Transport ou Connex surgissaient sur les autocars, sachez que Veolia aurait réalisé le grand chelem dans notre chef-lieu de canton.

http://www.connex.info/

Bon, me direz-vous, trois secteurs sur quatre, c’est déjà un bel exploit, que peu d’autres communes en France doivent pouvoir revendiquer, sans compter que le bus rouge Veolia passe quand même chaque année une fois dans la cour de la Mairie…

Ils nous doivent bien ça…

——————————————————————————————————–

Le commissaire est bon enfant.

Chose promise, chose due !

Je voudrais sincèrement remercier le fidèle lecteur flambergien qui m’a fait parvenir cet article issu du journal du Cercle National des Commissaires de Police , article paru en 2005, et que je m’empresse de vous recopier intégralement ci-dessous.

Un article TRES instructif.

———-

MONTEREAU : LE MAUVAIS CHOIX

Montereau est une cité de la région parisienne, plus précisément située dans le département de Seine-et-Marne.

Comme beaucoup de villes de la grande périphérie, elle souffre de nombreux handicaps. Cité-dortoir, elle a connu un développement urbain particulièrement important et a dû accueillir des nombreuses familles à problèmes, souvent transplantées de Paris vers les départements de la petite couronne, puis vers les départements de la grande couronne.

C’est donc une ville qui connaît de nombreux problèmes de sécurité. Récemment, un crime odieux y a été commis. Une jeune fille de 19 ans y a été assassinée de plusieurs coups de couteau, lors d’une fête organisée par une bande squattant un appartement dans une barre d’immeubles voués à la démolition.

Le Commissaire Chef de Circonscription ayant été appelé à prendre un autre poste dans le cadre normal des mutations, M. Jégo, Député-Maire de Montereau est intervenu auprès du Cabinet de M. De Villepin afin que son remplacement soit assuré par un Commandant, déjà en poste au Commissariat de Montereau.

Satisfaction lui a été accordée…

Et cette décision ne manque pas de surprendre. Il n’est pas dans la tradition de la police française qu’un maire puisse « à l’Américaine » choisir ou révoquer le chef de la Police locale. Il s’agit-là d’un pouvoir régalien dont la responsabilité ne peut être partagée avec quiconque, fut-il un élu.

Dans le contexte de Montereau, l’affaire est d’autant plus sérieuse qu’un Commissaire de Police qui depuis toujours dirigeait la Circonscription a été remplacé par un simple Officier, au mépris du respect de la règle hiérarchique qui constitue l’un des fondements de la Police Nationale.

De plus, la Circonscription, compte tenu des difficultés qu’elle présentait, était nomenclaturée 2, c’est à dire qu’en aucun cas elle ne pouvait être dévolue à un Commissaire sortant de l’Ecole mais à un Commissaire confirmé ayant acquis une certaine expérience professionnelle.

Pour réaliser l’opération, la Circonscription de Montereau a tout simplement été placée « hors nomenclature »…

Il convient de rappeler que la « nomenclaturisation » des postes avait été présentée dans le cadre des réforme des corps et carrières comme une grande avancée en faveur des Commissaires de Police.

Ce qui vient de se passer à Montereau est significatif de la désinvolture avec laquelle est géré le corps des Commissaires de Police.

De plus, le nouveau chef de Circonscription, qui est certainement un bon Officier et contre lequel nous n’avons aucune prévention, est en poste à Montereau depuis plus de treize ans. Il a déjà été nommé Commandant sur place. Or, la mobilité des Officiers a été présentée comme la règle « sine que non » de la réforme des corps et carrières.

C’est effectivement une bonne chose : un fonctionnaire de police ayant des responsabilités ne saurait rester longtemps dans un même poste, sans se faire des relations, entrer dans des filières, dont il pourrait ensuite se sentir quelque peu prisonnier. Mais apparemment, avec l’affaire de Montereau, la règle de la mobilité ne paraît opposable qu’aux seuls Commissaires de Police.

