Refus de propriété ? (2)

Avant-Post

.
Ah ! Les punaises de lit !

Vous vous souvenez, bien entendu de cette dame qui m’avait alerté quant à ce fléau que semblait ne guère prendre en compte l’OPHLM Confluence-Habitat.

http://yvespoey.unblog.fr/2011/06/22/punaise/

Cette dame est venue me rendre une nouvelle visite, hier soir.

Miracle !  Enfin Confluence-Habitat a traité toute la cage et peut-être tout le bâtiment !

Un miracle ? Peut-être le fait qu’on parle un peu ici des choses qui ne vont pas trop bien…

http://nsm05.casimages.com/img/2011/06/21/110621075604390118360411.jpg

 

——————————-

Refus de propriété ? (2)

.
Nous avons vu hier et ici même, qui était présent lors de cette nouvelle fameuse réunion monterelaise du 24 juin dernier au Prieuré St martin.

Le pitch est très simple :

Il s’agit pour notre Député-Maire-encore-Conseiller-régional-Avocat-ARES-346-544 de tenir l’une de ses promesses électorales, à savoir faire devenir propriétaires les locataires de l’Office public HLM Confluence-Habitat.

Cette réunion publique, et j’insiste sur cet épithète « publique » (j’en remets une couche) avait donc pour but de démarrer le lancement de l’opération de vente des 108 logements constituant la « tranche ferme » du programme.

Nous avons vu également hier que c’était le cabinet AIC qui avait été retenu pour vendre les pavillons.

http://www.ai-consultants.fr/index.php?id=1

Car c’est bien connu, les agents de Confluence-Habitat n’auraient pas pu faire ça tout seul.

Non, il faut que le contribuable paye encore et toujours des cabinets…

Les locataires s’étaient déplacés en grand nombre.

Le seul grand absent fut Yves Jégo, qui pourtant invitait personnellement les principaux intéressés.

Croyez que quelqu’un pensa à l’excuser ?

Pensez-vous ! A Montereau, ni la ponctualité ni la politesse ne sont l’apanage des rois…

Après que M. Sudre, Directeur de l’Office se fût abondamment gratté en présentant le projet, nous eûmes droit à un Powerpoint concocté par le cabinet AIC, qui je vous le rappelle a pour Président M. LE MOAN. En effet, celui-ci, qui ne se présenta pas, avait fait le déplacement.

Les diapos numériques défilèrent…

http://nsm05.casimages.com/img/2011/06/26/110626082348390118382874.jpg

—–

http://nsm05.casimages.com/img/2011/06/26/110626103956390118383272.jpg

Le cliché ci-dessus rassura les locataires : même s’ils n’achetaient pas, ils pourraient rester locataires de leur logement.

Moi, je ne pouvais m’empêcher de me poser une petite question.

Locataires de qui ? De l’OPHLM, ou alors d’une société privée qui rachèterait l’ensemble des pavillons non acquis par les particuliers ? Dans d’autres villes, ceci s’est déjà vu…

On verra bien…

La présentation continua, et de nombreux remous commencèrent à se faire entendre dans la salle.

On aborda les choses qui fâchent : le coût de rachat des logements.

http://nsm05.casimages.com/img/2011/06/26/110626103956390118383273.jpg

—–

Sans oublier la diapo suivante, qui n’est pas sans importance :

http://nsm05.casimages.com/img/2011/06/26/110626103956390118383274.jpg

Et même la celle qui suivit :

http://nsm05.casimages.com/img/2011/06/26/110626103956390118383275.jpg

—–

Voire l’avant-dernière !

http://nsm05.casimages.com/img/2011/06/26/110626103956390118383276.jpg

——

On comprendra donc pourquoi de nombreuses interrogations fusèrent : beaucoup de monde comprit qu’il allait falloir débourser pas mal d’argent pour se porter acquéreur du logement.

Les principales questions furent de cette teneur ?

Qui a établi le prix de vente, et quels logements ont été visités ?

De nombreuses personnes démontrèrent que leur pavillon était en très mauvais état, humidité, fuites, toits à refaire…

Le ton monta vraiment. Des invectives fusèrent mettant clairement en cause la politique de Confluence-Habitat.

M. Chéron ne put que répondre que les locataires étaient responsables de l’état de leur logement, ce qui provoqua un tollé quasi-général.

« Mais de qui se moque-t-il ? », « Mais il nous prend pour ces c…….s ? »,  « Pourquoi personne n’est venu visiter mon logement pour en fixer le prix ! », »Qui a eu son logement de visité ? » (une seule personne leva la main, ndlr…), « Mais il nous manque de respect! », « Moi je suis maçon, et je peux vous dire que c’est une catastrophe !« …

M. Sudre se grattait toujours, (il devrait prendre un antihistaminique, pensais-je…), et James Chéron, acculé, prononça une phrase merveilleuse en guise de réponse à l’un des locataires :

« Rassurez-vous, Monsieur, vous n’êtes pas obligé d’acheter !« 

En clair et sans décodeur, celui qui vient vendre des logements utilise un argument de non-vente pour le faire !

