Archive pour 11 février, 2009

Le blues de la CC2F

A ne pas manquer aujourd’hui :

Le blues de la CC2F dans Vie locale 090211023342390113136286

Ce que pensent Nicolas Sarkozy et François Fillon de la façon dont un certain Yves Jégo a géré toute cette crise en Outre-Mer… (en page 2)

——————————————————————————————
090211120220390113134710 dans Vie locale Avant Post ! (2)

0021ne dépêche de l’agence Associated Press tombée aujourd’hui à 13h14:

090211012908390113135943

 

SOCIAL – GUADELOUPE – JEGO – AP – 11/02/2009 13:14:39

Guadeloupe: Yves Jégo assure qu’il n’a pas été désavoué

Yves Jégo, de retour en Guadeloupe avec deux médiateurs, a affirmé mercredi qu’il n’avait pas le sentiment d’avoir été désavoué par François Fillon, et a rappelé que la responsabilité de la sortie de crise incombait désormais aux partenaires sociaux.

« Le gouvernement m’a suivi, au-delà même de ce que j’imaginais », a affirmé le secrétaire d’Etat à l’Outre-Mer, sur RTL, réfutant tout désaveu. « Je n’ai pas ce sentiment-là, en ayant 190 millions à investir pour l’économie et pour l’activité en Guadeloupe », a-t-il argumenté.

Yves Jégo a également déclaré que les cartes étaient désormais entre les mains des partenaires sociaux, après que François Fillon a jugé, mardi, que « l’Etat ne saurait à l’évidence se substituer aux partenaires sociaux dans les responsabilités qui leur reviennent » sur la question des salaires.

« La question de conforter l’économie, c’est la responsabilité de l’Etat, parce que c’est l’emploi que nous voulons préserver. La question des salaires, c’est les partenaires sociaux », a-t-il estimé.

« Sur les augmentations salariales, (…) il faut maintenant qu’on se donne de la méthode, il faut qu’on arrive à mettre autour de la table les syndicats patronaux, les syndicats ouvriers, comme partout dans notre pays », a-t-il ajouté, jugeant que la tâche des deux médiateurs sera « immense » et « difficile ». « En Guadeloupe, le dialogue social est extrêmement difficile, (…) il n’y a que de la confrontation et pas de dialogue », a-t-il regretté.

« Je ne veux pas croire que douze personnes, six syndicalistes d’un côté et six patrons de l’autre, ne vont pas arriver à débloquer la situation. C’est leur responsabilité, ils ont tous les moyens pour le faire », a poursuivi M. Jégo.

Le secrétaire d’Etat à l’Outre-Mer a par ailleurs expliqué qu’il restait en Guadeloupe jusqu’à l’installation des médiateurs. « Je reviendrai pour la conclusion de l’accord », et « aussi souvent que nécessaire », a-t-il précisé.

Le porte-parole de l’UMP Frédéric Lefebvre a lui aussi nié tout désaveu du secrétaire d’Etat à l’Outre-mer par Nicolas Sarkozy et François Fillon. « Un ministre qui va au contact des difficultés, qui négocie, c’est au contraire un ministre qui fait son job », a-t-il dit devant la presse parlementaire. « Il est tout sauf caramélisé parce que c’est lui qui y retourne, qui va présenter le plan du gouvernement et installer les médiateurs ».

M. Lefebvre a par ailleurs nié tout désaccord entre Nicolas Sarkozy et François Fillon sur la Guadeloupe. Le chef de l’Etat et le Premier ministre sont « pleinement en accord » sur ce dossier, a affirmé le porte-parole de l’UMP.

————————————————————————————–
090211120220390113134710 Avant Post !

0021ne dépêche de l’Agence France Presse tombée hier soir à 21h14 :

Contenu supprimé à la demande de l’hébergeur UNBLOG.FR

—————————————————————————————–

Et retour à Montereau…

 

Le blues de la CC2F

 

090210032249390113132329inquiétude ! 

C’est évidemment ce sentiment qui marqua de son empreinte lundi soir la dernière réunion en date du Conseil de la CC2F, notre Communauté de Communes.

Inquiétude d’abord de ne pas apercevoir notre Secrétaire-d’Etat-A-l’Outre-Mer-Maire-UMP-346-1 présider ce Conseil. Faut-il rappeler que celui-ci avait été convoqué dans l’après-midi chez M. Fillon pour une petite explication, qu’apparemment ni les liaisons Internet ou hertziennes ne rendaient possibles, au sujet de sa gestion de la crise guadeloupéenne ?

Ce fut M. Lévêque, Maire de Marolles qui devait mener les débats.

090210094152390113131276

M. Philippe Lévêque

Inquiétude de ne pas voir arriver la sténotypiste qui eut un peu de retard, mais finit par installer sa machine.

Inquiétude ensuite exprimée par M. Ruiz, Maire de Varennes, durant sa présentation des orientations budgétaires. José Ruiz rappela dans un premier temps la dette de la CCF (environ 13 millions d’euros à ce jour), puis replaça ces prochaines orientations dans le contexte économique de crise économique et financière.

Dans ce contexte-là, pour l’édile varennois, il allait de soi que la gestion de la CC2F devrait être  menée avec une volonté plus que ferme de maîtriser les dépenses, et notamment celles de fonctionnement.