La nomination de cet officier comme Chef de Circonscription de Montereau est-elle une bonne décision au plan strict du fonctionnement des services ? Il ne le semble pas…

Tout d’abord, elle a provoqué une certaine émotion chez les Commissaires du département. La section locale du SCHFPN a dû organiser une réunion, une motion a été votée. Mais elle n’a pas obtenu le soutien qu’elle espérait.

Il est très probable que chez ces Commissaires de Police, le sentiment d’abandon n’ait fait qu’accroître leur désarroi.

Or, un commissariat de Police n’est pas une cellule isolée, il travaille dans un environnement…

Prenons l’exemple des permanences, qui exigent entre le Commissaire de permanence et le Chef de Circonscription une rigueur et une confiance absolue dans la transmission des informations et le suivi des dossiers. Il n’est pas évident que ces conditions optimales soient actuellement présentes à Montereau.

Le rôle du Directeur départemental de Sécurité Publique de Seineet-Marne risque d’être bien délicat, à l’avenir, d’autant que chacune de ses décisions, en faveur ou en défaveur de Montereau (par exemple arbitrage dans la répartition des effectifs ou des matériels) risque de faire l’objet d’une interprétation politique à l’origine de bien des polémiques.

Et quelle sera l’attitude des Magistrats locaux qui ne peuvent ignorer les conditions dans lesquelles a été choisi le nouveau chef de Circonscription ?

Les membres du Parquet, les Juges d’Instruction ne vont-ils pas considérer celui-ci comme le représentant d’un pouvoir politique que comme un Officier de Police judiciaire, auxiliaire de Justice ?

Et ne croyez surtout pas que cette nomination sur place du nouveau Chef de Circonscription ait fait l’unanimité chez les Officiers.

Cette décision aberrante (au sens étymologique), véritable passe-droit, a fait quelques jaloux et embarrassé quelque peu les syndicats d’Officiers de Police.

Des Commissaires de Police citent volontiers le nom d’un Commandant, plus ancien que le candidat de M. Jégo y compris pour sa nomination dans le grade.

Ce fonctionnaire, titulaire de la médaille de la Police, Officier du mérite, grièvement blessé en service, qui fait l’unanimité par ses qualités professionnelles, son courage et son dévouement était candidat sur la Circonscription de Montereau.

On est bien loin des promesses faites de la prise en compte des mérites, pour les récompenses et l’avancement des fonctionnaires…

——————————————-

Ne vous avais-je pas promis un article TRES intéressant et TRES instructif ?

———————————————————————————————————

Nouvelle arrestation d’un papa sans-papiers à Montereau : dernière minute.

http://yvespoey.unblog.fr/files/2007/03/resf.png

Les membres du collectif RESF de Montereau viennent d’être reçus par M. Chéron, Directeur de cabinet d’Yves Jégo, en présence de M. Zaïdi, Directeur de la solidarité, M. Fournier, Directeur du C.C.A.S. et de M. Nave, Directeur de la Communication à la Mairie de Montereau.

La mobilisation entamée vendredi, puis samedi après-midi devant le parc des Noues a interpellé la municipalité.

Sans aucune volonté de polémiquer, la situation dramatique d’une famille ne le permettant pas, les membres du réseau RESF ont réexposé la situation complexe de M. L., arrêté jeudi matin juste après avoir accompagné sa fille à l’école de la Poterie.

M. Chéron s’est fait le porte parole d’Yves Jégo, qui  a assuré « suivre le dossier« . Il a même précisé  : « Soyez assurés de tout le poids d’Yves Jégo dans la résolution de cette affaire.« 

Le collectif a pris acte de cette prise de position en faveur de la libération de M. L. (M.L. dont on n’a aucune nouvelle à l’heure où j’écris ce papier…)

———————————————————————————————————

Nouvelle arrestation d’un papa sans-papiers à Montereau

Jeudi 5 juin, Monsieur L., de nationalité congolaise était arrêté à son domicile, après avoir conduit sa fille aînée à l’école de la Poterie.

