Archives pour la catégorie Chiffres et nombres

La théorie de l’évaluation

Dans son N° 30 en date du 6 au 12 avril 2006, le magazine économique « Challenges » se proposait de se pencher sur la gestion des villes de plus de 10 000 habitants.

Pour ce faire, la rédaction du journal s’est adressée à l’agence de notation indépendante PES (Public Evaluation System), qui a passé au crible les budgets de ces communes, et ce, pour l’exercice 2004. (Le décalage s’explique par la collecte des données numériques auprès du Ministère de l’intérieur et des finances.)

pes.bmp

—–

Cette agence a une charte éthique on ne peut plus explicite :

chartethique.bmp

—–
Cinq critères objectifs étaient pris en compte :

* La rigidité financière (ratio charges courantes/recettes réelles de fonctionnement)

* Le service de la dette (mesurée en raprochant l’annuité des recettes réelles)

* La solvabilité, (Calculée en rapportant l’encours de la dette aux recettes réelles de fonctionnement.)

* La réalisation budgétaire (Niveau d’exécution par rapport aux réalisations)

* La fiscalité (Variation des taux d’imposition directs)

Les notations proposées étaient les suivantes :

lgende1.bmp

lgende2.bmp

 

Et voici donc la notation de Montereau-Fault-Yonne :

eval20061.bmp

 

Le constat est éloquent : pour cette agence indépendante, la gestion de la commune évolue d’une façon négative, et donc son porte-parole-député-maire-ump ne peut que mieux faire…

Mais, bien entendu, j’ai voulu savoir si l’organisme avait poursuivi son observation l’année suivante, en 2007… J’ai trouvé la réponse sur le site de l’agence :

http://www.public-evaluation.com/index.htm

Cette année, les mêmes critères ont été retenus, même si l’échelle de notation et les graphismes ont changé :

evaluationpe.bmp

Voici l’évaluation de Montereau-Fault-Yonne :

evaluationmontereau.bmp

A Montereau, la gestion budgétaire 2005 n’obtient pas la moyenne…

Pour rester dans ce caractère impartial et objectif de l’évaluation, je n’ajouterai aucun commentaire.

——————————————————————————————————

Prise de dette !

Aujourd’hui, j’ai eu envie de m’intéresser un peu aux chiffres, ces chiffres qui, bien que n’étant pas un économiste, me parlent quand même un peu et m’évoquent assez clairement une certaine situation financière locale.

Je me suis penché sur l’évolution de l’encours de la dette municipale, dette municipale énoncée par habitant et comparée à la moyenne de la « strate », c’est à dire les habitants des communes de 10 000 à 20 000 hab. appartenant à un groupement fiscalisé.

Je m’empresse de préciser que les données numériques qui vont suivre sont issues du ministère de l’économie, des finances et de l’emploi.

Voici donc la situation en 2001 :

2001.bmp

Grâce à la moindre honnête calculette, il est assez aisé de constater que la dette se monte à 22 934 000 euros, et que l’écart entre le montant par habitant et la moyenne de la strate est de 1281 – 951 = 330 euros.

Voyons maintenant la situation des années suivantes :

2002.bmp

Ecart : 1258 – 938 = 320 Euros

———-

2003.bmp

Ecart : 1215 – 882 = 333 Euros

———-
2004.bmp

Ecart : 1301 – 818 = 483 Euros

———-

2005.bmp

Ecart : 1361 – 797 = 564 Euros

———-

2006.bmp

Ecart : 1427 – 807 = 620 Euros

———-

Force est de constater que de 330 euros en 2001, cet écart entre la dette par Monterelais et l’habitant moyen d’une commune de 10000 à 20000 âmes est passé à 620 euros.

Et comme un petit graphique vaut mieux qu’un long discours :

evolution.bmp

Et puis, bien entendu, quelques questions :

Etait-il nécessaire d’augmenter la dette monterelaise de 11,38 % en quelques années ?

Comment les Monterelais devront-ils rembourser cette dette ?

Quand la rembourseront-ils ?

Ne risquons-nous pas d’avoir quelques « petites surprises » après les prochaines élections municipales ?

La politique du trompe-l’oeil, dans tous les sens du terme, ne devrait-elle pas s’arrêter une bonne fois pour toutes ?

——————————————————————————————————-

 

Classe pas économique

Aujourd’hui, c’est Bécassine qui nous livre une analyse sur le manque de volonté économique dans les différentes politiques de rénovation urbaine.

