Petit-déjeuner en paix !

Mardi dernier, voici ce que je recevais sur ma messagerie privée Facebook, le réseau social majeur du web 2.0.

Il s’agissait d’une invitation à participer à un petit déjeuner organisé par l’association de chefs d’entreprise Acess 77.

http://nsm07.casimages.com/img/2012/02/26/120226084956390119493309.jpg

N’étant pas moi-même chef d’entreprise, j’en conclus que j’étais invité en tant que Directeur de publication d’un site d’actualité locale, s’agissant en plus d’un événement public (c’est inscrit en toutes lettres sur la copie d’écran ci-dessus…)

Et c’est pourquoi, je confirmai aussitôt ma participation de la sorte, et par le même moyen  électronique. On ne me répondit pas durant les trois jours qui suivirent.

http://nsm07.casimages.com/img/2012/02/24/120224101522390119483200.png

——

Il va de soi que sans cette invitation lancée sur Facebook, je n’avais aucun moyen de savoir que cette réunion était organisée.

Je pris donc vendredi matin à la fois mon calepin noir Moleskine et ma Twingo bleue Renault habituels.

http://www.acess77.com/http://2.bp.blogspot.com/_rRDjWm80NIg/S6uNQa4vJEI/AAAAAAAAB30/ERgLS1Gn52s/s400/logo+Acess+2010.jpg

Arrivé sur place, au tout nouveau et excellent restaurant cannois « La table de Natynn », je m’installai.

Mon idée n’était évidemment pas d’intervenir, mais de prendre des informations relatives à la situation de l’emploi et au développement économique dans la région. Des informations émanant des trois intervenants prévus ce jour-là.

Je me présentais à plusieurs personnes, et m’assis au premier rang, de manière à pouvoir entendre correctement les intervenants.

8h40. Notre Député-Maire-ex-ARES-PR-plus-UMP-346-544 entre dans le restaurant.

Je vois qu’il m’aperçoit. Aussitôt, il va parler au Président de l’association.

Que se disent-ils ? Je n’en sais rien.

Le Président d’Acess 77 vient me voir :

« On va avoir un problème, M. Jégo ne veut pas de votre présence, il souhaite que vous partiez, on va arrondir les angles, pourriez-vous vous installer au dernier rang ?« 

Je m’étonne de cette demande inhabituelle, mais j’obtempère.

Un chef d’entreprise entend la conversation, s’étonne et dit : « Si ce monsieur est obligé de partir, je partirai aussi !« 

Je m’installe au fond de la salle.

http://www.animated-gifs.eu/kitchen-cups/0025.gifhttp://www.animated-gifs.eu/kitchen-cups/0025.gifhttp://www.animated-gifs.eu/kitchen-cups/0025.gif

Le président d’Acess 77, reparti voir Yves Jégo, revient et me demande de partir.

Je lui explique qu’en tant que Directeur de publication d’un site d’info local, je suis assujetti au droit de la presse. (Je vous rappelle que j’avais reçu une invitation à un événement noté comme public et que j’y avais répondu.)

Il repart voir Yves Jégo.

Je reste assis, plusieurs chefs d’entreprise déclarent qu’ils ne voient aucun inconvénient à ma présence.

Une adhérente de l’association ira même jusqu’à dire « Si M. Poey est obligé de partir, je démissionne de l’association.« 

Car dans la salle, tout le monde suivait ces péripéties.

Il était pratiquement 9h00.

http://www.animated-gifs.eu/fruits-oranges/0003.gifhttp://www.animated-gifs.eu/fruits-oranges/0003.gif

Au bout d’un moment, plusieurs responsables d’Acess 77 se campent devant le public et le Président dit :

« En raison d’un problème, nous n’allons pas pouvoir tenir cette réunion comme prévu.« 

Et moi de me lever aussitôt et de prendre la parole :

« Mesdames et Messieurs, j’ai trop de respect pour votre implication locale en matière de développement économique, j’ai trop de respect pour ce que représentent les entreprises et leurs dirigeants en matière de créations d’emploi pour empêcher par ma présence cette réunion.

Votre association est éminemment utile au développement de l’emploi dans notre région.

J’ai été invité à cette réunion (j’avais mon Iphone à la main, et la copie du message), vous aurez évidemment compris où se situait la problématique. J’étais venu chercher des informations quant à la situation économique locale, je constate qu’un Directeur de publication d’un site d’informations et d’une édition Mediapart, relevant du droit de la presse ne peut le faire, en raison d’une demande personnelle.

Le compte-rendu de ce moment figurera bien entendu lundi sur Flamberge et Mediapart.