Il est actuellement détenu en centre de rétention du Mesnil Amelot. Il est marié père de deux enfants et sa femme est aujourd’hui enceinte de 7 mois.

Débouté d’asile politique, il a actuellement un recours pendant auprès de la CRR suite à un refus OFPRA sur une demande de réexamen.

Ayant reçu une Ordonnance de Quitter le Territoire en Février 2008 sur lequel aucun recours n’a été déposé il n’y a plus de recours juridique possible. Il a reçu, avec son épouse, une convocation au commissariat de Montereau. Madame L. s’y est rendue seule.

Ils sont du coup venu chercher Monsieur a son domicile.

Sa femme a une demande pendante à la préfecture du 77 pour soins, elle souffre de diabète (insulinodépendance) enceinte de 7 mois.

Elle a pu rentrer chez elle. Son aînée la petite F. est en CM1 a l’école de la poterie à Montereau.  La cadette K., née en France n’est pas encore scolarisée, elle souffre d’asthme et est souvent hospitalisée.

Les membres du Réseau Education Sans Frontières de Montereau ont aussitôt été alertés et se sont mobilisés pour tenter de faire libérer Monsieur L. Ils ont appelé le cabinet du Maire de Montereau qui a assuré donner une réponse samedi matin.

Samedi 13 heures, la réponse n’étant toujours pas arrivée, les militants RESF ont décidé de faire signer une pétition et de distribuer des tracts à l’entrée du festival Confluences, sous un soleil radieux, comme en témoigne le cliché ci-dessous :

resf.bmp

———
Environ 600 signatures ont été recueillies, qui seront transmises à Monsieur le Préfet de Seine-et-Marne.

Des lettres lui ont été adressées par mail, et vous pouvez vous aussi lui envoyer une demande de remise en liberté pour Monsieur L.

Le texte et le mail de M. le Préfet figurent à cette adresse :

http://yvespoey.unblog.fr/2008/02/01/

resf.png

Une pétition est également   en ligne :

http://www.educationsansfrontieres.org/?rubrique185


Monsieur L., son épouse et ses deux filles vous remercient d’avance.

Il passera ce matin à 9h00 devant la Cour d’appel, le juge des Libertés de Meaux ayant refusé samedi matin sa remise en liberté.

A suivre, avec espérons-le, de bonnes nouvelles…
————

Avant de vous lâcher, je vous conseille la lecture du papier de demain : vous y trouverez un article provenant du journal du Cercle National des Commissaires de Police, une association de Commissaires et hauts fonctionnaires honoraires.

Un article TRES instructif !

A demain !

———————————————————————————————————

Rumeurs festivalières

tiar.jpgtiar.jpgtiar.jpgtiar.jpgtiar.jpg

Comment ne pas se l’avouer ? Cette semaine, c’est le festival de Montereau qui a fourni son stock de rumeurs, bruits en tous genres et autres « on-dit ».

Le festival, certes, et un peu aussi le « Canard Enchaîné »….. Redde Caesar qui sunt Caesaris !

A vous de jouer, à vous de démêler le faux du faux !

tiar.jpgtiar.jpgtiar.jpgtiar.jpgtiar.jpg

Michèle ALLIOT-MARIE ayant appris que son Secrétaire-d’Etat-A-l’Outre-Mer-Maire-UMP l’avait invitée au festival de Montereau, MAM a préféré le cornacker aux Antilles.

Rumeur, pas rumeur ?

tiar.jpgtiar.jpgtiar.jpgtiar.jpgtiar.jpg

Notre Secrétaire-d’Etat-A-l’Outre-Mer-Maire-UMP avait eu l’idée d’inviter également Gaël MONFILS, afin de prouver que son festival n’était pas un festival à deux balles.

Rumeur, pas rumeur ?

tiar.jpgtiar.jpgtiar.jpgtiar.jpgtiar.jpg

Notre Secrétaire-d’Etat-A-l’Outre-Mer-Maire-UMP, ayant appris que des dalles de moquette d’herbe avaient été installées dans le parc des Noues, notre SEAOMMUMP avait eu un instant l’idée de faire revenir Doc Gynéco.