Une analyse basée sur une étude de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Essonne, mais qui pourrait très bien s’appliquer à Montereau…
—————————————-

Nos politiques, relayés par certains médias, offrent souvent une image misérabiliste des quartiers. Rideaux des commerces baissés, les quartiers sensibles offrent souvent l’image d’un désert économique, avec une population passive qui ne fait qu’une seule chose : subir un taux de chômage, ou tendre la main pour qu’on lui fasse l’aumône d’une allocation ou d’un travail.

Une image que vient de contredire complètement une étude de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Essonne.

La CCI a mené une enquête dans les zones sensibles de 5 villes d’Essonne à Massy, Corbeil, Evry, Grigny et Etampes, auprès des habitants et des associations.

Résultat : dans ces quartiers, l’envie d’entreprendre souffle deux fois plus fort qu’ailleurs !

Un habitant sur quatre veut monter sa boîte ou créer son activité. C’est énorme : en France, on estime que c’est une personne sur dix qui souhaite un jour monter son entreprise !

La CCI a d’ailleurs fait d’autres découvertes en interrogeant l’ADIE. L’ADIE, c’est l’Association pour le Droit à l’Initiative Econnomique, une association qui prête des petites sommes aux gens qui veulent créer leur activité et qui les aide à monter leur entreprise. Elle a découvert qu’en fait, dans 40 % des cas, l’intervention de cette association consiste surtout à régulariser des « bizness », des entreprises illégales qui travaillent au noir.

Bien avant d’avoir des aides, d’avoir une existence légale, un certain nombre de créateurs d’entreprise dans les quartiers ont déja monté leur activité, dans le transport, dans le commerce de vêtements, ou dans l’alimentaire. Ils ont déjà des clients, des fournisseurs. Mais ils ne se sont jamais enregistrés au greffe du tribunal de commerce !

La raison principale, c’est le déficit d’information, qui les prive des conseils, des aides, de l’expertise et des financements auquels ils pourraient prétendre ! Et donc ils se débrouillent !

La CCI de l’Essonne va recruter des animateurs spécifiques qui vont être chargés de faire de lien entre les différents organismes d’aide à la création d’entreprises et les porteurs de projets. L’objectif c’est vraiment de leur donner accès à l’argent mais aussi aux compétences.

La CCI regrette d’ailleurs que le volet économique soit le grand oublié des programmes de rénovations urbaines. On s’occupe du béton mais pas d’aider la population à créer, à travailler et consommer sur place, regrette la Chambre de Commerce.

Pourquoi cette lacune de taille ? Parce qu’on ne demande pas aux gens leur avis. Et parce qu’il n’y a pas dans les mairies et dans les organismes d’Etat qui pilotent ces opérations, des gens compétents dans le domaine ! Dommage !

Le commerce et l’activité économique sont pourtant un facteur éminent de cohésion sociale…

———————————————————————————————————-

And the winner is…

Et voici les résultats à Montereau

rsultats2metour2002montereau1.jpg

Encore et toujours beaucoup d’abstention… Plus de 42 %

Il semblerait que beaucoup de Survillois n’aient pas voulu voter pour quelqu’un qu’ils ne connaissaient pas…

——————–

Et le verdict vient de tomber :

Notre député-maire-ump le reste, tout au moins pour ce soir, en étant réélu avec 63,47 % contre 36,53 % pour M. Naïr. (Chiffres du Ministère de l’Intérieur)

rsultsmontereau.jpg

Encore une fois, c’est une victoire. C’est sûr.

Mais une victoire qui dépend d’une défaite civique. Comme l’a calculé Jean-Louis dans son commentaire, notre député-maire-ump le reste avec les voix de 35% des électeurs inscrits.

C’est ainsi.

——————————————————————————————————-

 

Y’a encore du boulot !

Les résultats à Montereau, puis les résultats de la circonscription :

Montereau :
rsultatsmontereau.jpg

 

Beaucoup d’abstention… (43,95 %)
Surville ne s’est pas autant mobilisé que pour les présidentielles…

C’est dommage, mais il faudra se remobiliser et continuer la lutte au second tour…

En effet, notre député-maire-ump frôle les 50 % sur toute la circonscription (49,65 %)

Et c’est bien Sami NAIR, qui, avec 13,14 %, (gauche divisée oblige), affrontera le candidat de l’UMP.

