Archives pour la catégorie Ca ne va plus !

Un petit poucet très costaud ?

Rubrique « Sur le vif »…

Quelques photos, le moins de commentaires possible…

Vous souvenez-vous qu’en juillet 2010, notre Député-Maire-ARES-ex-UMP-Avocat-346-544 avait trouvé une solution pour le coup très radicale en matière d’interdiction de stationnement pour les gens qui souhaitent vivre en nomades ?

Des fossés avaient été creusés…

C’était ici :

http://yvespoey.unblog.fr/2010/08/23/roms-unique-objet-de-son-ressentiment/

http://nsm03.casimages.com/img/2010/08/20/100820095553390116594245.jpg

——–

Mais voyez ce que c’est, tout de même… Les gens nomades sont apparemment des gens têtus, puisque certains d’entre eux sont récemment revenus, dans le terrain qui jouxte les ateliers municipaux dits « de Courbeton ».

http://nsm05.casimages.com/img/2011/10/21/111021080220390118935418.jpg

(c) Google Earth

—–

La partie rouge représente le campement provisoire, et la flèche violette représente l’entrée par laquelle les véhicules avaient pénétré sur ce terrain qui ne sert actuellement à rien.

Les caravanes étaient venues s’installer, avec une grande tente en guise d’église. Ces gens du voyage-là étaient en effet de fervents catholiques pratiquants.

On les a priés de partir, et Yves Jégo a dû trouver une brillante idée pour les empêcher de revenir.

Comme les fossés, ça avait été déjà fait, une autre solution a été mise en place.

Jugez plutôt :

http://nsm05.casimages.com/img/2011/10/21/111021080833390118935440.jpg

——

A Montereau, se multiplient les barrières, les fossés et les gros cailloux qui empêchent de passer….

C’est ça, l’humanisme dont on se réclame au parti radical valoisien ?

Qu’en pensez-vous, M’sieur Borloo ?

—————————————–

Encore un problème de hache…

Voici une semaine exactement, aux alentours de 12h00, un violent fait divers survenu à Montereau-Surville devant l’arrêt de bus de la rue Racine devait marquer les esprits de nombreux enfants qui venaient tout juste sortir de l’école voisine.

http://nsm05.casimages.com/img/2011/10/20/111020065737390118930793.jpg

—–
Une voiture de couleur verte était stationnée au niveau de l’arrêt de bus, avec un homme au volant, rejoint bientôt par un autre.

Deux hommes encapuchonnés sont alors arrivés armés l’un d’une matraque, l’autre d’un outil ressemblant fortement à une hache, et se sont mis à taper violemment sur le véhicule, blessant les deux occupants.

Le conducteur et son passager ont ensuite pu démarrer et prendre la rue Anatole-France.

http://nsm05.casimages.com/img/2011/10/20/111020064812390118930731.jpg

(c) Google Earth
—–
Une enseignante de l’école voisine m’a ensuite raconté ce qu’elle a vu.

Témoignage :

Le vendredi 14 octobre, alors que je sortais de l’école élémentaire Sigonneau pour la pause méridienne, j’ai croisé à pied une drôle de voiture qui roulait au ralenti.

J’étais en train de discuter avec trois enfants de l’école à qui j’ai recommandé de rentrer rapidement chez eux.

En effet, je me suis aperçue que les pare-brises avant et arrière de la dite voiture étaient brisés, comme si on avait tiré dessus.

En atteignant ma voiture personnelle sur le parking de l’église, la véhicule endommagé s’est arrêté à mon niveau.

C’est alors que deux jeunes gens sont sortis du véhicule, blessés et ensanglantés sur les bras et le torse. L’un d’eux boîtait.

Ils ont été rejoints par un autre véhicule, duquel sont sortis deux autres jeunes gens qui sont passés à l’avant de la voiture cassée.

Les deux jeunes blessés sont montés à l’arrière. Je les ai entendus parler de « monter à Paname » puis je suis partie sans demander mon reste.

—–

L’enseignante est donc partie sans demander son reste ! Comme c’est compréhensible !

Les forces de police sont ensuite arrivées sur les lieux de la violente agression.

Des débris de verre et une flaque de sang jonchaient le trottoir, mais ont été très vite nettoyés par les services municipaux.

Une vive émotion s’est emparée du quartier et des enfants témoins de ce nouveau fait divers.

Car c’est bien connu, à Montereau, il ne se passe jamais rien….

———————————–

On SEM, mais pas à tout vent !

Autant vous l’avouer tout de suite, lundi dernier, je n’ai pu assister au dernier Conseil municipal en date, car vous le savez, avant d’être le tenancier de ce modeste site d’info locale, j’ai un autre métier qui comporte de plus en plus de réunions… hors temps de travail.