Rumeur,  pas rumeur ?

tiar.jpgtiar.jpgtiar.jpgtiar.jpgtiar.jpg

Le groupe « Les Locataires », qui a connu le vif et mérité succès que l’on sait, samedi soir au parc des Noues, est assuré d’être réinvité à Montereau par notre Secrétaire-d’Etat-A-l’Outre-Mer-Maire-UMP.

Rumeur, pas rumeur ?

locataires.jpg

———-
tiar.jpgtiar.jpgtiar.jpgtiar.jpgtiar.jpg
Notre Secrétaire-d’Etat-A-l’Outre-Mer-Maire-UMP aurait eu un moment l’idée de distribuer un collier de fleurs de tiaré à tous les festivaliers, de façon à montrer son goût avéré pour ce suave parfum, et percevoir ainsi des droits d’odeur.

Rumeur, pas rumeur ?

tiar.jpgtiar.jpgtiar.jpgtiar.jpgtiar.jpg
———-

En parlant de fleurs de tiaré, c’est avec plaisir que je viens de vous en offrir quelques-unes, afin de prouver moi aussi que je ne suis pas allergique à cette plante ultra-marine.

Bon dimanche !

———————————————————————————————————

Et pendant ce temps-là…

Samedi, rubrique sur le vif, vite on se dépêche, car c’est le jour des courses…

Et à propos de courses, justement, je vous communique cette photo du marché monterelais, prise mercredi dernier.

Comme en ville où les commerces sont de moins en moins nombreux (les banques, les sociétés d’assurance remplacent progressivement les « petits » commerçants…), la place au blé et celle du Colonel-Fabien accueillent de moins en moins d’étals.

march.bmp

———-

Bon allez, je suis beau joueur. Ca devait être parce qu’il pleuvait beaucoup…

Ah ! J’allais oublier ! Avant de vous lâcher, un petit point sur l’avancement du sondage :

http://yvespoey.unblog.fr/2008/05/28/on-nous-sonde-mais-pas-dans-les-iles/

sm.bmp

(Copie d’écran datant d’hier soir.)

A demain pour les rumeurs de la semaine écoulée !

———————————————————————————————————

La condition sine qua non

Vous, je ne sais pas, mais moi, si.

Je dois vous avouer que je me suis toujours demandé comment devenir ministre de la République française.

Ca n’a l’air de rien, comme question, mais cette interrogation existentielle m’a toujours interpellé, quelque part au niveau de mon vécu : mais comment donc décrocher un prestigieux maroquin dans les beaux quartiers parisiens, à moins que ce ne soit le contraire ?

Faut-il obligatoirement avoir fait l’ENA, faut-il sortir de Sciences-Po, faut-il embrasser sur la bouche Elkkabach, doit-on fayoter auprès du chef, faut-il écouter tous les matins Jean-Michel Aphatie, doit-on faire du zèle dans sa circonscription, doit-on remercier Michel Drucker ou bien faut-il trépigner des deux pieds ?

Jusqu’à mercredi dernier, je vous confesse que mon ignorance en la matière était du genre crasse de chez crasse.

Ca, c’était jusqu’à mercredi,  jour de sortie du Canard Enchaîné N°4571,un Canard dans lequel on nous rapportait que notre Secrétaire-d’Etat-A-l’Outre-Mer-Maire-UMP s’est plaint auprès de M. Sarkozy de sa ministre de tutelle, je veux bien sûr parler de la martiale Michèle Alliot-Marie.

Et pourquoi la longue liste de ceux qui agacent notre SEAOMMUMP s’est-elle allongée du nom de notre ministre de l’intérieur, je vous prie ? Et bien tout simplement parce que MAM a décidé de superviser un peu les déplacements de son Secrétaire d’Etat. « C’est moi la ministre !« , a-t’elle même rappelé au principal intéressé !

Non mais sans blague ! C’est vrai quoi !