Et voici les résultats définitifs de la circonscription :

rsultatscirco.jpg
Le chiffre à retenir, c’est bien entendu le taux d’abstention : 40,66 % ! (C’est plus que la moyenne nationale !)

Ceci est une tendance générale : les cités n’ont pas voté, ce n’est pas seulement propre à notre ville haute….

Je le répète : la clef du succès réside donc dans la capacité à mobiliser les troupes ayant voté Ségolène ROYAL !
A suivre !

 

—————————————————————————————————-

 

 

 

 

 

 

Décréter les stats d’urgence !

Avec maintenant le recul nécessaire, les sociologues et les chercheurs du CEVIPOF, le Centre d’Etudes de la Vie Politique Française, peuvent analyser finement les résultats des votes franciliens, au cours de la dernière élection présidentielle, et en tirer des conclusions assez intéressantes.

Mais jugez plutôt, grâce à cette synthèse parue ces jours-ci.

———-
En banlieue, le vote Sarkozy a culminé dans les zones résidentielles et péri-urbaines en récupérant le vote Le Pen tandis que Ségolène Royal est arrivée en tête dans les cités, bénéficiant du regain de civisme des jeunes et d’un bon report des voix Bayrou.

En Ile-de-France, même si le score du candidat UMP est moindre que nationalement (52,49% contre 53,06), 6 départements sur 8 lui ont été acquis, dont certains avec de très forts pourcentages de voix. Ainsi dans les Yvelines (58,71% des voix) et les Hauts-de-Seine (55,65% des voix) où se concentrent les banlieues les plus riches de France mais aussi dans le département semi-rural de Seine-et-Marne (56,25%). Seuls la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne ont été remportés par la candidate socialiste avec respectivement 56,54 et 50,20% des voix. Pour le démographe Hervé Le Bras, Nicolas Sarkozy a engrangé des gains de voix substantiels au second tour dans la grande couronne – les Yvelines, l’Essonne et le Val-d’Oise – mais surtout dans les zones péri-urbaines de Seine-et-Marne et des départements qui jouxtent l’Ile-de-France, là où le vote Le Pen est bien implanté depuis 1995 : l’Aube (61,69%), la Marne (59,20%), l’Oise (58,30%), l’Eure-et-Loir (58,16%), le Loiret (58,55%). Pour M. Le Bras, « Nicolas Sarkozy a raflé les votes de grande banlieue et du péri-urbain en général ».
Diagnostic confirmé par Bruno Rey, politologue au Cevipof qui parle d’un « dégradé » du vote Sarkozy sur l’Ile-de-France et les départements limitrophes, la zone claire étant Paris où Ségolène Royal a réalisé des scores très hauts dans plusieurs arrondissements, les zones foncées, où Nicolas Sarkozy l’a largement emporté, se situant à la périphérie, « la Seine-et-Marne constituant la jonction ».
La candidate socialiste, souligne par ailleurs Bruno Rey, a obtenu de très bons résultats dans les anciennes banlieues rouges. Ainsi en Seine-Saint-Denis où Ségolène Royal a réalisé 67,9% à Saint-Denis, 67,7% à Montreuil et 54,5% à Aulnay-sous-Bois pourtant acquise à l’UMP. Le report des voix communistes a pleinement joué pour expliquer les scores de la candidate socialiste à plus de 65% dans les villes PCF de Bobigny, Villetaneuse, Saint-Ouen, où Ivry-sur-Seine.
La candidate socialiste a aussi obtenu plus de 55% des suffrages dans les villes à quartiers populaires (Evry, Massy, Grigny en Essonne) y compris dans celles dirigées par un maire de droite (Courcouronnes, Corbeil-Essonnes).
Il semble par ailleurs que Ségolène Royal, en banlieue, ait bénéficié d’un bon report des voix Bayrou, notamment dans le Val-de-Marne et à Drancy (Seine-Saint-Denis) dont le maire Jean-Christophe Lagarde (UDF) est le porte-parole de François Bayrou et où elle devance de cinq points son adversaire (52,53% contre 47,47%).
Pour Vincent Tibéri, également du Cevipof, le « regain civique » que l’on a pu observer dès le premier tour avec, par exemple, une participation en hausse de plus de 30% à Clichy-sous-Bois, « a joué en faveur de la candidate de gauche ».

