Archive pour avril, 2010

La greffière me reconnaît !

La greffière me reconnaît ! dans Vie locale xaixmecfi5our la huitième fois, j’ai pu saluer hier la greffière de l’ex-11ème Chambre d’Appel de paris, une chambre devenue depuis le Pôle 2-7 de la Cour d’Appel de Paris, spécialisé dans les « délits de presse ».

Dorénavant, cette fonctionnaire du Ministère de la Justice m’appelle par mon nom, comme si une certaine proximité s’était installée en tout bien tout honneur entre elle et moi…

Au passage, je vous informe que les greffiers français sont un peu énervés, en ce moment. En témoignent les affichettes placardées dans les couloirs et sur les portes des salles d’audience :

ld2e8s0e2z dans Vie locale

—–
pyhgo6gfid
———-

Hier, en effet, au Palais de Justice de Paris, se déroulait la suite du procès en appel Poey/Jégo.

Mon avocat, Me Emmanuel Tordjman, l’associé de Me Jean-Pierre Mignard, allait pouvoir plaider.

Seul.

Sans partie civile, (« auto-exclue » de l’appel),  sans ministère public, puisque Mme la Procureure de Fontainebleau n’avait pas fait appel non plus.

Pour le rappel complet des faits, on cliquera ici :

 http://yvespoey.unblog.fr/2008/02/06/tentatyves-judiciaire/

(Je tiens à remercier pendant que j’y suis les avocats de Denis Olivennes, le directeur général du Nouvel Observateur, de nous avoir cédé leur tour dans la série d’audiences de ce jeudi après-midi. Nous avons donc « ouvert le feu » à 13h50 ce qui nous a permis à Me Tordjman et à moi-même de sortir plus rapidement du Palais.)

Ô surprise, l’avocat d’Yves Jégo était présent et entendait bien plaider lui aussi, alors que la Cour de Cassation en avait décidé autrement…

« J’ai été cité« , fit-il remarquer…

Réponse immédiate du Président du tribunal : « Oui, Maître, vous voulez plaider, mais vous ne le pourrez pas. Vous avez été cité, mais c’était une erreur du Tribunal. L’affaire a déjà été jugée une première fois, et la Cour de Cassation a tranché« .

L’avocat de notre Député-Maire-Conseiller-régional-UMP-PR-346-1 regagna donc son banc…

Et le Président de poursuivre : « La chose est à la fois simple et compliquée…« , et de retracer le déroulement du procès de première instance en concluant : « M. Poey est le seul appelant ».

Puis il rappela que ce qui  m’a été seulement reproché et m’a valu une amende de 200 Euros, c’est l’emploi du verbe « grenouiller ».  J’avais été en effet relaxé pour l’utilisation du substantif « apparatchik ».

La parole m’est donnée.

Je me présente, je rappelle mon engagement politique au sein du Parti socialiste, et je rappelle brièvement le choix de ces deux mots appartenant tous les deux au même registre de langue, l’un utilisé en URSS, et l’autre, par le Général de Gaulle, en 1967, à Montréal.

Question du Président : « M. Poey, pourquoi avez-vous fait appel ?« 

Et moi d’expliquer qu’à mon sens, le Tribunal de Fontainebleau a considéré que je critiquais les mandats et les fonctions électoraux d’Yves Jégo, alors que dans la phrase qui m’était reprochée, il était uniquement question du parcours d’Yves Jégo, ce qui est tout à fait différent.

C’est également ce que plaidera Emmanuel Tordjman, encore une fois en grande forme :

« Avez-vous lu, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs de la Cour, avez-vous lu dans le texte de M. Poey une seule attaque envers les mandats de maire ou de parlementaire de l’une des deux chambres législatives ? Avez-vous lu dans ce texte une seule attaque « ad hominem » contre M. Jégo ?

De plus, il existe une jurisprudence constante en période électorale : le droit de la libre critique doit être garanti ! »

Le président donnera la parole à Mme l’Avocate générale, qui ne me posera aucune question, puisque le ministère public n’était pas appelant.

Alors… Résultat des courses ?

Eh non, il nous faudra attendre encore un peu !

Le tribunal rendra son délibéré le 27 mai prochain.

Me Tordjman est très confiant en ce qui concerne une éventuelle relaxe.