Mais ceci est une autre histoire ! Ici, on ne mélange pas les genres !

J’ai donc demandé à Henri Auclair, Conseiller municipal d’opposition, de me rédiger un de ces petits compte-rendus dont il a le secret.

http://nsm02.casimages.com/img/2009/11/09/091109084124390114820040.jpg M. Henri Auclair (image d’archives)
—–

Dans un premier temps, il faut remarquer que notre Député-Maire-ARES-ex-UMP-Avocat-346-544 avait programmé ce conseil le lendemain des élections sénatoriales.

Voulait-il parader avec un nouvelle écharpe et un nouveau mandat législatif ? Allez-donc savoir…

En tout cas, ce fut raté !

Henri lui rappela sa défaite, Yves Jégo éluda la question…

C’est Jean-Louis Chomet, autre Conseiller municipal d’opposition qui déclencha le premier l’ire jégoïste !

JLC M. Jean-Louis Chomet (image d’archives)

—–
Il intervint pour dire que sur le compte-rendu reçu en relation avec le programme santé que veut mettre en place la Région, il manquait une page. Ce fut pour Jean-Louis l’occasion de demander d’engager un débat avec le personnel hospitalier.

Notre édilanous répondit sommairement, ce fut comme souvent considéré sans aucun intérêt. Il demanda au Conseil municipal de donner un avis négatif quant au projet émis par la l’Agence régionale de Santé…Et pas de discussion !

Les choses qui fâchent vraiment allaient commencer !

Un point important de ce Conseil concerna le versement d’une indemnité au président de la SEM SUD Développement ( Rappelons que Joël Tailhardat en est le Directeur depuis son évacuation du poste de Directeur Général des Services de la CC2F, notre Communauté de Communes du Fleuve et de la Rivière…)

Henri intervient pour rappeler que dans un Compte-rendu de Conseil datant de 2008, il était question de liquider cette société, en état de faillite, qui ne disposait plus que de foncier, environ 2,5 hectares.

Par ailleurs dans les compétences de la CC2F on trouve la voirie mais aussi le développement économique et l’aménagement des espaces !

Henri parla de doublon, (comment ne pas y penser…), et dit qu’on marchait sur les plate-bandes de la CC2F.

Deux bonnes raisons de laisser tomber la SEM  !

A noter que l’indemnité accordée au Président (Alain Gautier ) prévue lors de Assemblée Générale Extraordinaire du 1er juin 2011 ne pourra pas dépasser celle d’un adjoint au maire mais qu’elle doit être validée par le Conseil Municipal.

Scandale pour Yves Jégo qui porta aux nues M. Gautier, « remarquable par son efficacité« .

Puis, les invectives jégoïstes fusèrent : « Vous n’y connaissez rien, vous mélangez tout, la CC2F et la SEM sont complémentaires, d’ailleurs il existe aussi une SEM au Conseil Général ! »

Bref, un réquisitoire avec des mots dont-il a le secret !

En gros nous sommes toujours dans le registre « Taisez-vous, j’ai raison, puisque c’est moi qui décide ! »

http://www.lepoint.fr/content/system/media/6/20080702/photo_1215026912364-1-0.jpg M. Yves Jégo (image d’archives)

—–
Puis, il fut question les lancements de procédures de marchés publics pour :

1) l’entretien des installations d’éclairage public, sportif, signalisation : 193.000 €/an

2) l’exploitation du chauffage des bâtiments communaux et traitement de l’eau de la piscine : 1,5M €/an.

3) le nettoyage des locaux de tous les bâtiments communaux : 465.000 €/an.

Bien sûr, le tout hors TVA…

Henri Auclair  dénonça donc la privatisation rappelant qu’avec plus de 1.500 demandeurs d’emploi on devrait trouver à Montereau les compétences, ces emplois étant accessibles à beaucoup à n’en pas douter.

C’est alors qu’Yves Jégo se déchaîna, rappelant que le passage au privé avait été lancé par « les amis » d’Henri lorsqu’ils étaient aux manettes.

Yves Jégo continua à apostropher le Conseiller d’opposition : « vous qui dénoncez les frais de fonctionnement trop élevés il faut savoir ce que vous voulez !« 

Réponse immédiate d’Henri : les frais de fonctionnement sont de 40 M€ et les salaires et charges ne représentent que 20 M€, il y a une marge sur laquelle on peut faire des économies.

Et puis si l’on soumissionne, on dépense autant, voire plus que ce l’on paierait en salaires. Jean-Louis Chomet en remettra une couche. !

