Il a dévalé sa berge ?

Il a dévalé sa berge ? dans Vie locale 100405025041390115772028e suis certain que vous avez toujours voulu savoir ce qu’était la « séquanitude« ..

Si, si, ne faites pas les innocents…

La « séquanitude »,  c’est directement à l’inventeur de ce néologisme qu’il faut en demander la signification.

Cet inventeur n’est autre que notre Député-Maire-Conseiller-régional-UMP-PR-346-1, car ce néologisme est en fait un jégologisme, qui a fait son apparition dans le premier numéro du magazine « Seines« , une nouvelle revue concoctée par d’anciens journalistes du Figaro.

C’était ici :

http://www.seines.fr/le-magazine/

patchwork-couv dans Vie locale

—–

 

Il suffit de cliquer sur le lien « Feuilletez les anciens numéros » pour trouver le N° 1 et tomber sur ceci :

100402060815390115753388

—–

Soyez rassurés sur vos facultés visuelles, il est normal que vous ne puissiez rien lire, car ce n’est pas bien de copier directement et intégralement des pages entières de magazines…

En revanche, on peut citer quelques passages.

Et là, vous allez le constater, c’est beau comme l’antique !

Notre DMCR-UMP-PR-346-1 (je veux croire que c’est lui qui a écrit ceci) était en grande forme !

Tout d’abord, notre édilanous cite Fernand Braudel, puis nous parle du peuple séquanais, puis nous affirme, lyrique, que « Sans la Seine, Paris ne serait pas Paris« , et même que « Sans la Seine, il n’y aurait pas de région capitale« , tout en nous administrant cette magnifique phrase nominale : « Ce basculement irrésistible et tendre vers la mer« .

Ce n’est pas tout…

« [...] soucieux d’encourager toutes les initiatives qui permettront de mettre en valeur le fleuve et les communes qui l’entourent, j’ai accepté de présider le comité scientifique de ce magazine.« 

Mais le passage qui m’a le plus interpellé est celui-ci, car il va avoir un certain écho, pour ne pas dire un écho certain sur le terrain monterelais :

« Pour ma part, disons-le tout de suite, je crois profondément en la « séquanitude » : en une forme d’art de vivre qui serait propre aux riverains du fleuve, même si ceux-ci, à force de le côtoyer, ne le voient plus ou presque.« 

Voici donc la réalité du terrain monterelais, qui, si Yves Jégo le côtoyait, pourrait être vu par lui ou presque.

Il s’agit des berges monterelaises, les berges de la ville gérée par notre nouveau président de comité scientifique…

Le premier cliché a été pris en mars 2009 :

100403050959390115759425

——-

Même angle de vue, mais une année après :

100403051005390115759426

—–

100403051012390115759429

—–

100403051019390115759430

—–

100403051023390115759431

—–

100403051027390115759433  — 100403051031390115759434

——–

100403051041390115759437

———-

Alors, c’est donc ça, la « séquanitude », c’est de ne pas entretenir les berges de sa ville ?

On l’aura compris, une nouvelle fois, Yves Jégo prêche encore et toujours une parole qu’il veut bonne, mais la réalité du terrain monterelais est tout autre…

On ne peut pas faire dans la communication à outrance, on ne peut pas être en permanence dans le « paraître » et assurer l’entretien des routes ou des berges de la commune.

Ce sont des choix.

Je me demande si le magazine « Seines » ne pourrait pas lancer une souscription pour permettre au président de son comité scientifique de pouvoir adopter à Montereau son propre de concept de « séquanitude »….

——

 

 

 


18 commentaires

1 2 3
  1. pepette dit :

    La « désinformation haineuse », c’est fort ça ! Libre à vous de ne pas venir vous désinformer quotidiennement sur ce blog Mr Muyl !

  2. Bucolique Frenetique dit :

    Rénovons les berges, vite au cirage !