De plus, il informa les Conseillers qu’il semblait acquis le fait de ne plus devoir compter sur l’implantation du Call center sur notre territoire. Il n’était pas certain non plus du succès quant aux contacts passés avec d’autres hypothétiques sociétés susceptibles de s’implanter chez nous.

José Ruiz utilisa une jolie formule : « les recettes vont devenir, de façon plus sûre, aléatoires… »

090210094151390113131275

M. José Ruiz

Inquiétude également de la part de Romain Senoble, l’élu forgeois, qui rappela de manière bien sentie l’annonce dernière de notre Président de la République. Un M. Sarkozy qui trouva récemment assez inédit et original le fait de supprimer la taxe professionnelle que versaient jusqu’à présent les entreprises aux collectivités locales.

La grande majorité des Conseillers partagea ce sentiment et José Ruiz rappela que le manque à gagner en France des collectivités locales se monterait ainsi à 28 milliards d’euros.

090210094152390113131277

M. Romain Senoble

Mais  M. Tychensky, 3ème vice-président, et proche d’Yves Jégo, rappela que tout ceci n’était pas fait, et qu’il était finalement inutile de trop s’en faire.

Je n’ai pas été intimement persuadé que cette déclaration fût de nature à rassurer ni les élus ni le public dans la salle.

Inquiétude ensuite de la part de M. Bénard, Maire de Salins, qui reprocha à Varennes et à Marolles le fait de ne pas partager les recettes financières découlant de l’aménagement de leurs ZACS respectives.

José Ruiz répondit avec une certaine virulence que ces recettes serviraient bien entendu à couvrir les dépenses inhérentes découlant de cet aménagement : logements sociaux, classes supplémentaires, etc, etc…

090210094151390113131274

M. Georges Bénard

Un conseiller manifesta ensuite son émoi quant à une question concernant une réflexion à mener sur la participation financière des communes au SIRMOTOM.

M. Tychensky, 3ème vice-président, et proche d’Yves Jégo, répliqua d’un définitif  « On verra ça au cas par cas. »

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais la gestion d’une Communauté de Communes, n’est-ce pas justement tout le contraire du cas par cas ?

Le cas par cas, n’est-ce pas justement le contraire du concept de « Communauté » ?

A moins que ce ne soit évidemment une marque de fabrique de l’école jégoïste, qui, par les temps qui courent, me direz-vous, ne semble pas faire ces preuves… Suivez mon regard ultra-marin…

090210094152390113131279

M. Jean Tychensky

M. Tychensky, 3ème vice-président, et proche d’Yves Jégo, encore lui, nous apprit ensuite qu’il allait falloir procéder à l’embauche d’un nouveau Directeur Général.

En effet, c’est actuellement le DG adjoint de la CC2F qui remplit cette fonction.

Romain Senoble, toujours en verve (si si, encore une fois avec un « v »…), fit remarquer qu’au titre des économies à réaliser, il serait peut-être assez judicieux de se passer d’un tel poste.

M. Tychensky, 3ème vice-président, et proche d’Yves Jégo, lui répondit que le DG adjoint ne souhaitait pas devenir DG tout court.

On voit par là l’admirable abnégation de certains fonctionnaires territoriaux qui refusent toute promotion, et toutes les primes qui vont avec. C’est beau !

Nous aurons donc deux DG. Un principal et un adjoint.

J’attends avec impatience la petite annonce pour le recrutement. On se rappelle un certain rapport de la Cour des Comptes concernant l’embauche de cadres dans la région… (Cf colonne de gauche).

Romain Senoble, encore et toujours lui, décidément dans une forme quasi-olympique, demanda, toujours au titre des substantielles économies à réaliser, à ce que ne soit pas versée « comme la dernière fois » (sic) une subvention de 30 000 Euros à la société du Tour de France.

Un grand silence bien palpable envahit la salle. On aurait entendu pédaler un cycliste, même dépourvu de tout EPO…Je me demande même si du côté de la rue Oudinot, de ministérielles oreilles ne se mirent soudainement pas à siffler…

0015

———-
Enfin, une dernière grande décision fut prise, qui pourrait peut-être avoir des conséquences inattendues.

Il fut décidé de venir au secours des chauve-souris des caves du faubourg St Nicolas, en attribuant une subvention pour entretenir le lieu.

On comprendra donc la satisfaction visible qui s’empara de notre Conseillère municipale monterelaise Déléguée à la Vie Animale, qui siégeait avant hier soir, à l’idée que désormais, la vie de ces microchiroptères tout aussi monterelais devrait connaître une douceur digne du plus idyllique des Nirvanas. 

Mais bien évidemment, je me demande s’il est très judicieux par les temps qui courent d’aller se fâcher avec le grand philosophe sarkozyste Jean-Marie Bigard, qui, dans une grande envolée lyrique assénait naguère le message très kirkegaardien suivant :

« J’aime paaaaaaaaaaaas les chauve-souriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis ! »

Et l’on se sépara en promettant de se revoir, comme aurait écrit feu le très regretté Marcel Aymé.

Ah ! Au fait ! Quand je vous disais que la sténotypiste avait fini par arriver :

090210094152390113131278

—————————————————————————————–

PARTI SOCIALISTE |
Le blog du Parti communiste... |
ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pnogues
| Sarkozy président
| Sondages, non merci !