« Si cet électorat continue à se mobiliser, ajoute-t-il, cela risque de changer la donne dans la couronne parisienne pour les législatives et il y a des chances pour que la représentation politique de la périphérie parisienne ne soit plus la même« .

——————

Et moi, qui ne travaille pas au CEVIPOF, je m’en vais ajouter à cette dernière phrase : « Mais c’est que j’y compte bien ! »

—————————————————————————————————–

En avoir par-dessus la dette !

Aujourd’hui, premier mai, je vais faire court, fête du travail oblige !

Pour rester « raccord » avec le papier d’hier, je me suis procuré les chiffres concernant l’évolution de la dette de notre Communauté de Communes des Deux Fleuves, présidée comme vous le savez par notre député-maire-ump.

detteforges1.jpg

Comme vous pouvez le constater, du 1/1/2003 au 31/12/2006 (même si cette dernière donnée numérique est simulée), la dette a augmenté de 75,34 % en quatre ans.
Que du bonheur, vous dis-je !

Et à propos de bonheur, permettez-moi, de………

muguet.jpg

C’est pour vous, et pour toute l’année. (Si, si….)
A demain !

________________________________________________________________________

Laissez parler les p’tits papiers…

Sans doute piqué au vif par ma proposition de publier les chiffres du chômage à Montereau, notre député-maire-ump a utilisé une méthode des plus curieuses pour faire connaître à ses ouailles les données numériques lui paraissant accréditer sa thèse d’une hypothétique embellie économique locale.

En effet, dans le dernier 7/7 en date, (du 11 au 18 avril), était inséré un fascicule en papier glacé, dont on aurait pu croire au premier abord qu’il avait été édité et imprimé par la Direction de la Communication de l’ANPE, alors que son tirage a été en réalité financé par les impôts locaux des Monterelais.

__________

anperecto.jpg

__________

anpeverso.jpg

__________

anpedircom.gif

__________

Si j’écris « on aurait pu croire », c’est que contactée notamment par M. Léo AIELLO, Conseiller général, la Direction générale de l’ANPE, à Noisy-le-Grand, s’est étonnée (et c’est un doux euphémisme…) de la méthode utilisée par notre édile.

Certes, il est d’usage que l’ANPE communique aux élus des villes de plus de 3500 habitants un document apportant des indications chiffrées relatives à l’emploi.

Mais en aucun cas, la publication brute de ces données (et surtout avec le logo officiel) n’est envisagée, les statisticiens de l’agence se méfiant bien des utilisations pour le moins partiales et orientées qu’on pourrait tirer de leurs travaux.

Et c’est bien là tout le problème.

Dans ce fascicule, manquent plusieurs indicateurs pourtant essentiels :

Pourquoi ne trouve-t-on pas dans ce document le nombre de Rmistes à Montereau et dans la région ?
(Pour info, M. AIELLO en charge de ce dossier m’a confirmé deux chiffres Seine-et-marnais :
2002 : 12000 Rmistes
2006 : 16000 Rmistes.
La hausse suit bien évidemment cette tendance à Montereau : 582 à Montereau, 1100 dans le canton.)

Pourquoi ne trouve-t-on pas dans ce document le nombre de radiés de l’agence locale sur cette même période ?

Pourquoi ne trouve-t-on pas dans ce document le nombre de Monterelais qui ont dû quitter la ville et le canton ?
(Le nombre d’habitants ayant baissé, le taux de demandeurs d’emploi ne peut que suivre cette tendance…)

Et enfin et surtout, pourquoi ne trouve-t-on pas dans ce document le taux de chômage à Montereau ?

Comment dans ces conditions accorder un quelconque crédit à la publication brute de chiffres destinée à médiatiser un beau mais partial – 4 % en matière d’évolution du nombre de demandeurs d’emploi ?

M. le député-maire-ump, j’ai bien peur que votre tentative de communication n’ait encore une fois fait long feu…

_______________________________________________________________________

Veuillez décliner votre nombre !

Dans le papier en date du 9 mars dernier, j’avais proposé à notre député-maire-ump de nous clarifier et nous détailler sa baisse annoncée de 20% du chômage dans notre canton. (Baisse passée finalement à 17,6 % depuis hier).

J’ai eu beau scruter les commentaires de ce blog, l’édition du 7/7, la République ou le Parisien, point d’éclaircissement sur ce beau – 20% ou ce un peu moins beau et très récent – 17,6 %.