  3. p'tite souris dit :

    Il s’agit des berges de la villle monsieur J2M
    346 lui même considérait que la Seine était en réalité l’Yonne.
    Si vous vous piquez d’humour il est bon de mélanger les deux cours d’eau.
    Bravo Monsieur Poey pour vos rubriques quotidiennes et d’accord avec pepette, et la Yonnitude ! S’il en est qui font de la désinformation ce n’est certainement pas votre cas.
    Henri il va falloir envisager de parler avec un porte voix 346 est certainement sourd !

  4. souris verte dit :

    En accord avec p’tite souris : s’il en est qui n’apprécient pas ce blog, ils n’y viennent pas. On est grands, adultes et encore en démocratie. Peu importe qu’il s’agisse des rives de l’yonne ou de la seine, ces rives sont dégradées et non entretenues. Les monterolais qui paient des impôts ont bien le droit de demander où passent leurs impôts et de vouloir que leurs impôts servent, surtout en période de crise à payer des « réparations » urgentes et nécéssaires à toute la communauté, (trous dans la chaussée sur la zone industrielle), chaussées dégradées (montée à Surville), bref, de demander à ce que leurs impôts, fruits de leur labeur, soient mieux employés et servent d’abord à toute la comunauté plutôt qu’à des Napoléonades ou un festival, ou des journées « culturelles » ou des journées vacances à un euro sans que soit calculé un quotien familial.
    On a quand même le droit de le dire. En temps de crise, le gaspillage n’est pas de mise.

  5. Prunelle dit :

    C’est comme chez le dentiste, plus on attend, plus ça fait mal, plus c’est cher. L’yonne ou la seine, on s’en fiche, quand il faut il faut, que ça plaise ou non à certains, hier la sémantique, aujourd’hui l’yonne ou la seine il faut réparer un point c’est tout. Je ne vois pas ou est la désinformation dans le fait de démontrer qu’il y a négligence de la part de celui qui devrait entretenir les berges du fleuve. En cas d’accident, yonne ou seine, qui devrait indemniser l’accidenté ?

  6. Flop dit :

    Monsieur 346 est le Président Fondateur de la « Seine en partage », maintenant il préside le comité scientifique du magazine « Seines ».
    A mon avis, il devrait solliciter un poste de président-expert en géographie. Il pourrait défendre les intérêts des riverains de ces deux fleuves qui, c’est bien connu, coulent à Montereau.
    Quelle honte : voir en pleine ville l’état de délabrement des berges de l’Yonne.
    A quand un accident avec des gamins qui pourraient chuter dans l’eau ou s’empaler sur les rambardes ?
    Que Monsieur Muyl s’informe et se promène sur les chemins de halage de l’Yonne ou de la Seine, il constatera qu’ils sont également dangereux. Il pourra objectivement apprécier l’entretien des rives, les ornières profondes ainsi que les passages des véhicules à moteur, tout au long de ce magnifique « circuit des deux fleuves » où piétons et cyclistes sont sensés se promener en sécurité (cf. pub. de l’office de tourisme)
    De bien belles images de notre ville tant mise en valeur par son maire !

  7. Ecocitoyen dit :

    les berges de la Seine, en amont et en aval de Montereau sont également dans un état de délabrement avancé. Le développement durable ne s’identifie pas à ces spectacles de l’éphémère que l’on nous demande de financer sans en connaître le coût mais plutôt à des infrastructures de qualité. Il faudra bien qu’un jour les monterelais soient complétement informés de la gestion des deniers publics et nous comptons sur les élus d’opposition pour faire toute la lumière.

  8. amar agad dit :

    pour info à Pepette en retour à JM MUYL, je pense qu’il s’agit d’une référence à des écrits récents sur le Mickey-blog JMAG
    (propagande haineuse)
    http://jmag77.typepad.com/jmag_info/2010/04/la-clique.html
    Hainons nous pas les uns les autres …

1 2 3

PARTI SOCIALISTE |
Le blog du Parti communiste... |
ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pnogues
| Sarkozy président
| Sondages, non merci !