Rénover la rénovation urbaine ?

Il se trouve que la semaine dernière, j’ai eu à me rendre dans la tour des Grès, à Montereau-Surville, pour des raisons purement professionnelles que je ne développerai bien évidemment pas.

Rénover la rénovation urbaine ? dans Ca ne va plus ! 1301291143353901110810854

1301291143353901110810855 dans Vie locale

®Google Earth + magnifique infographie Y. POEY ©

——

En allant prendre l’ascenseur, je suis tombé sur cette petite affichette apposée par l’OPHLM Confluence-Habitat.

Je vous laisse en prendre connaissance :

1301280712253901110809078

——

On comprend donc l’enjeu et la problématique.

Les locataires ont vu leur façade rénovée, et on leur a posé des volets à la fois roulants et électriques.

Mais voici donc comment on leur a « rénové » l’intérieur, en matière d’alimentation de ces équipements.

Deux solutions se présentent :

1301280712253901110809079

———-

Voici la solution qui n’est pas « acceptable » aux yeux de l’Office et qui est susceptible de faire intervenir la société sus-nommée :

1301280712253901110809081

—–

Et voici la solution qui correspond à une situation « normale » pour l’OPHLM :

1301280712263901110809082

—–

Je vous jure que je n’invente rien.

Ce genre de fil visible chez soi, ce trou à gauche, ce câble dénudé, tout ça, c’est normal…

Tout ça, c’est de la rénovation urbaine.

Tout ça, c’est rénové.

A l’extérieur, les façades sont flambant neuves, mais à l’intérieur, c’est une autre paire de manches :

CONF

——-

Mais il y a autre chose.

J’ai titré ce papier « rénover la rénovation ».

A Montereau, on est obligé de faire passer une deuxième société pour réparer ce qu’a fait une première entreprise avec des crédits ANRU, l’Agence Nationale de Rénovation Urbaine.

Je trouve ceci pour le moins étrange : est-ce que les services techniques de Confluence-Habitat n’auraient pas pu refaire faire les travaux tout de suite, et ne pas les accepter de la part de la première société ?

Et encore : je gage que ceci est à la suite de plaintes de locataires qui ne supportent pas à juste titre ces fils et ces trous apparents chez eux !

Que de zones d’ombre, dans cette rénovation urbaine monterelaise ! 

——————————

 

Derniers commentaires

Articles récents

Petite revue de presse…

Je vous propose aujourd’hui une petite revue de presse consacrée à quelques événements plus ou moins locaux survenus ces jours derniers…

Tout d’abord, cet article de la République de Seine-et-Marne datée d’hier dans son édition N° 5761.

On peut y lire la réaction de notre Député-Maire-ex-RPR-DLR-UMP-PR-ARES-Maintenant-UDI-Président-de-ci-de-ça-Avocat-346-544 concernant la décision de M. Vincent Eblé d’abandonner son poste de Président du Conseil général de Seine-et-Marne.

L’article est intitulé « les « cumulards » du 77  sont « vent debout »….

La tonalité est annoncée.

Je cite notre édilanous. Accrochez-vous :

Il dénonce ces « socialistes qui ont découvert les vertus du non-cumul des mandats alors qu’ils sont les pires cumulards« .

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais là, on est vraiment dans le degré zéro de la politique politicienne.

Nous sommes encore et toujours dans le même registre jégoïste de l’« hôpital qui se moque (et je suis poli) de la charité« , et surtout dans le thème « c’est pas moi, ce sont les autres », argument que l’on peut entendre dans les cours de récréation dès la maternelle.

C’est vrai que lorsqu’on a été en même temps Maire, Député, Conseiller régional, Président de Communauté de Communes, on peut donner des leçons aux autres…

Je vous rappelle ma vision personnelle du cumul des mandats de not’ bon maire :

Jégo

——-

La deuxième partie de ma petite revue de presse concerne bien évidemment l’annonce du shadow-cabinet borlooïste, le contre-gouvernement.

Hier, dans un commentaire bien senti, Bob nous disait « Ca fait peur !« .

A juste titre.

C’est le JDD qui a été le premier à annoncer la nouvelle :

Capture

http://www.lejdd.fr/Politique/Depeches/Borloo-reunit-son-contre-gouvernement-588274 

Ca y est : notre bon maire est contre-premier-ministre…

C’est fait.

Yves Jégo, « Premier ministre »

Rama Yade, Education nationale

Jean-Christophe Lagarde, Affaires étrangères

Nassimah Dindar, Affaires sociales

Chantal Jouanno, Environnement

On parle même de Tapie aux finances.