En tout cas, moi, je me dis que je saluerai une neuvième fois la greffière qui m’appelle par mon nom…

——————-

http://www.lysias-avocats.com/

http://www.lysias-avocats.com/images/photos/etodjman3.jpg

Emmanuel Tordjman est associé de la société Lysias (devenue Lysias Partners) depuis 2004.

Il est notamment intervenu comme conseil dans les dossiers suivants et parmi les plus récents :
- L’affaire des « écoutes de l’Elysée »
- Les affaires dites de la Ville de Paris
- Le procès Eurotunnel
- Le naufrage du pétrolier Erika
- Les événements de Clichy-sous-Bois et de Villiers-le-Bel

jueflfgqin

————————————–

+ 21,28 % !

+ 21,28 % ! dans Chiffres et nombres 090903061458390114379329a semaine dernière, l’INSEE, l’Institut national de la Statistique et des Etudes économiques communiquait les chiffres locaux des demandeurs d’emploi concernant le quatrième trimestre 2009.

C’est ici :

http://www.insee.fr/fr/ppp/bases-de-donnees/donnees-detaillees/duicq/uu.asp?reg=11&uu=77405


090103035027390112946331 dans Chiffres et nombres

100407094636390115783606

———-

Une nouvelle fois, pour Montereau, les chiffres sont accablants.

En une année, notre chef-lieu de canton compte 262 demandeurs d’emploi en plus, soit une augmentation de 21,28 % :

100407094629390115783605

—–

Un petit graphique matérialise clairement cette augmentation :

100407101610390115783775

———-

Voici, à titre d’information le même tableau concernant Varennes-sur-Seine :

100407094748390115783610 

———-

Alors oui, Monsieur notre Député-Maire-Conseiller-régional-UMP-PR-346-1, il s’agit une nouvelle fois d’une statistique qui ne vient en rien positiver l’image de Montereau-Fault-Yonne.

Vous aurez beau communiquer à outrance sur la gemütlichkeit de notre chef-lieu de canton, les nombres de l’INSEE sont têtus !

Et puis non, vous ne pouvez pas tout mettre sur le dos de la crise. Rappelez-vous l’analyse de ce même Institut à propos de votre 346ème place : en matière de développement économique, je n’en finis pas de l’écrire, ce qui compte, c’est avant tout la capacité des élus, des acteurs locaux, à piloter le navire…

Quand je pense que lors du dernier conseil municipal, Yves Jégo demandait à Henri Auclair, Conseiller municipal d’opposition, s’il connaissait le nombre de chômeurs monterelais en 1999…

Mais même avec cette augmentation, je persiste à croire que le nombre de demandeurs d’emploi n’est pas la plus intéressante des données numériques en matière de statistiques locales.

De trop nombreux facteurs entrent en compte (variation de la population, changement des méthodes de prise en compte, etc, etc…)

Il sera bien entendu très intéressant de connaître le taux de chômage, c’est à dire le ratio entre demandeurs d’emploi et population active monterelaise.

Mais quoi qu’il en soit, derrière tous ces nombres, ce sont évidemment et malheureusement des familles qui souffrent. Encore et toujours…

A Montereau…

————————————————————————————————

Il a dévalé sa berge ?

Il a dévalé sa berge ? dans Vie locale 100405025041390115772028e suis certain que vous avez toujours voulu savoir ce qu’était la « séquanitude« ..

Si, si, ne faites pas les innocents…

La « séquanitude »,  c’est directement à l’inventeur de ce néologisme qu’il faut en demander la signification.

Cet inventeur n’est autre que notre Député-Maire-Conseiller-régional-UMP-PR-346-1, car ce néologisme est en fait un jégologisme, qui a fait son apparition dans le premier numéro du magazine « Seines« , une nouvelle revue concoctée par d’anciens journalistes du Figaro.

C’était ici :

http://www.seines.fr/le-magazine/

patchwork-couv dans Vie locale

—–

 

Il suffit de cliquer sur le lien « Feuilletez les anciens numéros » pour trouver le N° 1 et tomber sur ceci :

100402060815390115753388

—–

Soyez rassurés sur vos facultés visuelles, il est normal que vous ne puissiez rien lire, car ce n’est pas bien de copier directement et intégralement des pages entières de magazines…

En revanche, on peut citer quelques passages.

Et là, vous allez le constater, c’est beau comme l’antique !