D’où la plainte auprès de M. Sarkozy, (quand on contrarie notre SEAOMMUMP, celui-ci va se plaindre. Ceci, c’est comme un théorème…).

Le Canard Enchaîné rapporte également que M. Sarkozy, vous pensez bien, s’est empressé de consoler notre édile à nous en ces termes :

« Si tu n’es pas capable de te faire MAM, tu n’es pas capable d’être ministre !« 

Ô délices suprêmes, ô douce félicité, ô  divins raffinements, voulez-vous que je vous dise, fidèles lecteurs flambergiens dont certains sont des lectrices, en lisant cette phrase, je tenais la réponse à ma question !

Pour être ministre, il suffit de se faire MAM ! Oui, oui oui, c’est comme notre président vous le dit !

Bon, il n’a pas pour autant affirmé comment on se faisait MAM, en même temps. D’abord, il faut demander sa permission, puis celle de son compagnon, M. Patrick Ollier, et puis, si l’on veut être réglo, il faut demander également l’autorisation à votre épouse ou concubine.

« Chérie, j’ai envie de devenir ministre, puis-je me faire MAM ? » doit-on entendre dans les chaumières des hypothétiques ministrables.

Mais bien évidemment, une question subsidiaire se pose, et les internautes perspicaces sont toujours en droit de s’interroger !

Mais comment se fait-on MAM ? 

La réponse à cette interrogation est des plus ardues, je ne vous le cache pas. Bien des hypothèses sont envisageables, bien des suppositions sont plausibles, et le chemin qui mène à la lumière de la vérité est des plus dangereux!

En tout cas, on voit par là qu’il règne une franche camaraderie au sein de l’axe Place-Beauveau / Rue-Oudinot, et que pour devenir ministre, il faut donner certes de la voix, mais surtout de sa personne !

Bon courage !

Que la suite des événements vous soit propice et néanmoins faste.

Votre dévoué HOU.

—————————————————————————————————————-

Le jeu de cette famille ?

Vous, je ne sais pas, mais moi, si.

Pas plus tard qu’avant-hier, je suis tombé tout à fait par hasard sur cette invitation municipale :

fte.bmp

———-

Le lecteur flambergien attentif aura vite compris de quoi il retourne.

La maison des familles organise une petite sauterie le 18 juin prochain, avec un thème porteur « Les héroïnes dans la littérature ». (On notera au passage l’emploi très justifié du pluriel. Une fête intitulée « l’héroïne dans la littérature » aurait été beaucoup moins alléchante mais indéniablement plus piquante…)

Pour clôturer ce moment festif, il a été prévu un repas en « direction des usagers », avec une participation financière de 2,50 Euros (que voulez-vous, ma bonne dame, on n’a plus rien sans rien…), sans oublier une présentation de costumes réalisés par les adhérentes de l’atelier Couture.

(Vous noterez une nouvelle fois ma propension à aider mon prochain : quand je peux faire de la promo, moi, je n’hésite pas une seule seconde…)

Mais c’est une petite phrase qui a attiré plus spécialement mon attention.

Une petite phrase que je vous agrandis tout de suite et pas plus tard que maintenant, car non seulement désireux de promouvoir les activités municipales monterelaises, je pense également à mes lecteurs myopes.

Ne me remerciez pas… C’est bien naturel !

phrase.bmp

———-

Moi, je crois que nous tenons-là un grand concept : fêter les familles sans inviter les enfants au repas, c’est assez novateur, et pour ainsi dire assez inédit.

C’est un peu comme si un maire, pendant un conseil municipal, ne voulait pas que ses conseillers prissent la parole…

Comment ? Ca, ca existe déjà ? Bon, peut-être… Mauvais exemple !

Mais à moins finalement que ce ne soit le thème des héroïnes dans la littérature qui ait prévalu à cette option.

