Aux marches du palais…

Vous je ne sais pas mais moi si…

Bien qu’en retraite spirituelle dans le lointain monastère tibétain de Tashilhunpo, j’ai suivi avec passion les aventures à la fois jégoïstes et sénatoriales…

Mais que dis-je, les aventures…

Les tragiques aventures, oui !

Et vous le savez bien, ici, la tragédie prend toute sa saveur en alexandrins.

http://www.varia-int.com/img/Produkte/trevira/buehnenvorhang/buehnenvorhang_rot_350.jpg
——–

Ô terrible Glaucos, c’est à n’y rien comprendre !

Oui, cruels Lestrygons, une rouste me fîtes prendre !

Ah ! Malédiction ! Oh ! Quelle fatalité !

Pour un peu sans attendre, j’irais bien m’aliter…

De cette longue course, quelle horrible chkoumoune,

Jamais je ne serai un fier Alain Mimoun.

Je crois bien qu’ils s’éloignent, les ors d’la République,

Il faut que je remballe, mes claques et mes cliques.

Ce devait être Eylau, Wagram et Marengo,

Je dois tout remballer, y compris mon flingo.

Il devait être à moi, l’palais du Luxembourg !

Au lieu d’ses petits plats, patates, topinambours…

Un nouveau camouflet le destin m’asséna,

Je n’le crois toujours pas, on m’enlève mon Sénat.

J’avais pourtant, j’le sais, tout prévu, planifié,

En vérité, j’le crie : « Mais à qui donc se fier ? »

J’lui avais ordonné, à ce triste Ruffin,

De vite se retirer, à ceci mettre fin.

Au lieu de cela, voilà donc qu’il insiste,

Me voici dans l’pétrin, comme le gaz de schiste !

Quant au grand Provinois, et au petit Meldois,

Je vous le dis, Messieurs, dans l’oeil, mettez vous l’doigt !

Jean-François et Christian, de plus grand diviseur,

Vous semblez me traiter. Je suis dans le viseur ?

Moi qui ne suis qu’amour, douceur, humilité,

A mener la campagne, j’étais habilité.

Au lieu de tout ça, avec vos nunchakus,

Sans modération, vous me trouez le c…….

Puisque c’est comme ça, comme j’en ai plein les fesses,

Je vais m’occuper céans de mes belles ânesses,

Je parle évidemment d’équus asinus,

Pas de celles qui m’côtoient, nec impar pluribus !

Mais si ça continue, je vais tourner casaque,

Je m’occup’rai de chèvres… Du côté du Larzac !

————–

Que la suite des événements vous soit propice et néanmoins faste !

Votre dévoué HOU.

———————————

 

 


7 commentaires

  1. Le moretain dit :

    Toujours un bonheur de commencer la journée avec vos poèmes épiques.

  2. p'tite souris dit :

    Ce Monastère de Tashilhunpo tout un symbole de la répression, de la persécussion qui vise à l’anéantissement de la libre expression.

    En FRANCE,le Procureur de Nanterre, convoqué aux fins de mise en examen dans l’affaire d’espionnage de journalistes !
    Une affaire d’Etat les écoutes des journalistes du « Monde » ?
    La Une de Libé aujourd’hui ne manque pas d’interpeller.

    Encore bravo pour cette analyse d’un scrutin dont les résultats démontrent combien il fût pour le moins hasardeux pour notre édile local
    de se voir au Sénat.
    Grand courage et beaucoup de soutien à YVES POEY et FLAMBERGE, le seul à nous informer de l’AUTRE ACTUALITE MONTEROLAISE.

  3. klug dit :

    Excellent. Un grand moment, encore une fois.

  4. chouette alors dit :

    Comme c’est bien dit.

  5. Michele Dessler dit :

    Désolée, mais je n’ai pas trouvé la rime à nunchakus, qui commece par un « c ».
    Quelqu’un peut m’aider ?

    :D

  6. flop dit :

    Comme d’hab’ félicitations au brillantissime Monsieur HOU !

    Se régaler d’alexandrins, petit matin
    Donne belle humeur et envie, par plaisir malin,
    De joindre, à votre poème, une rime interne
    En l’honneur de notre édile au moral en berne
    …De cette longue course, quelle horrible chkoumoune
    …Au lieu d’un fier Mimoun, ne suis qu’un triste clown.

  7. p'tite souris dit :

    Bravo flop !!!!!!

PARTI SOCIALISTE |
Le blog du Parti communiste... |
ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pnogues
| Sarkozy président
| Sondages, non merci !