Notre DMCR-UMP-PR-346-1 (je veux croire que c’est lui qui a écrit ceci) était en grande forme !

Tout d’abord, notre édilanous cite Fernand Braudel, puis nous parle du peuple séquanais, puis nous affirme, lyrique, que « Sans la Seine, Paris ne serait pas Paris« , et même que « Sans la Seine, il n’y aurait pas de région capitale« , tout en nous administrant cette magnifique phrase nominale : « Ce basculement irrésistible et tendre vers la mer« .

Ce n’est pas tout…

« [...] soucieux d’encourager toutes les initiatives qui permettront de mettre en valeur le fleuve et les communes qui l’entourent, j’ai accepté de présider le comité scientifique de ce magazine.« 

Mais le passage qui m’a le plus interpellé est celui-ci, car il va avoir un certain écho, pour ne pas dire un écho certain sur le terrain monterelais :

« Pour ma part, disons-le tout de suite, je crois profondément en la « séquanitude » : en une forme d’art de vivre qui serait propre aux riverains du fleuve, même si ceux-ci, à force de le côtoyer, ne le voient plus ou presque.« 

Voici donc la réalité du terrain monterelais, qui, si Yves Jégo le côtoyait, pourrait être vu par lui ou presque.

Il s’agit des berges monterelaises, les berges de la ville gérée par notre nouveau président de comité scientifique…

Le premier cliché a été pris en mars 2009 :

100403050959390115759425

——-

Même angle de vue, mais une année après :

100403051005390115759426

—–

100403051012390115759429

—–

100403051019390115759430

—–

100403051023390115759431

—–

100403051027390115759433  — 100403051031390115759434

——–

100403051041390115759437

———-

Alors, c’est donc ça, la « séquanitude », c’est de ne pas entretenir les berges de sa ville ?

On l’aura compris, une nouvelle fois, Yves Jégo prêche encore et toujours une parole qu’il veut bonne, mais la réalité du terrain monterelais est tout autre…

On ne peut pas faire dans la communication à outrance, on ne peut pas être en permanence dans le « paraître » et assurer l’entretien des routes ou des berges de la commune.

Ce sont des choix.

Je me demande si le magazine « Seines » ne pourrait pas lancer une souscription pour permettre au président de son comité scientifique de pouvoir adopter à Montereau son propre de concept de « séquanitude »….

——

 

 

Infos à la source…

Infos à la source... dans Vie locale 100404124120390115764197igurez-vous que je me flatte de compter parmi les lecteurs Flambergiens des étudiants, parmi lesquels Jérémy, qui outre le fait d’être originaire de Montereau, se forme à l’Université Nancy 2.

http://www.univ-nancy2.fr/

100404092416390115763143 dans Vie locale

Il y travaille d’arrache-pied afin d’obtenir une licence professionnelle « Création et administration des systèmes d’information géographique. »

Voici un aperçu de cette formation :
100404092435390115763144

———-

Dans le cadre de son projet tuteuré, Jérémy a choisi un sujet très intéressant. Je vous communique le titre et le sommaire de sa présentation Powerpoint :

100404093251390115763210

———-

Vous aurez évidemment compris la problématique abordée par Jérémy, les points III et IV parlent d’eux-mêmes. En huit mots, »Une ville qui bouge… Mais seulement en apparence », la problématique.

Notre étudiant-géographe m’avait envoyé il y a quelques temps une demande afin de pouvoir utiliser certaines données publiées sur Flamberge.

Bien entendu, c’est avec enthousiasme que j’avais répondu positivement à sa demande. Vous le savez, j’aime aider mon prochain.

Voici donc quelques pages du travail de Jérémy., qui illustraient son entretien face au jury de professeurs.

100404093320390115763231

——

100404093259390115763216

——

100404093306390115763223

—–

100404095409390115763317 

—–

100404095415390115763318 

—–

100404093312390115763230

———-

Alors évidemment, et je sens bien que vous trépignez d’impatience d’avoir la réponse à la question suivante, est-ce que le sujet a été apprécié par le jury, est-ce que le travail de Jérémy a porté ses fruits ?

Il m’a envoyé très récemment un second mail :

« Je tenais à vous remercier pour m’avoir autorisé d’utiliser les informations du site au sujet de l’éco-quartier des bords d’eaux.