En effet, imagine-t’on Emma Bovary, la Marquise de Merteuil, Eugénie Grandet, la cousine Bette, Esmeralda, Phèdre, Nana, Denise Baudu, Falbala, Adèle Blanc-Sec, ou encore Gina del Dongo en train de changer les couches de leurs mioches, leur prendre la température, leur administrer un suppositoire et les préparer pour manger à la fête de la maison des familles.

Vous conviendrez avec moi que c’est tout simplement impensable !

Ou alors, c’est que les héroïnes évoquées ce jour-là doivent être drôlement sulfureuses, comme seules peuvent être sulfureuses des héroïnes qui ont vraiment décidé d’être sulfureuses au point de ne pas être mises entre les mains des chers petits…

N’est-ce pas Justine ?

Mais, me direz-vous, que font donc les chères têtes blondes quand leurs parents vont se goberger pour 2,50 Euros au Centre social ?

Comme dirait Marion Cotillard qui s’y connaissait : « Les mômes piaffent ! »

Que la suite des événements vous soit propice et néanmoins faste !

Votre dévoué HOU.

——————————————————————————————————–

Etre sur le CUCS (4)

Nous poursuivons aujourd’hui l’exploration du CUCS monterelais (Aux Niçois qui mal y pensent, comme auraient dit Jacques Médecin et Christian Estrosi…)
C’est au tour de l’axe 3, qui est plus spécialement consacré à la santé !

Je vous le livre en intégralité, puis, je nous poserai deux ou trois questions.

Comme d’hab’ !

—————-
Axe 3 : L’amélioration de l’accès à la prévention et aux soins

L’accès aux soins et la prévention sont des enjeux majeurs dans la réduction des inégalités sociales et territoriales. Cet enjeu nécessite de penser l’offre de soins à l’échelle de l’ensemble de la ville  : mutualisation des moyens et développement de l’existant.

La démarche territoriale entreprise se base sur le schéma de santé publique et d’accès aux soins et au  droits, validé en 2003. La santé ne se limite pas au bien être physique, même si bien évidemment, le soin reste la base, mais il s’agit aussi du bien être social et mental de l’usager, du patient. Cette prise en compte globale se décline sur deux axes qui sont la prévention et l’accès aux soins.

a) Prévenir tout comportement déviant

Il s’agit de développer une véritable politique de prévention qui privilégiera l’intervention de professionnels qualifiés sur les pathologies identifiées comme récurrentes sur le territoire, et de décliner des modes de prévention (prévention primaire, prévention secondaire,…) en fonction des publics. Cette politique de prévention passe par l’utilisation des équipements de proximité,tels la Maison pour Tous, le centre social, les établissements scolaires et par la création de nouveaux espaces de rencontre de type Point d’Accueil Ecoute Jeunes (PAEJ) qui se situent en amont de toute intervention médicale ou sociale. Il s’agira de désamorcer les situations de conflits et les problèmes de santé chez les jeunes adolescents en rupture sociale qui, une fois leur problématique identifiée, seront réorientés vers les structures de droit commun.

b) Faciliter l’accès aux soins des populations précarisées et développer une offre médicale diversifiée et continue

Le soin est la base de tout bien être physique qui doit être envisagé, conformément à la définition de l’OMS, en fonction de l’environnement socio-économique des habitants. Il nécessite d’entreprendre une réflexion plus large que la prestation de services. Le renforcement de la continuité des soins passe par le développement d’une offre de proximité, accessible à tout public, prenant en compte les obstacles sociaux, culturels, financiers et géographiques. L’échelle de proximité sera pensée au niveau de la commune. Concernant la ville haute, il s’agit de développer les ressources santé. Ce développement passe par la création de nouveaux équipements (Maison de la santé..) et par le développement de l’offre médicale par la mise en place de permanences ou d’incitations à l’installation de professionnels sur le territoire monterelais. Cela nécessite l’élaboration d’une stratégie de communication et de mobilisation.