Avouez que ça donne envie, non ?

En même temps, si notre édilanous est aussi contre-sollicité en tant que contre-premier ministre que M. Fillon fut sollicité comme premier ministre, la tâche ne sera guère ardue et lui laissera tout plein de temps…

On l’aura compris, nous sommes-là dans le registre de l’occupation de l’espace médiatique, qui aurait d’ailleurs tendance à fonctionner, puisque j’en parle un peu ce matin…

Comment faire pour exister ?

Comment faire pour faire parler de soi ?

La communication en remplacement des idées, vous dis-je !

Nous sommes évidemment habitués, nous autres, à Montereau !

Hélas !

——–

Je terminerai pour aujourd’hui avec un papier de Ellen Salvi, journaliste à Médiapart, consacré à un ex-collègue UMPien de notre DM-etc-etc, je veux bien entendu parler de Christian Estrosi.

Le « motodidacte » est en effet visé par une plainte pour « détournement de biens publics » à Nice.

Ah ! Nice… Que de souvenirs… 

ESTROSI

Passation de pouvoirs à l’hôtel de Montmorin, rue Oudinot…

—————— 

L’article était ici, pour les abonnés (et je ne saurais trop vous conseiller de faire vous aussi la démarche d’abonnement…).

Capture

http://www.mediapart.fr/journal/france/210113/estrosi-vise-par-une-plainte-pour-detournement-de-biens-publics

Si je vous parle de ce papier, c’est que j’ai réussi à en être le deuxième commentateur le plus recommandé par les internautes abonnés, et ce, avec seulement sept mots…

Je n’en suis pas peu fier !

Petite revue de presse... dans Vie locale 1301220840533901110789219

——

A demain.

Nous reviendrons à des choses beaucoup plus locales.

Nous reparlerons une nouvelle fois de la rénovation urbaine à Montereau….

—————————————————

 


Exemple à suivre !

Ainsi donc, samedi dernier, Vincent Eblé, Sénateur et Président du Conseil général de Seine-et-Marne présentait comme c’est la tradition, ses voeux aux personnalités du département, à Brie-Comte-Robert.

CaptureIl avait également la veille souhaité la bonne année au personnel du CG 77.

Bien entendu, et je vous avais livré le scoop dès vendredi soir, M. Eblé a annoncé sa décision d’abandonner la présidence de Conseil général, s’auto-appliquant le principe du non-cumul des mandats.

J’ai voulu revenir aujourd’hui sur cette initiative remarquable.

J’emploie sciemment le terme « initiative », puisque rien n’est encore calé d’un point de vue législatif.

Voici donc la fin du discours de Vincent Eblé, dans lequel il annonce sa décision.

 

———————————–

Je ne veux pas conclure ces propos sans vous livrer quelques mots plus personnels.

Comme beaucoup d’entre vous le savent, le Président de la République a confirmé il y a quelques jours son intention de soumettre prochainement au Parlement un projet de loi qui viendra limiter de façon plus stricte les possibilités de cumul d’un mandat de parlementaire et d’un mandat exécutif local.

Parce qu’en tant que Sénateur de Seine-et-Marne depuis quinze mois, je mesure le poids des responsabilités et la charge de travail que représente l’exercice simultané de deux fonctions aussi importantes, je réfléchis aujourd’hui aux conséquences de cette réforme politique pour ce qui me concerne personnellement.

Rien n’est encore arrêté, ni le cadre légal, ni la procédure que nous retiendrons, ni le calendrier.

Mais mon choix personnel est désormais certain que d’ici quelques mois je quitterai la présidence du Conseil général.

Je suis venu à cette décision pour plusieurs motifs.

Parce que je crois juste de faire évoluer la France sur cette question du cumul des mandats pour laquelle sa spécificité en Europe est flagrante, également parce que le collectif que nous représentons dispose de formidables ressources humaines et que le travail politique que nous accomplissons pour la Seine-et-Marne n’est pas un travail solitaire et personnel.

Donc au-delà du changement, rien ne doit s’interrompre tout doit se poursuivre.

Pour autant, je demeurerai Conseiller général pleinement investi auprès de mes collègues et je continuerai à défendre avec vous les intérêts de la Seine-et-Marne et des Seine-et-Marnais.

La tâche d’acteur national du redressement et du changement est une tâche lourde mais exaltante, n’est-ce pas Nicole ?

[NDLR : Vincent Eblé s’adressait à Nicole Bricq, bien entendu.]