Grâce à cela, le jury, lors de ma présentation, m’a félicité de mon travail d’investigation géographique et de mon esprit critique. Ils m’ont félicité et m’ont attribué la meilleure note de la promo, et visiblement la meilleure dans cette épreuve depuis que le diplôme existe (2004) : un 18.

Merci donc infiniment à vous de m’avoir autorisé à utiliser vos images et textes.« 

Mais c’est moi qui te remercie, Jérémy, et qui t’adresse toutes mes sincères félicitations !

———-

Rumeurs post conseil municipal

Rumeurs post conseil municipal dans Récréation 100403113439390115757235près ce dernier conseil municipal en date, un conseil rempli de péripéties en tous genres, il ne fallait pas s’étonner que les rumeurs courussent à tire-larigot !

Vous saurez bien évidemment  démêler le faux du faux, je ne m’en fais pas plus que ça !

A vous de faire !

———-

Notre Député-maire-Conseiller-régional-UMP-PR-346-1, après s’être doté d’une troupe de supporters pour ponctuer d’applaudissements la réunion du conseil, notre DMCR-UMP-PR-346-1 envisagerait de s’entourer d’un bataillon municipal de pom-pom-girls.

Rumeur pas rumeur ?

100403110122390115757057 dans Récréation

———-

Lors du prochain conseil municipal,  notre Député-Maire-Conseiller-régional-UMP-PR-346-1 devrait présenter une grande opération de communication intitulée « Une demi-journée de vacances à la mer pour 50 centimes d’euro », afin de créer davantage encore de lien social à Montereau. Rumeur, pas rumeur ?

———-

Soucieux de soutenir l’Alsace, cette dernière région métropolitaine gérée par l’UMP,  notre Député-Maire-Conseiller-régional-UMP-PR-346-1 aurait imaginé une grande opération intitulée « Une journée de vacances à Mulhouse pour 1 euro ».

Rumeur, pas rumeur ?

———-

Il se murmure que notre Député-Maire-Conseiller-régional-UMP-PR-346-1 aurait souhaité qu’au restaurant scolaire Edouard-Papalia , on s’y presse !

Rumeur, pas rumeur ?

———-

Avec ses supporters manifestant an plein conseil leur félicité à chaque déclaration jégoïste, il paraîtrait que notre Député-Maire-Conseiller-régional-UMP-PR-346-1 se serait prononcé pour la réouverture des claques.

Rumeur, pas rumeur ?

—–

Je vous le disais en préambule, c’était encore d’une simplicité quasi-évangélique, en ce week-end pascal !

Mais avant de vous laisser vaquer à vos occupations dominicales, je ne résiste pas à l’envie de vous communiquer la dernière chronique de François Morel, sur Inter.

C’était vendredi dernier, Monsieur Morel revenait dans une langue presque de Yeats sur le voyage des Sarkozy chez les Obama, tout en citant le célèbre poète français Michaël Sardou.

« If the ricains was not coming here,

We would be all in Germany,

To speak about I don’t know what

To salute I don’t know who !« 

C’est énorme !

http://www.dailymotion.com/video/xcsuvi

———————————————-

Les chiffres, la sémantique et le lapsus : la suite !

Les chiffres, la sémantique et le lapsus : la suite ! dans Sur le vif... 091217082204390115076324etournons en salle des mariages de la Mairie de Montereau, mercredi soir dernier, pour la deuxième partie de mon compte-rendu de ce conseil municipal pour le moins épique.

(Je n’ose écrire qu’il restera dans les annales, des fois qu’on me reproche d’avoir fait une faute d’orthographe à « annales »…)

Après le vote du budget, il restait encore bien des points de l’ordre du jour à aborder.

Parmi ceux-ci, Henri Auclair souhaita revoir de fond en comble le fonctionnement des commissions municipales, fonctionnement qui actuellement, ne permet pas à l’opposition de travailler. Ce qui est un comble : je vous rappelle qu’hier, je vous avais expliqué que notre Député-Maire-UMP-PR-346-1 souhaite ardemment et même plus que l’opposition travaille avec la majorité municipale… ( » la main elle est tenue,… Pardon, elle est tendue…« )

Notre DMCR-UMP-PR-346-1 accepta donc de revoir le fonctionnement, mais ce fut plus fort que lui, il fallut qu’il demande à l’opposition d’être assidue, car sinon, « ce n’était pas la peine… »

Puis, il fut proposé de voter la reconduction du dispositif  « Un jour de vacances à la mer pour 1 euro »

Plus dithyrambique que jamais, Yves Jégo rappela le principe du dispositif : pendant les vacances d’été, des cars sont affrétés et pour 1 euro, tout le monde peut aller passer quelques heures de vacances à la mer.