Pour une action efficace, il conviendrait de mettre en place des programmes de formation/action, en vue de renforcer les pratiques des professionnels publics et privés de la santé, développer les espaces de rencontre en Ville Haute. L’accès social passe par l’accompagnement des publics en difficulté et leur initiation au fonctionnement des différents équipements sanitaires mais aussi en leur donnant plus de lisibilité sur les prestations offertes sur le territoire. La mise en place de guichets uniques desoins avec des parcours individualisés permettra d’y répondre.

La Maison de la Santé sera implantée au coeur du quartier, disposera de moyens pour mettre en place des actions collectives d’information, de sensibilisation et une offre de soins particulière pour les enfants et le public en difficulté (soins bucco-dentaires, souffrance psychique, dépistage précoce des troubles visuels, auditifs, des troubles du langage etc.).

Dans le cadre du schéma départemental de gérontologie, une structure d’Information et de Coordination sera initiée, dont l’objet sera d’informer les usagers vieillissant sur leurs droits et les différentes structures existantes et de les accompagner dans leurs démarches individuelles. Les actions santé seront coordonnées par un référent santé, qui aura pour mission de veiller à la cohérence territoriale du projet de santé.

———–

Alors, oui, toujours sur le papier, ça le fait !

Ca donne envie de venir se soigner à Montereau-Surville !

Mais quelle est la réalité des faits  ?

Mais ou est donc la maison de santé qui devait s’implanter « au coeur du quartier » ? 2009 arrive à grand pas, et comme la soeur Anne, on ne voit rien venir…

Pourquoi les structures de soins ferment-elles les unes après les autres sur le quartier de Surville ? On se souvient du cabinet de radiologie qui a déménagé, l’an dernier…

Combien de dentistes reste-t-il à Surville ?

Et au passage, pourquoi la prévention bucco-dentaire est-elle si mal en point ? Les dépistages en la matière n’ont plus lieu dans les écoles maternelles et élémentaires. Pourquoi ?

Et je ne parle pas des autres dépistages évoqués dans cet axe… Il n’en existe pratiquement aucun…

Heureusement que l’Association CSCS (Collectif de Santé Communautaire de Surville) est là pour essayer de combler les manques institutionnels ! (Un bonjour à vous, Mesdames, qui vous reconnaîtrez !)

On nous dit avec raison, tout en début de texte, que la santé ne se limite pas au bien être physique (ça aide quand même, me direz-vous…), mais combien de psychologues, combien de psychiatres se sont installés en ville haute ?

Où sont les espaces de rencontre axés sur ce thème, où sont les structures appropriées, comment sont aidées les familles ?

Pourquoi certains praticiens refusent encore la CMU ?

Dernière question… Qui est le référent santé ? Si vous le connaissez, vous, seriez-vous assez aimable de me le présenter ?

————————————————————————————————————————-

Etre sur le CUCS (3)

Retour aujourd’hui sur le CUCS, le Contrat Urbain de Cohésion Sociale 2007-2009, signé par la municipalité monterelaise et l’Etat.

L’axe 2 de ce CUCS concerne toute cette notion de réussite éducative et d’égalité des chances, avec toujours sur le papier de bien belles intentions et de bien beaux discours fort utiles pour toucher les subventions.

A la suite de cet axe 2 que je vous recopie dans son intégralité, je vous livre quelques réflexions personnelles.

Comme d’hab ! 

———————————————————

Axe 2 : Réussite éducative et promotion de l’égalité des chances

Les actions éducatives dont l’offre d’accompagnement scolaire, sont pensées en lien avec les contrats de réussite de la zone d’éducation prioritaire et ont vocation à consolider les apprentissages fondamentaux et la culture générale.

Elles s’adressent en priorité aux enfants en difficultés scolaires ou à ceux qui ne trouvent pas, dans le giron familial, le ferment nécessaire à cette consolidation. Pour autant, la mise en oeuvre de ces actions ne doit pas avoir pour conséquence de décharger les parents de l’éducation de leurs enfants. Bien au contraire, ils doivent être replacés au sein dusystème éducatif.

Tous les projets devront rechercher et permettre une implication forte des parentsdans le suivi et l’accompagnement des parcours scolaires de leurs enfants.