La réunion se termina par la dénomination d’une rue donnée dans le quartier St Jean : ce sera la rue « Jean-Baptiste Chazal », du nom d’un illustre syndicaliste monterelais.

Yves Jégo ne fut pas au bout de ses surprises : Jean-Louis Chomet lui apprit que Jean-Baptiste Chazal était son ancêtre !

Comme quoi, après les sénatoriales perdues, quand ça veut pas, ça veut pas !

Not’ bon maire ne put alors s’empêcher d’ouvrir une polémique, en  ouvrant le livre de Jean Marais pour rappeler une manifestation monstre dans laquelle se trouvait ce fameux J.B. Chazal, lequel devint maire de Montereau.

L’idée étant probablement d’avoir toujours le dernier mot !

Au lendemain des élections sénatoriales, au lendemain de la lourde défaite jégoïste, de nombreux conseillers municipaux de la majorité n’avaient pas fait le déplacement.

En revanche, tous les conseillers d’opposition étaient présents !

La suite au prochain épisode !

————————

http://nsm05.casimages.com/img/2011/10/02/111002123612390118831654.jpg

L’excellent et passionnant livre de Jean Marais, qu’on peut toujours trouver en vente.

——————————————————————
 

 

Se donner des berges pour se faire battre

Pendant que la campagne des sénatoriales continue de battre son plein,(dans une semaine, d’ailleurs, nous serons fixés…), pendant ce temps-là, à Montereau, la situation des berges de l’Yonne ne s’améliore guère.

J’en veux pour preuve la dernière tribune de l’opposition, dans le très jégoïste 7/7.

Henri Auclair, Conseiller municipal d’opposition revient sur ce sujet.

http://nsm05.casimages.com/img/2011/09/19/110919060728390118766568.jpg

——

Je vous propose un petit agrandissement de ces berges complètement défoncées (ne cherchez pas le contrepet, il n’y en a pas…).

http://nsm05.casimages.com/img/2011/09/19/110919060107390118766530.jpg
———

Rappelons que notre Député-Maire-ARES-ex-UMP-Avocat-346-544 a saisi le tribunal administratif pour savoir qui devait réaliser les travaux de réfection : la commune ou VNF (les Voies Navigables de France).

Vous comprendrez que je sois quand même interloqué : celui qui se dit tellement attentif au patrimoine aquatique et fluvial de Montereau a une curieuse conception en matière de détermination à faire avancer une situation qui pourrait entraîner quelques accidents…

En effet, not’ bon maire a prévu large puisque l’arrêté municipal court jusqu’au 31 décembre 2011…

http://nsm05.casimages.com/img/2011/09/19/110919060107390118766529.jpg

——
Mais il est vrai que notre édilanous semble fâché avec ses cours d’eau…

A part les effets d’annonce, sur le terrain, les choses ne bougent guère : toujours aussi peu de bateaux de plaisance sur la halte du même nom, et puis surtout, toujours pas de maison de la Seine en vue, à la place du vieux château toujours recouvert de bâches en trompe-l’oeil…

Je vous rappelle que le 16 juin 2010, Yves Jégo avait reçu »une marianne d’or » pour ce projet.

http://www.secteurpublic.fr/public/article/les-mariannes-d-or-2010-recompensent-les-elus-des-collectivites-innovantes.html?id=35885&C5=336

A ce jour, comme la soeur Anne, on ne voit toujours rien venir…

A moins qu’une nouvelle fois, notre Député-Maire-ARES-ex-UMP-Avocat-346-544 réserve le début des travaux (et donc la pose de leur première pierre) pour une prochaine campagne électorale…

——————

Caméras l’bol !

Je vais cette saison encore renouer avec cette saine habitude de faire prendre connaissance (surtout aux Flambergiens non-monterelais) de la tribune libre de l’opposition, publiée dans le très jégoïste et très municipal organe de propagande, de communication d’information, je veux bien sûr parler du 7/7.

Faut-il rappeler que cet article hebdomadaire est rédigé par Henri Auclair, Conseiller municipal et que celui-ci dut menacer notre Député-Maire-ARES-Avocat-346-544 du tribunal administratif pour enfin avoir le droit légal de s’exprimer dans ce journal ?

Oui, il faut encore et sans cesse le rappeler !

Pour cette rentrée, Henri revient sur l’installation de nouvelles caméras de video-surveillance dans notre chef-lieu de canton.

Je vous laisse lire sa tribune, puis nous verrons ensuite que l’actualité locale très récente vient de lui donner entièrement raison !

http://nsm05.casimages.com/img/2011/09/01/110901041540390118675832.jpg
—–

Vous avez dit « efficacité » en matière de video-surveillance ?