Henri Auclair réaffirma son point de vue : il faudrait que ce système prît en compte les ressources financières de chaque famille. Il connaît des gens qui participent à cette opération qui pourraient financer davantage le dispositif au pro-rata de leurs revenus, ce qui serait beaucoup plus juste.

La réponse d’Yves jégo fut une nouvelle fois pour le moins étonnante… En deux temps, cette réponse.

Tout d’abord, ses services administratifs  » ne pourraient pas calculer le quotient familial des participants…« 

On se demande comment ils font, ces services-là, pour le restaurant scolaire, les séjours en centre de loisirs, en centre de vacances, etc, etc….

Là, calculer le QF, c’est possible, mais pas pour les vacances à la mer pour 1 euro par jour… (Mais il est certain qu’en matière de communcication, un euro par jour, ça en jette…)

Et puis, ce fut beau comme l’antique : ces vacances d’un jour à 1 euro sont « l’occasion de créer du lien social« .

Et c’est vrai qu’en un jour de vacances par an, il s’en crée du lien social.

« Je ne veux pas de vacances pour pauvres dans des cars de pauvres ! »

« Si on met de l’argent sur les choses froides et impersonnelles, on perd du lien social. »

Ces jégoïstes arguments sont immédiatement balayés avec le système de quotient familial calculé sur les ressources des familles !

De plus il faut être clair : les monterelais payent de toute façon tous ces voyages à 1 euro avec leurs impôts !

Ce n’est pas la Mairie qui finance ! Ce sont les contribuables, même si on a toujours l’impression à l’entendre que c’est not’ bon maire qui régale le bon peuple !

Je vous le disais hier : panem et circenses… Et comme le pain coûte de plus en plus cher, il n’y a plus que les jeux….

A propos de voyage, une conseillère municipale nous apprit qu’un voyage du CCAS pour les personnes âgées allait être organisé en Alsace.

Dame ! C’est que j’aime à penser que les mairies UMP vont organiser des tas de voyages en Alsace, afin de remercier la seule région à s’être affichée en bleu le 21 mai dernier au soir…

Enfin, pour terminer ce conseil municipal, Yves Jégo révéla que le restaurant scolaire de la ville haute, en reconstruction suite à un incendie, portera le nom…. d’Edouard Papalia, ancien directeur du journal local La Délivrance…

Par respect pour celui qui le premier accepta de publier les billets d’HOU, je ne ferai aucun commentaire sur le choix d’un restaurant scolaire…

Epique, et parfois surréaliste, vous disais-je, ce conseil municipal de 1h et 52 minutes….

———

Avant de vous quitter, comme c’est samedi, le jour du « Sur le vif », et que je vous parlais un peu plus haut de la Délivrance, voici un objet qu’Edouard Papalia m’avait donné lors de la fermeture de La Délivrance.

100402064725390115753632 dans Vie locale

Il s’agit du plomb typographique qui était utilisé pour imprimer le titre du journal, avant que la mise en page et la typographie ne soient réalisées par une machine électronique.

J’y tiens beaucoup.

———————————————————-

Les chiffres, la sémantique et le lapsus…

Mercredi soir dernier, à 20h30, la salle des mariages accueillait une nouvelle fois les membres du conseil municipal de Montereau, ainsi qu’un public venu nombreux. Pour des raisons différentes, le public venu nombreux. Mais venu quand même !

Cette réunion devait revêtir un caractère tendu, âpre, avec des échanges plus que vifs entre notre Député-Maire-Conseiller-régional-UMP-PR-346-1 et les membres de l’opposition.

En effet, on aborda des sujets qui fâchent tels que les chiffres du budget et une question de sémantique.

Ce fut également l’occasion pour Yves Jégo de commettre un lapsus très significatif et très révélateur.

Retour sur les moments forts de ce conseil municipal.

Notre DMCR-UMP-PR-346-1 entra le dernier dans l’arène sous les applaudissements.

