Archive pour 16 avril, 2012

L’âge de Silec

Dans un papier en date du 12 avril dernier, le magazine Capital revenait sur les surprises que pouvait cacher le label « Made in France » dans un article intitulé « Le label « made in France »cache bien des surprises« .

En effet, la journaliste Sandrine Trouvelot, auteure de ce papier, montre bien que le « bébé » de notre Député-maire-ex-ARES-PR-plus-UMP-Avocat-346-544 ne tient pas toutes les promesses que son jégoïste papa fondait en lui.

Voici comment Sandrine résume le problème :

« Décidément, entre les produits assemblés par des entreprises françaises avec des composants importés, ceux fabriqués chez nous par des sociétés étrangères, ou au contraire à l’étranger par des firmes hexagonales, il y a de quoi y perdre son latin. Un an et demi après le rapport de l’ancien ministre radical Yves Jégo sur le sujet, le lancement de l’Observatoire du fabriqué en France (dont l’action se résume à publier quel­ques chiffres) et la création d’un label «origine France garan­tie», le débat n’a guère avancé.« 

L’intégralité du papier est ici :

Capture

http://www.capital.fr/a-la-une/dossiers/made-in-france-pourquoi-il-n-est-pas-condamne-712106/le-label-made-in-france-cache-bien-des-surprises

Elle va même beaucoup plus loin :

« L’origine d’un produit est d’au­tant plus complexe à déterminer que la production est de plus en plus mondialisée. C’est flagrant dans l’automobile. «Un marquage obligatoire serait un cauchemar pour nous, confie-t-on au Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA). A la limite, un label européen aurait plus de sens.» Pas sûr que cela soit si simple : les pays membres de l’UE sont incapables de s’entendre sur un label commun obli­gatoire, tant chacun définit à sa sauce ce qui appartient ou non à sa production nationale.« 

—-

Si je voulais revenir sur cet important article de ce magazine peu suspect de gauchisme rampant, c’est qu’un autre exemple récent n’a pas manqué de m’interpeller.

Cet exemple, ce fut bien entendu la visite à Montereau de notre premier ministre Fillon.

Au cours de cette petite virée dans notre chef-lieu de canton, notre édilanous ne manqua pas de lui offrir un brie de Monterau fabriqué dans le nord de la Seine-et-Marne, et surtout, surtout, il lui fit revêtir un gilet jaune fluo de la SILEC Cable, afin d’aller décerner le fameux label aux dirigeants de cette société implantée à Monterau depuis 1936.

Silec

——

Made in France ? Vous avez dit Made in France ?

Les employés de Silec Cable sont évidemment issus de la région. Certes.

Mais d’une part, vous le savez, l’entreprise appartient désormais  à la société General Cable, et ce depuis décembre 2005 :

Capture

http://www.sileccable.com/Compa%C3%B1%C3%ADa/Qui%C3%A9nessomos/Histoire/tabid/600/Default.aspx

« Récemment, dans l’objectif d’augmenter la présence en Europe et d’élargir la gamme de produits, Grupo General Cable Sistemas, S.A. – société leader de General Cable Europe & Med - a acquis les unités de fabrication de SILEC CABLE de la société française SAGEM (décembre  2005), ECN en Espagne (août, 2006), NSW en Allemagne (avril, 2007), ENICAB en Algérie (mai, 2008) et BICC Egypt (septembre, 2010).« 

—-

D’autre part, le label France n’a été donné qu’à une certaine catégorie de câbles ne comprenant pas le fleuron de la production, la haute et la très haute tension.

Seuls les câbles de distribution et de branchement basse tension sont concernés.

Ces câbles représentent environ 10 % du chiffre d’affaires de la Société.

Pour les autres câbles il est fait appel à des constituants onéreux qui sont importés.

C’est le cas notamment du cuivre et des isolants qui rentrent dans la composition des câbles d’énergie haute et très haute tension.

Le fait que ces câbles de très haute technicité ne soient pas labellisables, parce qu’ils sont fabriqués avec des matières premières importées,  montre bien l’incohérence des critères d’attribution du label « Origine France Garantie » : on ne labellise pas le savoir faire mais le coût de revient du produit.

Grâce aux importants investissements américains, la Silec n’a pas fermé ses portes alors qu’elle était en passe de disparaître lorsqu’elle était filiale de Sagem.

Les américains ne sont pas des philanthropes, ils ont reconnu  l’expérience et le savoir faire d’une société française en pointe depuis des décennies et ont su investir pour améliorer sa compétitivité sur un marché où la concurrence est de plus dure avec l’arrivée des chinois.

On pourrait décerner un label investissement « Origine USA Garantie » à General Cable !

Capture

Pour information, n’oublions pas non plus que SILEC Cable est en passe de ne plus rester le leader mondial en matière de fabrication de câbles à très haute tension.

En effet, pour vendre ces câbles en Chine, il a fallu que les dirigeants détaillent tellement les process de fabrication, que dorénavant l’Empire du Milieu produit tout seul ses propres câbles. La Chine n’a acheté qu’une seule fois !

Alors le « Made in France » dans tout cela ?

Ce logo va-t-il décider les Chinois à rendre les brevets français ?

Tout ceci relativise évidemment ce que clamait récemment not’ bon maire :

L’obtention de ce label, sur lequel je me suis beaucoup investi, doit servir à porter des emplois et à contribuer au développement de l’entreprise.

On aura évidemment compris que, comme le souligne l’article de Capital et je l’espère, mon papier du jour, les profits de l’investissemment jégoïste sont somme toute très, mais alors très relatifs….

———-

PARTI SOCIALISTE |
Le blog du Parti communiste... |
ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pnogues
| Sarkozy président
| Sondages, non merci !