Jugez plutôt.

Le jeudi 25 août dernier, un braquage d’une bijouterie était réalisé, aux alentours de 9h00 du matin, dans la rue des Chapeliers.

http://nsm05.casimages.com/img/2011/09/01/110901041540390118675831.jpg

—–
La bijoutière fut attachée, et trois hommes à visage découvert lui dérobèrent une importante quantité de bijoux et de montres. A l’heure où j’écris ces lignes, le préjudice n’a pu être encore chiffré.

Les malfaiteurs sont repartis sans autre forme de procès, comme ils étaient venus, avec leur butin.

Des caméras de video-surveillance sont installées un peu partout en ville basse, pas dans cette rue, il est vrai. Mais dans les alentours, elles foisonnent.

De source policière, aucune image exploitable n’a pu être recueillie !

Aucune aide à espérer donc du dispositif.

Les forces de police ont dû aller solliciter la banque située juste en face de la rue pour espérer avoir des images filmées par les caméras surveillant le distributeur automatique de billets.

En vain. Là non plus, aucune image exploitable, c’est le DAB qui est surveillé, pas les rues aux alentours, c’est bien compréhensible…

http://nsm05.casimages.com/img/2011/09/01/110901041540390118675830.jpg

—–
Je suis allé rencontrer les propriétaires de la bijouterie.

Ils étaient excédés.

Par le cambriolage, certes, mais aussi et peut-être surtout par le fait que les caméras installées « ne servent strictement à rien !« . (La bijoutière m’a autorisé à reproduire ses propos. « Vous pouvez le répéter et l’écrire, ce que je vous dis !« )

« On en a marre, pour payer les impôts, les taxes, là oui, mais quand il faut avoir des résultats, c’est autre chose… De toute façon, il ne se passe jamais rien à Montereau, tout va toujours très bien. Et puis d’abord, s’ils ne sont pas fichés, s’ils n’ont pas déjà d’empreintes, à quoi elles peuvent bien servir leurs caméras ? Ca ne sert à rien ! On en a ras l’bol !« 

CQFD.

Hélas…


http://nsm05.casimages.com/img/2011/09/01/110901042556390118675927.jpg

http://www.geoportail.fr

———————————————–

Un marché à la baisse…

C’est à Pépette, Flambergienne impénitente, que nous devons ce dernier « Sur le vif » de la saison.

Vous avez sans doute aperçu, ici et là, à Montereau, de somptueuses publicités relatives à la vigueur commerciale du centre-ville et du marché.

Voici ce qu’il en était sur le terrain, le 23 juillet dernier, date à laquelle notre envoyée spéciale a pris ces quelques photos démontrant justement un certain manque de vigueur et surtout l’existence de tout plein de places vides de parking.

Ce qui semblerait démontrer au passage l’utilité très relative du nouveau parking du Quai des Bordes et l’absurdité d’avoir abattu les cinquante-deux magnifiques arbres.

Un marché à la baisse... dans Ca ne va plus ! zgm59f3n13

—–

qip6ewe9ah dans Vie locale

—–

4wdde5lx0w

—–

bg3ivqhs0r

——-

On se retrouve dans quelques semaines, n’hésitez pas à prendre des notes que vous communiquerez à la rentrée à votre serviteur. 

Et bonnes vacances, aux aoûtiens qui auront la chance d’en prendre.

Salut à tous !

—————————–
s3hb7zhjsh vy5zxl817u04bt8s6gh6   qugvw5dfm6

http://nsm03.casimages.com/img/2010/07/21/100721104400390116437132.png

A partir de lundi, flamberge prend ses quartiers d’été, et les clefs de la boutique seront confiées à M. HOU qui a retrouvé pour vous des billets d’humeur publiés dans l’ex-hebdomadaire d’infos locales trop tôt disparu « Le Caillou ».

Ah !  Tout ceci ne nous rajeunira pas !…

Ce sera un retour sur l’actu locale, nationale, voire internationale, parfois !…

voir l'image en taille réelle

———————————————————————
 

Panneaux très informatifs…

A Montereau-Surville, on peut voir ici et là de grands panneaux relatifs à la rénovation urbaine, des panneaux qui annoncent la liste des entreprises qui ont été sélectionnées pour intervenir sur les chantiers.

Je vous en ai trouvé quatre, que j’ai photographiés.