Par ailleurs, bien qu’elles accordent un attachement particulier à la réussite scolaire de leurs enfants, les familles en difficulté ne peuvent pas, parfois, offrir le soutien nécessaire à leurs enfants. Aussi, une action particulière devra être menée en direction de ces familles, pour promouvoirl’apprentissage de la langue française (Axe 4), l’accès aux services et aux professionnels intervenant dans la vie scolaire et l’accompagnement social. La réponse aux besoins des enfantsprimo-arrivants, notamment linguistiques, sera une priorité .

Au-delà de la réussite scolaire, cette politique éducative globale devra également veiller à favoriser l’épanouissement de l’enfant et son apprentissage de la vie sociale.

Elle fera du même coup de l’éducation un outil de prévention contre les conduites déviantes ou à risque. A ce titre, elle veillera au développement d’activités périscolaires de qualité dont le contenu sera défini en concertation avec leurs bénéficiaires.

Là encore, la notion de « réussite » devra être valorisée. La Ville de Montereau-fault-Yonne dispose d’un contrat éducatif local depuis l’année 2005.

Le dispositif vise à la fois, à donner à chaque enfant en difficulté les chances de réussir son parcours éducatif, et à favoriser les parcours d’excellence. Une équipe locale pluridisciplinaire, pilotée par un coordinateur, a été créée afin d’avoir une prise en compte globale de l’enfant de moins de 16 ans et de son environnement social, familial…

Le programme mis en place sur le temps hors scolaire s’articule autour de 3 axes :

a) Accompagner des élèves afin d’apporter un accompagnement individuel adapté, avec la mise en place d’outils de médiation et d’importants programmes d’aide aux devoirs (RAPE,RAUC…), d’accompagnement à la scolarité et de soutien, du CP à la terminale. Le dispositif « Equipe de Réussite Educative », mis en place depuis 2005, contribue à la mise en oeuvre de ce volet.

b) Prévenir, dépister et répondre aux problématiques de santé avec l’intervention de professionnels notamment sur l’aspect psychologique, troubles du langage, buccodentaire…(Axe 3).

c) Développer les parcours d’excellence, notamment par l’accès à la culture, à la connaissance en vue d’ouvrir l’esprit, de créer une ambition. Le programme d’actions privilégiera l’innovation, l’expérimentation et l’ouverture vers l’extérieur et l’étranger.

———-

En même temps, comme cet axe 2 dit « éducatif » touche de très près mon métier, et qu’ici, il est hors de question comme vous le savez de mélanger les genres, je ne vous ferai que quelques commentaires très généraux.

Dans le domaine éducatif, la vraie et peut-être la seule solution est d’impliquer les familles, qui dans l’immense majorité des cas, font ce qu’elles peuvent. C’est ce qu’ont bien compris les municipalités où cet accompagnement éducatif fonctionne réellement.

Il n’est pas évident d’être parent dans une Zone d’Education Prioritaire, avec les tentations en tous genres qui peuvent y exister, avec la tyrannie des marques,sans oublier la dictature de la télé.

Peut-on réellement impliquer les familles quand on ne les fait pas se sentir concernées par ce soutien scolaire, quand de plus le soutien en question est payant par le biais du goûter ?

Je n’en suis pas sûr, pour l’avoir constaté de mes propres yeux, mais je ne peux poursuivre ma démonstration sous peine de sortir de mon devoir de réserve.

Juste une interrogation : pourquoi à l’heure actuelle met-on le paquet sur le soutien scolaire en dehors de l’école en rappelant des instits à la retraite, alors que les classes sont chargées et qu’on supprime des postes d’enseignants ?

J’ai bien une petite idée, mais se rapporter à l’avant dernier paragraphe…

Pour ceux qui seraient curieux, vous pouvez toujours m’adresser vos questions par mail, et surtout, laisser des commentaires.

——————————————————————————————————-

1234

PARTI SOCIALISTE |
Le blog du Parti communiste... |
ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pnogues
| Sarkozy président
| Sondages, non merci !