En effet, de nombreux supporters umpiens avaient fait le déplacement, comme diraient Jacques Vendroux et Eugène Saccomano. Ces militants manifestèrent donc une première fois leur enthousiasme envers leur patron. Nous y reviendrons.

On commença par approuver le compte-rendu du conseil précédent.

Henri Auclair, très en forme en ce dernier jour du mois de mars, fit tout de suite rectifier un vote concernant l’éco-quartier des bords d’eau. Le vote de ce point de l’ordre du jour n’avait pas été unanime, les conseillers d’opposition présents avaient bel et bien voté contre.

La rectificatif fut consigné.

C’est à partir de cet instant que le ton monta. On parla finances.

Yves Jégo, toujours aussi auto-satisfait, vanta le fait que les impôts municipaux n’augmenteraient pas cette année.

Henri Auclair et Jean-Louis Chomet trouvèrent que c’était une décision insuffisante. A Provins, par exemple, la municipalité a choisi de baisser ses taux d’imposition.

Jean-Louis Chomet en profita pour rappeler à Yves Jégo qu’une grave crise du système s’étendait sur notre pays, et qu’il y avait une réalité électorale récente : les électeurs monterelais et les abstentionnistes qui avaient choisi de ne pas voter venaient d’infliger un désaveu clair et net à la politique menée actuellement.

Les chiffres, la sémantique et le lapsus... dans Vie locale

J.L. Chomet
———
Henri Auclair qui avait bûché ses dossiers, démontra qu’il serait bon pour le contribuable monterelais de penser à réaliser encore et toujours des économies. Il fournit quelques exemples.

Pour ce nouveau budget, en augmentation de 10 % (de 48 à 52,8M€ ), les crédits d’investissement augmentent de 40 %, passant de 10,8 Millions d’euro en 2009 à 15,1 Millions d’euro.

Ces investissements, toujours pour le conseiller municipal d’opposition, devraient être étalés dans le temps, surtout en ces périodes de difficultés économiques.

Les charges générales augmentent quant à elles de 13 %.

Le poste « Fêtes et cérémonies » passe de 1 millions d’euros à 1,2 millions d’euros.

Ce dernier exemple fâcha vraiment notre édilanous ! Vous voyez le concept de « fâché » ? Eh bien, encore plus fâché !

Comment ! s’indigna Yves Jégo ! « Vous et vos amis » vous n’êtes pas pour faire la fête, soit.

Mais c’est qu’il faut positiver à tout va et ne parler de Montereau qu’en termes positifs, à la différence « de vous et vos amis », formule jégoïste qui revint souvent ce soir-là…

Les journées napoléoniennes et le festival de Montereau coûtent beaucoup trop cher selon M. Auclair ?

Et alors ? Où est le problème ? Toujours pour notre DMCRUMP-PR-346-1, il faut donner des jeux au bon peuple de manière à positiver ! Puisqu’on vous le dit ! Il faut en effet PO-SI-TI-VER à tout crin « pour donner envie aux entreprises de venir s’implanter ! »

Ce temps du débat ennuya vraiment Yves Jégo qui sortit à plusieurs reprises de ses gonds. Il essaya même de faire dire à Henri que si « lui et ses amis » étaient au pouvoir, ils supprimeraient le festival. Le conseiller municipal nia farouchement avoir tenu un tel propos.

Tout au long de ces échanges, Yves Jégo, à son habitude, se montra assez ironique voire méprisant envers son opposition, par le biais de sourires ou de jégologismes bien sentis :

« Vous vous opposez pour vous opposer ! »

« Moi quand j’étais dans l’opposition, j’avais des propos plus cohérents ! »

« Les moments de détente sont rares en temps de crise ! »

« Moi, je suis humble ! »

De plus, Yves Jégo voudrait évidemment une opposition faite pour lui, taillée sur mesure pour ne pas déranger trop :

« Vous ne pouvez pas dire ce que vous avez dit ! »

« Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit ! »

« Il faut travailler ensemble, il faut des majorités locales de bon sens ».

Bref, pour Yves Jégo, la seule bonne opposition est l’opposition qui ne s’oppose pas.