Certes, il y a des impatiences. Bien sûr, il y a de l’inquiétude. La crise est là. Le chômage augmente depuis 19 mois. La tâche est immense, elle est complexe. Elle requiert une mobilisation à toute épreuve.

Face à l’intensité de cette crise, nos concitoyens peuvent être gagnés par le doute. Mais comme disait Jaurès « C’est à nous de fatiguer le doute du peuple par la persévérance de notre dévouement ».

Cette persévérance, pour ce qui me concerne, je vous la garantis.

Enfin, merci à vous toutes et à vous tous. Vous méritez tous nos remerciements et nos encouragements pour l’investissement dont vous faites preuve, à un titre ou à un autre, pour notre beau département.

Gardons intacte cette passion pour la Seine-et-Marne et cet esprit collectif. Et ainsi nous relèverons tous les défis de cette nouvelle année, et des suivantes.

Merci à vous et encore une fois bonne et heureuse année 2013 !

————–

Bien entendu, et je développe ce que j’écrivais en une ligne vendredi soir, il serait bon que cet exemple ne fût pas isolé !

Notre Député-Maire-ex-RPR-DLR-UMP-PR-ARES-Maintenant-UDI-Président-de-ci-de-ça-Avocat-346-544, en champion de ce néfaste cumul des mandats, devrait en prendre de la graine, si vous me passez l’expression.

D’autant que l’exemple de Vincent Eblé devrait le séduire, ne serait-ce qu’au motif que l’aïeul de M. Eblé n’était pas totalement inconnu.

Portrait par Jean-Baptiste Paulin Guérin (1783-1855).

—–

En effet, notre président du Conseil général descend en droite ligne du célèbre général Jean-Baptiste Eblé, qui termina sa carrière militaire comme commandant en chef de l’artillerie de la Grande Armée, brièvement, certes, puisqu’il décèdera le 31 décembre 1812, à Königsberg, treize jours seulement après avoir succédé à ce poste au Général Lariboisière, lui aussi mort au combat.

Wiki

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Baptiste_Ebl%C3%A9

Nul doute qu’avec cette connotation napoléonienne, notre édilanous sera encore un peu plus interpellé par cette volonté de tordre le coup à cette calamité de notre Vème république qu’est le cumul des mandats.

Alors bien entendu, se pose alors une question importante : qui succédera à Vincent Eblé la tête du Conseil général de Seine-et-Marne ?

Il est encore trop tôt pour avoir une réponse définitive.

Je vais néanmoins me permettre un souhait.

J’aimerais bien quant à moi que notre département soit piloté par une femme pour qui j’ai un vrai respect :

Richard Marie

Mme Marie Richard.

http://www.seine-et-marne.fr/export/print/canton-de-la-ferte-sous-jouarre

A suivre !

————————

 

 

 


Redde Yvus qui sunt Yvii

Avant-Post

.

Je vous livre un tweet important reçu hier en soirée sur ma time-line :

http://nsm08.casimages.com/img/2013/01/26/1301260116283901110799031.png

Eblé Vincent

Ainsi donc, Vincent Eblé abandonnerait son poste de président du Conseil général de Seine-et-Marne.

S’auto-appliquant à juste titre le principe du non-cumul, M. Eblé se consacrerait ainsi à terme à son mandat de sénateur.

Un exemple à suivre ! Suivez mon regard !

———————-

Redde Yvus qui sunt Yvii

.

Sans aucun doute vous souvenez-vous de cette mienne photo qui s’était retrouvée bizarrement et surtout sans mon autorisation, sans mon avis, sans la mention de sa provenance, sur le très jégoïste magazine Confluences N°19 daté du mois de janvier 2013 :

LOGO

http://yvespoey.unblog.fr/2013/01/15/cest-la-gloire/

1301140929373901110759564

——

Je viens de recevoir cette très municipale et très recommandée missive, en guise d’explication.

Redde Yvus qui sunt Yvii dans Sur le vif... 1301250957543901110796387

——-

La publication des métadonnées EXIF authentifiaient sans conteste ma photographie.

J’ai l’air d’être un peu à cheval sur les principes, mais il se trouve que je suis membre de la SCAM, la Société Civile des Auteurs Multimedia.

1301250957553901110796388 dans Sur le vif...

——

A la SCAM, on aime bien rendre à César, y compris juridiquement, ce qui lui appartient !