Comme c’est dommage !

Dans le même temps, j’ai demandé à Monsieur René NOIRAULT, grande figure du syndicalisme de notre région et homme d’une intégrité totale reconnue par tous, de me communiquer les éléments qu’il avait en sa possession concernant l’emploi dans notre région.
Qu’il soit ici une nouvelle fois remercié. (Et imité !…)

1992 : Montereau compte 18664 habitants, 8000 actifs et 1440 chômeurs.

1994 : 18000 habitants et 1638 chômeurs (924 hommes et 714 femmes)

1996 : 1464 chômeurs dans notre cité, mais le nombre d’habitants baisse en proportion.
Il faut se souvenir qu’en dix ans, la population monterelaise passera de moins de 20000 habitants à 17000. (Montereau n’a jamais atteint 20000 habitants, ce qui aurait fait passer la dotation/Etat dans la tranche supérieure…)

1998 : Population : 17585 habitants.

1999 : 1300 chômeurs sont annoncés par les organismes officiels, dont 441 jeunes chômeurs (16/25 ans)

2004 : Les mêmes organismes comptabilisent désormais les résultats du canton : 3072 demandeurs d’emploi sont recensés, dont 1960 à Montereau même.

2005 : 2875 chômeurs, avant la fermeture de Kuhn-Nodet.

Rappelons que la communauté de communes compte environ 35000 habitants, avec 67 entreprises de plus de 10 salariés.

Enfin, concernant le nombre de Rmistes, en 1995, ils étaient environ 500, et en 2005, le nombre de 1100 était annoncé, c’est à dire plus du double. (582 à Montereau même.)

On le voit, la situation n’est pas fameuse, et ceci est un doux euphémisme !

Notre député-maire-ump est devenu le premier magistrat de la ville en 1995.
Il faut savoir qu’en 2004/2005, nous détenions le triste record du plus fort taux de chômage de Seine-et-Marne.

Je renouvelle donc ma proposition à notre édile : pourquoi ne pas publier les chiffres régionaux officiels, issus des organismes concernés, et aux normes du Bureau International du Travail ?

Peut-être arriverais-je ainsi à comprendre cette supposée baisse de 20% passée hier dans le 7/7 à 17,6 %.
Pour l’instant, désolé, mais je n’y parviens pas, notre député-maire-ump se gardant bien d’avancer de quelconques chiffres concernant le nombre d’emplois créés, le nombre d’entreprises créées, le nombre d’installations d’entreprises et le nombre de chômeurs radiés des listes dans notre canton.

____________________________________________________________________________________

Précarité tangible…

Je voudrais vous livrer aujourd’hui quelques chiffres très récents issus d’un grand institut de statistiques.

Précarité tangible... dans Chiffres et nombres e8sfr4zgnt

RMI : revenu minimum d’insertion.
API : allocation pour personnes isolées.
RUC : revenu par unité de consommation :
(revenus bruts du foyer/12)+montant des prestations mensuelles.
AAH : allocation Adultes handicapés.

Comme on le voit, ces données révèlent un grand malaise et traduisent concrètement des situations difficiles et précaires.

L’isolement est bien palpable :
A Montereau, nous avons 13,5% de personnes isolées de plus que la moyenne seine-et-marnaise.
18,3 % des familles sont monoparentales.

Il faut rappeler bien évidemment le nombre important de RMIstes.

Mais ce qui moi me stupéfie, ce sont les 1581 monterelais vivant sous le seuil de bas revenu.
A Montereau, près d’un habitant sur dix vit sous le seuil de pauvreté !

L’une des clefs du problème, c’est bien sûr le manque d’emplois dans la région.
Je vous invite à vous reporter aux articles précédents de ce blog, articles apportant quelques éléments de réponse quant à la raison du peu d’empressement des entreprises à venir s’installer à Montereau.

S’il est bien évident qu’il est important de vivre dans de beaux immeubles, dans de belles rues, avec de belles fresques et de belles peintures, je suis tout à fait d’accord avec ce Survillois de longue date, qui me déclarait récemment : « Des pauvres dans de beaux logements, ce sont toujours des pauvres. »

_____________________________________________________________________

1...678910

PARTI SOCIALISTE |
Le blog du Parti communiste... |
ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pnogues
| Sarkozy président
| Sondages, non merci !