C’est un peu comme si le président de la principale confédération professionnelle d’artisans-boulangers déclarait que dans telle ou telle boulangerie, on était invité à n’y rien y acheter !

Ca, c’est vendeur !

A y repenser, je me dis que finalement, un cabinet spécialisé n’était peut-être pas du luxe…

Quoi qu’il en soit, une grande agitation régnait dans la salle .

Autour de moi, les gens comprenaient bien des choses…

Je vous rappelle que dans le cahier des charges établi par Confluences-Habitat vis-à-vis du cabinet de vente, une clause stipule ceci :

http://yvespoey.unblog.fr/2010/09/03/silence-on-brade-chapitre-2/

http://nsm04.casimages.com/img/2010/09/02/100902061828390116679176.png

—–

Asset Immobilier parviendra-t-il à vendre au moins 20% des 108 pavillons, c’est à dire à peu près 21 pavillons ?

Là aussi, nous verrons bien.

En tout cas, en repartant chez eux, les locataires étaient fort mécontents, relayant les propos relatés un peu plus haut.

L’un de ces mécontents me glissa une remarque des plus intéressantes :

« Vous voulez que je vous dise ? Ils fourguent le patrimoine parce qu’ils espèrent que les travaux de réfection à faire dans les pavillons seront faits par ceux qui achèteront et pas par l’office. C’est une arnaque !«  

Le lendemain matin, à Carrefour, on ne semblait parler que de cette réunion : les gens se demandaient qui allait bien pouvoir acheter son pavillon.

Ce qui est certain, c’est qu’un des membres du public, pourtant assez proche du pouvoir en place, me glissa : « Vous pouvez me croire, on n’est pas prêt d’oublier cette soirée, et on s’en souviendra, le moment venu !« 

—————————

Dernière minute !


Selon une source interne à la Mairie, une source toujours très bien renseignée, une réunion s’est tenue hier après-midi, dans le bureau d’un haut-cadre municipal, avec les principaux « relais survillois » du pouvoir jégoïste sur le plateau.

Ordre du jour de cette réunion : devant la tournure que prenaient les événements, il s’agissait de s’organiser pour faire en sorte qu’un maximum de logements puissent être vendus.

Ma source était formelle quant à cet ordre du jour….

———————

 


19 commentaires

1 2 3
  1. hum dit :

    A ce jour il existe toujours environ 800 organismes HLm regroupés en une Fédération USH (ancienne Union des HLM)
    (Union Sociale pour l’Habitat) qui comprend 4 familles :
    - les OPH ancienne appellation OPHLM devenus des Offices Publics de l’Habitat – ils sont communaux : cas de Confluence-Habitat ou départementaux (c’est peut-être le cas dont le Vice Président parlait à propos des Hauts de Seine pour les droits et frais notariés, en effet un vendeur peut toujours, même dans les ventes privées prendre lesdits frais à sa charge, ce qui ne semble pas ce qui a été choisi pour l’OPH de Montereau Fault Yonne) c’est une hypothèse ?.
    Ils sont au nombre de 280 environ.

    - Les ESH entreprises sociales pour l’habitat (sociétés anonyme d’HLm)
    dont dépend entre autres Trois Moulins Habitat.(280 environ à égalité avec les OPH

    - SACICAP (sociétés anonymes coopératives d’intérêt collectif) devenu provisis (une cinquantaine)

    - HLm coop les société coopératives d’Hlm spécialisées dans l’accession à la propriété (160environ)
    le gros entretien (prévu dans les provisions payées dans les loyers,ainsi que la reconstitution du capital à la fin des remboursements des prêts) sont en principe les règles de la comptabilité publique des OPHlm.
    Ce que demandait l’assistance vendredi soir c’était précisément à qui incomberait le gros entretien nullement la mise aux normes électricité et fermetures (effectuées dans quelles conditions sous quel contrôle c’est un autre débat).
    Chaque candidat locataire sait qu’il devra acquitté le foncier (avec quel abattement puisque programme en ZUS, c’était la question.
    Pas de question sur la taxe d’habitation que locataires et/ou propriétaires paient chaque année.

  2. survillenforce77130 dit :

    bonsoir,les locataires sont il obliger acheter?merci

  3. Yves POEY dit :

    Les locataires ne sont pas obligés d’acheter leur pavillon.
    Ils resteront locataires…

    Mais imaginons que l »OPHLM vende à un bailleur privé les pavillons restants… Et que le bailleur privé augmente les loyers… Que se passera-t-il ?

    C’est la mésaventure arrivée dans certaines villes de la région parisienne, où les locataires ont dû organiser des manifestations…

    Moi, je n’ai pas de conseils à donner, mais il serait urgent de se rapprocher de la CNL NATIONALE ! Pas la CNL de Surville, aux mains du pouvoir jégoïste…

1 2 3

PARTI SOCIALISTE |
Le blog du Parti communiste... |
ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pnogues
| Sarkozy président
| Sondages, non merci !