Un paradoxe n’a pas manqué de m’interpeller…

http://nsm05.casimages.com/img/2011/07/22/110722024300390118502091.jpg

—–

http://nsm05.casimages.com/img/2011/07/22/110722024259390118502088.jpg

—–

http://nsm05.casimages.com/img/2011/07/22/110722024259390118502090.jpg

—–

http://nsm05.casimages.com/img/2011/07/22/110722024259390118502089.jpg

—–

Vous l’avez constaté tout comme moi, seulement deux entreprises monterelaises interviennent sur ces chantiers : « E2TH » en matière de plomberie, et « La passion du bois » pour les menuiseries intérieures.

Un véritable paradoxe est une nouvelle fois démontré ici.

Comment se fait-il qu’aussi peu de sociétés locales sont employées à Montereau, qui je vous le rappelle, comptait fin mars dernier 1.632 chômeurs ?

N’y a-t-il donc pas d’entreprises compétentes ? Sont-elles trop chères ? 

Les entreprises monterelaises veulent-elles ou peuvent-elles soumissionner aux marchés passés ?

Les sociétés locales veulent-elles travailler avec la mairie de Montereau ?

Bien évidemment, je n’ai pas la réponse à ces questions.

Ce qui est certain, c’est qu’une nouvelle fois, est démontré le peu d’essor économique de notre chef-lieu de canton, et de son bassin d’emploi…

346ème sur 348 en France, je vous le rappelle…

————————————————-

Panneaux très informatifs... dans Ca ne va plus ! s3hb7zhjsh vy5zxl817u dans Vie locale04bt8s6gh6   qugvw5dfm6

http://nsm03.casimages.com/img/2010/07/21/100721104400390116437132.png

A partir de lundi, flamberge prend ses quartiers d’été, et les clefs de la boutique seront confiées à M. HOU qui a retrouvé pour vous des billets d’humeur publiés dans l’ex-hebdomadaire d’infos locales trop tôt disparu « Le Caillou ».

Ah !  Tout ceci ne nous rajeunira pas !…

Ce sera un retour sur l’actu locale, nationale, voire internationale, parfois !…

voir l'image en taille réelle

—————–

A demain, pour le dernier papier de la saison…

———————–

DIES IRAE !

DIES IRAE ! Jour de colère !

Ah oui, comme il était en colère, notre Député-Maire-encore-Conseiller-général-Avocat-ARES-UMP-346-544, ce mardi 12 juillet dernier !

Vous vous en souvenez peut-être, c’est en effet à cette date que notre édilanous, en tant que président du Syndicat de Traitement des DEchets Ménagers du Sud-Seine-et-Marne, avait réuni des élus afin de définir une stratégie pour obliger cette méchante région Ile-de-France aux mains des méchants socialistes, à verser la fameuse subvention concernant le nouvel incinérateur.

C’est à cette réunion qu’il me fut défendu de participer, comme je vous l’avais expliqué, démontrant ainsi le caractère politicien de toute cette jégoïste démarche…

http://yvespoey.unblog.fr/2011/07/14/je-crois-que-ca-va-pas-etre-possible/

Heureusement, les journalistes accrédités par le pouvoir jégoïste, eux, avaient pu assister aux débats et relater ce qui s’était dit…

C’est ainsi que l’Yonne Républicaine (et non pas l’Hyène républic…..e) nous en apprenait un peu plus dans un papier daté de vendredi dernier.

http://www.lyonne.fr/cfc/images/logo_YR_R.gif

http://www.lyonne.fr/editions_locales/senonais/incinerateur_ca_chauffe_avec_la_region@CARGNjFdJSsBHhMFAR4-.html

On nous rappelait donc les données du problème, un problème que votre serviteur fut le premier à évoquer dans ce blog.

Ce scoop, c’était ici :

http://yvespoey.unblog.fr/2010/11/10/lhomme-qui-perdait-11-millions/

Et là :

http://yvespoey.unblog.fr/2010/11/11/lhomme-qui-perdait-11-millions-2eme-partie/

Mais revenons à l’Yonne Républicaine…

Extrait du papier :

« La Région refuse aujourd’hui de verser sa subvention. Motif : le Sytradem n’a pas respecté les délais.

« La première demande de subvention devait intervenir avant janvier 2009, explique-t-on au conseil régional d’Ile-de-France. Or, elle est arrivée deux mois après le délai. Il y a donc une caducité. » »

D’où la grosse colère d’Yves Jégo !

Certes, il reconnaît qu’il y a eu un « bug de 56 jours« …

Mais il va « saisir les tribunaux pour récupérer la subvention due par la Région Ile-de-France« .

En effet, tout comme il avait décidé de faire appel dans un certain procès quatre mois après les délais légaux, il pense encore et toujours qu’il peut s’affranchir des délais à respecter en matière de demande de subventions…

Qu’est-ce que deux mois de retard, quand on s’appelle Yves Jégo…

C’est assez incroyable, mais c’est pourtant la conception des choses de notre DMCRA-ARES-UMP-346-544.