« C’est un appel que je vous lance : et si on travaillait ensemble ? »

Et de continuer avec un lapsus pour le moins magnifique :

«Moi, la main, elle est tenue… Pardon, elle est tendue ! »

On voit par là qu’une des préoccupations jégoïstes est avant tout de tenir les troupes bien en main et si possible celle de l’opposition ! (Tenir les troupes, au passage, c’est une activité qui ne semble être guère être à la mode, actuellement, à l’UMP… Passons…)

Dans la salle, les déclarations du patron étaient saluées par des salves nourries d’applaudissements.

Ce fut à ce moment qu’Henri fit remarquer à Yves Jégo que même s’il était venu avec sa « clique », il lui incombait que les débats du Conseil ne fussent pas troublés. Le public doit être silencieux et ne pas manifester.

Notre DMCRUMP-PR-346-1 demanda que soit retiré le mot « clique » qu’il trouvait « insultant » pour ses amis.

Un employé municipal très zélé chercha une définition effectivement péjorative qu’il passa à son boss, qui s’empressa de la lire.

Certes. Mais une clique, c’est aussi et surtout, au sens propre, une fanfare, une clique napoléonienne, par exemple…

Yves Jégo pouvait donc très bien être venu avec sa « fanfare » d’applaudissements…

Henri Auclair se garda donc de retirer ce mot. Il fit bien ! En France, on peut encore utiliser les mots au sens propre, non ?

 dans Vie locale

H. Auclair

—–
Dernier point avant de clore ce chapitre important, Yves Jégo ne résista pas à l’envie de comparer le nombre de chômeurs en 1997 et celui de 2009.

Il posa la question à Henri Auclair, comme s’il s’agissait d’un oral de rattrapage. « Combien de chômeurs en 1997 ? »

Comment comparer ces deux données numériques, alors que les méthodes de recensement diffèrent, (Jean-Louis Chomet souligna ce point) et surtout, alors que le nombre de monterelais a diminué ?

Yves Jégo se garde bien une nouvelle fois de mettre en parallèle les taux de chômeurs, beaucoup plus représentatifs, et beaucoup moins à son avantage !…

M. Auclair ne se laissa pas démonter, et refusa de répondre, en demandant fermement à Yves Jégo de ne pas procéder de la sorte.

Il résulta de tout ces débats que le budget municipal fut voté. Jean-Louis Chomet, Henri Auclair et Léo Aiello qui avait donné procuration ce soir-là votèrent contre. Trois voix contre.

Oui, décidément oui ! A Montereau, il y a bel et bien une opposition qui s’oppose ! Et ça ne fait que commencer, nous y reviendrons bientôt.

La suite de ce compte-rendu, c’est pour demain. Il reste en effet quelques péripéties…

——————————————————————

Everybody lies !

Everybody lies ! dans Billets d'HOU 100331113839390115739121ous, je ne sais pas, mais moi, si.

Une nouvelle fois, j’étais loin de m‘attendre à ce qui va suivre….

Ca faisait longtemps !

En ouvrant ma boîte mail, j’eus pas plus tard que la semaine dernière la surprise de trouver un courriel en provenance de la patrie de l’Oncle Sam (The uncle Sam country…), un courriel signé du Président de la chaîne télévisée ABC. Rien que ça !

« Mister HOU, our television broadcasting audience is in free-fall. Could you help us to catch up and to allow us to attract a large audience and thus new profits? Could you give us the idea of a new television series? Could you write an original scenario ? Many thanks, and kisses to your dairywoman ! »

Vous l’aurez compris, ce courriel était en fait un appel au secours destiné à remonter l’audience de la plus grande chaîne TV américaine. Et moi, vous le savez, les appels au secours, je ne peux y résister……

J’ai donc envoyé outre-atlantique le pilote d’une nouvelle série médicale qui devrait faire un carton !

—–

090222020129390113194363 dans Billets d'HOU et 090228032129390113231486

Présentent :

100331111114390115739048———-
Dr JEGHOUSE – Tout le monde ment.

.
La porte vitrée de la salle de réunion faillit voler en éclats tellement celui qui l’ouvrit n’y alla pas de main morte.

Le Dr Jeghouse, c’était lui, vous l’avez tout de suite reconnu, mal rasé, mal peigné, mal fagoté,  se préparait une nouvelle fois à déverser toute la haine de son prochain sur l’hôpital Montrosboro.