Vous voudrez bien m’excuser de ce contretemps qui n’est pas de mon fait.

Je vous souhaite une bonne réunion« .

Je partis. Le chef d’entreprise qui avait dit qu’il en ferait autant s’éxecuta. Je le remerciai chaleureusement et à haute voix de sa solidarité.

Je sentis dans la salle un mouvement d’étonnement, pour ne pas dire plus…

Dehors, une responsable de l’association me confirma d’où émanait la demande de mon renvoi, que l’association avait dû s’exécuter, mais qu’elle était désolée.

Elle me remercia de mon attitude, et me précisa qu’elle m’enverrait le compte-rendu de la réunion par la suite.

————-

http://www.animated-gifs.eu/kitchen-hot-drinks/0005.gifhttp://www.animated-gifs.eu/kitchen-hot-drinks/0005.gif

Il va de soi que je n’en veux pas du tout à Acess 77, ni à son Président.

Je demande même à la personne qui avait menacé de démissionner de cette association de n’en rien faire.

Nous avons trop besoin dans la région de gens dévoués, bénévoles, compétents et qui s’impliquent en matière de développement économique.

En revanche, je m’étonne une nouvelle fois de l’attitude de notre édilanous…

Avait-il des choses secrètes à dire ?

Lui fais-je donc si peur ?

C’est la deuxième fois que ce genre de situation se produit.

Souvenez-vous, c’était ici :

http://nsm07.casimages.com/img/2012/02/20/120220100339390119462406.jpg

http://yvespoey.unblog.fr/2007/04/28/cest-les-nerfs/ 

——–

Bien entendu, avant de nous quitter pour aujourd’hui, vous devez bien vous douter que plusieurs personnes dans la salle m’ont appelé par la suite, dans la journée et ce week-end, pour me raconter ce qui s’était passé par la suite et ce qui s’était dit.

Mais je vous narrerai tout ça demain.

Promis !

—————————————

 


40 commentaires

1 2 3 5
  1. Le moretain dit :

    On ne change pas un personnage qui va perdre.

  2. Michele Dessler dit :

    Ah ! la conception de la démocratie locale d’Yves Jégo !
    Il ne voulait pas que vous posiez des questions sur Napoléonland Montereau ?

  3. p'tite souris dit :

    Chapeau bas MONSIEUR YVES POEY, vous venez de faire la démonstration non seulement de votre intelligence, mais également de toute l’authenticité de votre démarche qui n’a qu’un seul but l’I N F O R M A T I O N.
    Quand les masques tombent la chute n’est en général pas loin.

  4. Un patron ulcéré dit :

    J’étais présent dans la salle. Je confirme la version d’Yves Poey.
    Jégo s’est couvert de ridicule et a montré un comportement déplorable, un comportement de petit seigneur local.
    Je vous remercie M. Poey de ce que vous avez fait et de ce que vous avez dit concernant le monde de l’entreprise et son importance en matière d’emploi et de dynamisme économique.
    C’est de vous dont nous aurions besoin.

  5. karl un dit :

    C’est malin, j’ai le tube de Stephane Eicher dans la tete pour toute la journee.

    Quel courage, M. Poey. Et quelle leçon vous avez donne. Moi, je ne pourrais pas faire ce que vous faites.
    Chapeau.

  6. Anonyme dit :

    Tout simplement pathétique. Jégo est en train de perdre ces nerfs. Il sait qu’il va perdre son mandat ?

  7. titi de mon trot dit :

    « Petit seigneur local » !
    Bravo pour votre attitude par contre celle de notre édilanous en dit long sur son caractère, sa vision étriquée et personnelle de la démocratie. Et dire que l’on est gouverné par de tels hommes ! On imagine l’image qu’il donne de la manière dont il gouverne et ce, devant un parterre de chefs d’entreprises. Comment voulez vous ensuite que ces patrons fassent confiance à quelqu’un qui se montre aussi sectaire ? qui aimerait installer une entreprise dans ce genre de démocratie ? C’est vous Mr Hou qui marquez le point, pas lui.

    • Yves POEY dit :

      Je vous reprécise bien, titi de mon trot, que je n’y allais pas pour marquer un quelconque point, mais bien pour écouter Mmes Hélène Esnault et Brigitte Bou.

  8. liz dit :

    C’est justement cette attitude qui n’incite pas les entrepreneurs à venir s’installer sur notre canton.
    Lamentable. Mais c’est très intéressant que cette « affaire » est lieu devant un public qui est probablement plus de son bord politique que de gauche !

1 2 3 5

PARTI SOCIALISTE |
Le blog du Parti communiste... |
ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pnogues
| Sarkozy président
| Sondages, non merci !