Les magistrats compétents vont donc prendre en compte cet aspect des choses, gageons qu’ils vont être sensibles à cette particularité monterelaise qu’est le dépassement des délais.

D’ailleurs, not’ bon maire n’y croit peut-être pas trop, comme le précise la suite de l’article :

« Parallèlement à l’action en justice, le syndicat met au point un « plan de compensation » financière qui sera dévoilé à la rentrée. « C’est un peu notre plan B », ironise Yves Jégo. « 

Enfin, il reste une erreur à corriger.

Le journaliste sénonais rappelait que 138 communes faisaient partie du SYTRADEM et terminait son papier en écrivant : « les élus des 138 communes ont déjà prévu d’aller manifester devant le conseil régional, le 6 septembre« .

Toutes les communes, loin s’en faut, ne s’associeront pas à la tentative d’Yves Jégo de passer en force pour masquer la seule donnée importante du problème : le dossier de demande de subvention a bel et bien eu presque deux mois de retard !

—————————————–

Mais c’est qu’il nous ferait une grosse colère !

Notre Député-Maire-encore-Conseiller-régional-Avocat-ARES-UMP-346-544 n’est pas content !

Ah non alors ! Mais pas content du tout !

Non seulement, il est colère, mais en plus il veut que ça se sache, notre édilanous également Président du SYTRADEM, le Syndicat de Traitement des DEchets Ménagers du Sud-Seine-et-Marne. !

J’en veux pour preuve ce courrier envoyé à tous les maires des environs, ainsi que des élus délégués du Syndicat sus-nommé.

Le motif de ce jégoïste courroux est bien connu des Flambergiens dotés d’une mémoire conforme à la moyenne.

Vortre serviteur, sur ce blog, avait déniché un scoop concernant le financement du nouveau beau joujou d’Yves Jégo, je veux bien sûr parler du tout nouvel incinérateur. (Un nouvel incinérateur de déchets totalement contraire au Grenelle de l’Environnement édicté par un certain Borloo Jean-Louis, mais ceci est encore un autre problème.)

Ce scoop, c’était ici :

http://yvespoey.unblog.fr/2010/11/10/lhomme-qui-perdait-11-millions/

Et là :

http://yvespoey.unblog.fr/2010/11/11/lhomme-qui-perdait-11-millions-2eme-partie/

Bien qu’il s’en défende avec la plus grande des véhémences, les faits sont à la fois têtus et bien là : Yves Jégo a dépassé de 56 jours le délai légal pour demander des subventions d’un montant de 11 millions d’euros au Conseil régional et au Conseil général.

(Il est à noter que dans la République de Seine-et-marne de cette semaine, il qualifie en gros ce scoop et ce partage de l’information relayé dans le « Haut et fort » de « campagne pour affoler les populations« . C’est la preuve que le coup a porté juste…)

Mais voici donc le fameux courrier adressé aux élus concernés. Je vous le laisse découvrir :

 

http://nsm05.casimages.com/img/2011/07/11/110711110615390118454605.jpg

—–

http://nsm05.casimages.com/img/2011/07/11/110711110616390118454606.jpg

——–

Ainsi donc, la preuve est une nouvelle fois faite : notre DMCRA-ARES-UMP-346-544 ne comprend pas qu’il soit obligé de se plier aux règles édictées par d’autres que lui !

Pourtant, lui est prompt à rappeler aux autres que le règlement, c’est le règlement :

http://yvespoey.unblog.fr/2010/09/30/lreglement-cest-lreglement/

Tout comme il pensait pouvoir faire appel quatre mois après le délai légal, pour Yves Jégo, déposer des demandes de subvention 56 jours après le délai fixé est finalement tout à fait normal.

Alors bien entendu, vous avez pu le lire tout comme moi, plutôt que de s’en prendre à lui-même, il appelle à une grande manifestation pour tenter de faire diversion, et de faire en sorte que ce dépassement de 56 jours soit mis sur le compte de la mauvaise volonté de ces méchants Conseil régional et Conseil général.

Sont-elles méchantes avec lui, quand même, ces assemblées, dans lesquelles la droite est minoritaire !

Oh ! Mais comme elles sont méchantes ! Oh les vilaines !

Ce qui est certain, c’est que le Conseil régional ne reviendra pas sur le refus de verser la subvention en question. Et il a bien raison !

La manifestation des élus prévue en septembre prochain aura-t-elle du succès ?