Il avait laissé sa Eight hundred and seven au parking du sous-sol et l’avait troquée contre une canne en bois de palmier ultra-marin.

C’est là-bas, dans les îles lointaines, qu’il avait contracté ce domotisme aigu, cette terrible infection qui avait abouti à une ablation presque totale du muscle droit antérieur de la cuisse. Conséquences : le Dr Jeghouse boiterait le restant de sa vie et serait définitivement accro à l’umpéïne, ce puissant opiacé qui masquait à la fois sa douleur et sa triste réalité quotidienne.

Les trois assistants de Jeghouse, les Dr Chérase, Alboreman et Ca-Marion, reçurent chacun le même dossier bleu que leur patron lança à la volée en annonçant les symptômes.

« Une paire de malades, Xavier B. et Marie-Luce P. Aucun lien de parenté, aucun contact récent, et pourtant les mêmes symptômes et au même moment : pertes de contrôle, hallucinations visuelles et auditives, propos incohérents, et surtout toutes leurs constantes, je dis bien toutes leur constantes sont en chute libre. Diagnostique différentiel ! Allez vite !

- Euh…

- Bien vu ! Mais encore ? Allez vite ! Diagnostic différentiel !

- Villepinisation fulgurante des fonctions cérébrales, osa Alboreman qui, ce n’était un secret pour personne, avait un faible pour cette maladie auto-immune à l’effet secondaire étonnant : du jour au lendemain vos cheveux devenaient tout blancs.

- Et puis quoi encore, répliqua Chérase, plutôt une borlooïte aigüe, oui ! (On savait que Chérase avait passé trois ans de sa vie à étudier à fond la borlooïte, cette pathologie qui tend à transformer les globules rouges et roses du patient en globules soi-disant verts.)

- Pas du tout, c’est une fillonite rétro-virale, annonça Ca-Marion. Et pour traiter ça, une seule solution : l’ablation complète du système gonado-reproducteur des deux patients.

Le Dr Jeghouse soupira, secoua la tête et sortit de sa poche un flacon rempli de comprimés d’umpéïne. Il en sortit un et l’avala tout de go. Il était seulement 9h30 du matin, et il en était déjà à son 345ème comprimé d’umpéïne.

 » Bande d’incapables en blouse blanche ! Un carabin de 1ère année aurait tout de suite trouvé de quoi sont atteints Xavier et Marie-Luce. Vous n’avez jamais entendu parler du rétrovirus de Sarque-Hozy ?

La présence d’une enzyme virale de Sarque-Hozy dans le corps d’un patient fait chuter très rapidement toutes ses constantes. N’importe quelle constante de n’importe quel organe se met à chuter, pour parfois atteindre des valeurs numériques négatives. C’est la chute libre, la débandade, la descente aux enfers !

Allez, vous me les intubez dare-dare, puis pour chacun, un IRM, un scanner complet, une angiographie, une magnétoencéphalographie, une tomographie PET scan, et pour lui, un toucher rectal, ça assurera nos arrières.

Ca-Marion, pour ce dernier examen, tu t’y colles, ça t’apprendra à vouloir tout le temps couper tout ce qui dépasse ! Ca devient lassant à la longue. Exécution ! »

Les trois assistants filèrent sans demander leur reste.

Jeghouse resté seul, posa sa canne en bois de palmier ultra-marin et joua un peu avec une balle bleue et rouge avec un arbre blanc dessus.

Il alla s’asseoir à son bureau, et après s’être assuré que personne ne l’épiait de l’autre côté des parois vitrées du bureau, il en sortit une photo où on pouvait le voir avec des tas de colliers de fleurs autour du cou, ainsi qu’une sorte de couronne faite de fleurs de tiaré.

Cette période de sa vie lui avait coûté très cher, mais c’était quand même le bon temps…

Il arrêta de s’apitoyer sur lui-même et reprit un comprimé d’umpéïne. Le 346ème.

————————-

Si avec ça je ne remporte pas un ou deux Emmy awards, vous avouerez que c’est à désespérer de Michel Simes, Ambroise paré, Alexander Fleming et  Hippocrate réunis ! !

Que la suite des événements vous soit propice et néanmoins faste !

Votre dévoué HOU.

—————————————————-

123

PARTI SOCIALISTE |
Le blog du Parti communiste... |
ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pnogues
| Sarkozy président
| Sondages, non merci !