Yves Jégo pourra toujours y faire défiler ses cadres municipaux :

http://yvespoey.unblog.fr/2009/12/16/cest-curieux-ce-besoin-quont-les-cadres-municipaux-de-manifester/

Ca aussi, il sait faire…
—————————————————

Video-gag !

Si vous suivez un tant soit peu l’actualité, vous savez évidemment que la Cour des Comptes vient de rendre un rapport accablant en ce qui concerne la politique sécuritaire menée en France depuis 2002.

Ce rapport, dans son intégralité, peut se télécharger ici :

voir l'image en taille réelle

http://www.ccomptes.fr/fr/CC/Theme-252.html

—-

A l’heure où les magistrats de cette institution, sous la houlette de Didier Migaud, insistent sur le caractère peu efficace de la video-surveillance, à Montereau, le conseil municipal vient de voter lundi dernier l’implantation de sept nouvelle caméras…

http://nsm05.casimages.com/img/2011/07/09/110709022539390118445318.jpg……….http://nsm05.casimages.com/img/2011/07/09/110709022534390118445302.jpg

—–
Je vous propose donc aujourd’hui d’éplucher un peu plus en détail le chapitre de ce rapport de la Cour des Comptes consacré à ce sujet.

Voici donc le sommaire correspondant.
http://nsm05.casimages.com/img/2011/07/09/110709110715390118444396.png

—–

Voici donc les remarques que formulent les magistrats, des remarques que j’ai sélectionnées en fonction de nos problématiques monterelaises, et qui montrent bien que ces systèmes posent de sérieuses questions d’éthique :

1) L’estimation de 20 000 caméras de voie publique en 2008, sur laquelle l’objectif de triplement a été fondé, était approximative.

Le ministère de l’intérieur ne procède pas à une évaluation globale et fiable du nombre de caméras de vidéosurveillance installées sur la voie publique.

[...]

Il y a ainsi un écart important entre le nombre de 20 000 caméras de vidéosurveillance de la voie publique en 2008, pris pour référence par le ministère de l’intérieur (soit environ 30 000 en 2009 et 40 000 en 2010) ou celui établi par l’une de ses directions, la direction des libertés publiques et des affaires juridiques (33 000 en 2009) et d’autre part le recensement par la Cour des données provenant des services de la police et de la gendarmerie (environ 10 000 caméras à la fin de 2010).

A Montereau, nous avons une trentaine de caméras de video-surveillance.

Fonctionnent-elles toutes, fournissent-elles toutes des images claires ?

Un exemple tout à fait personnel s’étant déroulé voici deux ans déjà me fait penser que non : dans une cité truffée de caméras, on n’a jamais pu retrouver mes deux agresseurs…

http://nsm05.casimages.com/img/2011/07/09/110709022534390118445303.jpg……….http://nsm05.casimages.com/img/2011/07/09/110709022539390118445317.jpg

—–
2) Des autorisations d’une régularité contestable

Si certains services préfectoraux, comme ceux du Val-de-Marne, refusaient en 2009 de prendre en compte les demandes de communes dépourvues de police municipale, la faculté, implicite ou explicite, généralement laissée aux communes par les autorisations préfectorales de charger de l’exploitation et du visionnage du système de vidéo surveillance indifféremment des policiers municipaux ou des agents d’un autre statut est contraire aux textes en vigueur.

Il résulte de l’article L. 2212-5 du CGCT que les fonctionnaires de la police ou de la gendarmerie, d’une part, et ceux des polices municipales, d’autre part, sont les seuls à pouvoir accomplir des missions de surveillance de la voie publique.

Ce principe de compétence qui portesur la surveillance tant humaine que par le truchement de systèmes électroniques a déjà été confirmé par le Conseil d’Etat (arrêt commune d’Ostricourt, 1997).

A Montereau, on peut donc penser que le Centre de Surveillance Urbaine est contraire aux textes en vigueur, puisque ce sont des policiers municipaux et des agents d’un autre statut qui video-surveillent…

http://nsm05.casimages.com/img/2011/07/09/110709022538390118445315.jpg……….http://nsm05.casimages.com/img/2011/07/09/110709022535390118445305.jpg

—–
3) Diversité des cadres d’emplois et Absence d’assermentation

En l’absence de filière de la fonction publique territoriale préparant au métier d’opérateur vidéo, les profils des agents sont très différents d’une ville à l’autre : employés communaux changés de service, anciens policiers municipaux, agents de médiation reconvertis, anciens agents de surveillance de la voie publique (ASVP).

Les municipalités ont parfois recours à du personnel reclassé (agents de service, assistantes maternelles, gardiens de musée), à la suite à d‘impératifs médicaux ou des raisons deservice (mésentente entre collègues, horaires attractifs).

Cette diversité de recrutement est la réponse aux contraintes de gestion pesant sur les communes, qui préfèrent réserver leurs policiers municipaux, plus expérimentés et mieux rémunérés, aux missions d’intervention sur la voie publique. Elle soulève cependant un double problème de formation et de qualification.

http://nsm05.casimages.com/img/2011/07/09/110709022535390118445306.jpg……….http://nsm05.casimages.com/img/2011/07/09/110709022538390118445312.jpg

—–

Quand les opérateurs de vidéosurveillance n’appartiennent pas au corps des policiers municipaux, ce qui est fréquent, ils ne sont ni assermentés ni agréés.

Il en est ainsi pour les agents de la filière administrative ou technique ainsi que pour les ASVP qui n’appartiennent à aucun cadre d’emplois spécifique. Ils sont seulement agréés et assermentés pour le contrôle des infractions relatives au stationnement des véhicules, mais non pour une mission générale de surveillance de la voie publique.

Pour autant, les risques de dérives dans l’utilisation des systèmesde vidéosurveillance sont réels, notamment en matière de respect de la vie
privée.

Les caméras qui peuvent être orientées à distance sont équipées d’un téléobjectif puissant. Les systèmes de vidéosurveillance sont programmables pour « flouter » ou masquer automatiquement les entrées et les fenêtres des immeubles privés, mais ce dispositif ne peut être
systématique, sauf à retirer toute efficacité au visionnage de la voie publique. Son paramétrage peut être modifié. Certains personnels peuvent avoir accès aux codes.

Dans notre chef-lieu de canton, quelles formations de ces agents sont mises en place. Ces fonctionnaires territoriaux sont-ils assermentés, sont-ils agréés ?

http://nsm05.casimages.com/img/2011/07/09/110709022538390118445311.jpg……….http://nsm05.casimages.com/img/2011/07/09/110709022536390118445307.jpg
—–

4) Le coût supporté par les communes et intercommunalités

Les contrôles des chambres régionales des comptes ont fourni des éléments à la fois physiques et budgétaires sur les investissements consentis par seize communes ou intercommunalités, qui ont permis de dégager un coût global moyen d’investissement par caméra sensiblement plus élevé que les montants généralement cités dans des revues destinées aux élus locaux.

Si dans certaines de ces seize communes, l’installation d’un système de vidéo surveillance de la voie publique est récente (Argenteuil en 2007, Cagnes-sur-Mer en 2008), elle est sensiblement plus ancienne dans d’autres comme Lyon, Nice et Cannes(2001), Colombes (2002), Aix-en-Provence, Nîmes et Toulon (2003) où le système a généralement été étendu après son installation.

Il en ressort un coût moyen par caméra compris entre 11 500 € TTC à Villefranche-sur-Saône et 101 400 € TTC au sein de la communauté d’agglomération de la Vallée de Montmorency.

Sur un ensemble de 1 314 caméras de voie publique, le coût moyen pondéré est estimé à 36 600 € TTC par caméra.

Il serait évidemment intéressant de connaître le coût global d’une caméra à Montereau…. 

http://nsm05.casimages.com/img/2011/07/09/110709022538390118445310.jpg………http://nsm05.casimages.com/img/2011/07/09/110709022536390118445309.jpg

—–
5) Une évaluation complexe

La mesure de l’efficacité de la vidéosurveillance dans les espaces publics est rendue complexe par la pluralité des facteurs susceptibles d’expliquer une hausse ou une baisse de la délinquance.

Elle ne peut être fondée sur la seule évolution du nombre de crimes et délits commis dans les zones placées sous le contrôle des caméras. Elle doit prendre en compte d’autres éléments, par exemple, les variations des effectifs de police, de leurs modes d’intervention, un meilleur éclairage public ou un possible déport de la délinquance vers d’autres zones.

[...]

Très peu de communes ou intercommunalité ont mis en place un dispositif permanent d’évaluation de l’efficacité de leur système de vidéosurveillance.

Comment est évaluée à Montereau « l’efficacité » du système ? 
——

Je vous le disais… Accablant, non ?

Vous l’aurez compris, les questions posées aujourd’hui ne trouveront sans doute pas de réponse locale…

En tout cas, au risque de me répéter, Yves Jégo montre encore une fois son sens du timing : sept nouvelles caméras sont votées alors que deux jours après sort cet implacable et beau rapport…

———————————-

123456...18

PARTI SOCIALISTE |
Le blog du Parti communiste... |
ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pnogues
| Sarkozy président
| Sondages, non merci !