1301251138153901110796676

http://www.scam.fr/fr/Accueil.aspx 

 

1301251138153901110796675

——— 

(Avant de vous quitter, je voudrais adresser un message personnel à Toutenpoil qui se reconnaîtra sans peine : la SCAM n’a absolument rien à voir avec la SCEP, dirigée par le célèbre Lucien Bramard en mission pour le Président Coty !)

Bon week-end, à lundi !

—————————————————————–


L’Aïd el Kébir avec un peu d’avance ?

La semaine dernière, je vous avais remis en mémoire l’existence de Monsieur MOUTON, qui fut Conseiller spécial de notre Député-Maire-ex-RPR-DLR-PR-ARES-UMP-Maintenant-UDI-Président-de-ci-de-ça-Avocat-346-544, alors que ce dernier était Secrétaire d’Etat à l’Outre-Mer.

C’était ici :

L'Aïd el Kébir avec un peu d'avance ? dans Vie locale 120220100339390119462406

http://yvespoey.unblog.fr/2013/01/18/plus-quun-parcours-une-destinee-oui/

Plus qu'un parcours ! Une destinée, oui !  dans Vie locale 1301170938173901110768626

—–

Vous vous souvenez donc de cette info dévoilée dans le Canard Enchaîné de la semaine dernière.

Canard

M. MOUTON, qui conseilla spécialement notre édilanous, fut responsable des jeunes UMP du VIIème arrondissement de Paris, il soutint Mme DATI, il se présenta lui-même sous l’étiquette sarkozyste dans le XXème arrondissement parisien, M. MOUTON travailla également pour l’agence Bygmalion qui conseillait M. COPE.

M. MOUTON, bien que d’âme droitiste, fut malgré tout récemment embauché par Mme BENGUIGUI, ci-devant Ministre de la francophonie de notre actuel gouvernement.

Je vous avais narré toute cette merveilleuse et très cohérente destinée.

Le Canard Enchaîné de cette semaine est revenu sur cette belle et curieuse nomination.

Figurez-vous que la parution de cette info dans le Volatile a réveillé M. Christophe CHANTEPY, le directeur de cabinet de Jean-Marc AYRAULT, notre premier Ministre.

M. CHANTEPY a aussitôt bloqué la nomination de M. MOUTON, qui devra aller ailleurs exercer ses talents de Conseiller spécial.

Et toc !

Cette affaire m’a rappelé une excellente histoire drôle marocaine, qui me fut racontée voici quelques années par Majida, une élève du CM2.

Une élève brillante, intelligente, travailleuse et dotée d’un sens humoristique affirmé.

« M’sieur, est-ce que je peux vous raconter une histoire marocaine ?« 

Je ne me fis pas prier.

Voici donc l’histoire de Majida.

—–

Un pauvre paysan marocain, dans la banlieue de Berrechid, (برشيد),  possédait un mouton qui donnait son avis sur tout et sur rien, ainsi qu’un très très très vieux cheval qui refusait de se lever, près de la fin qu’il était…

1301240832403901110793157 dans Vie locale . 1301240832403901110793156

Les protagonistes de l’histoire.

——-

Vous ai-je précisé que les animaux, en ce temps-là, étaient doués de parole ?

Oui, ils étaient assurément doués de parole !

Désespéré par l’état de son cheval, le paysan marocain décida de monter à la ville afin d’aller chercher le vétérinaire.

Celui-ci, en voyant la vieille rosse, tint à peu près ce langage au paysan :

« Vous savez, si dans trois jours, ce cheval n’a pas réussi à se lever, il faudra l’abattre !« 

Mais ne voilà-t-il pas que le mouton avait tout entendu.

Comme il s’était pris de l’étrange manie de vouloir conseiller tout le monde, il s’adressa au cheval :

« Cheval, cheval, mon ami, si tu ne te lèves pas dans trois jours, c’est l’abattoir. Il faut absolument que tu te lèves. Vas-y, essaie !« 

Le cheval essaya, mais rien n’y fit.

Le deuxième jour arriva.

Le mouton reprit alors sa démarche en conseils plus éclairés les uns que les autres :

« Cheval, cheval, mon ami, je t’en prie, laisse-moi te conseiller, laisse-moi t’aider. Je t’en supplie, fais un effort, lève-toi, sinon, c’est l’abattoir de Berrechid !« 

Le cheval ré-essaya. Peine perdue !

Le troisième jour arriva.

« Cheval, cheval, cheval mon ami, mon frère, mon compagnon, je t’en prie, je t’implore, je t’en supplie : lève-toi, car sinon, ce soir, ce soir ce sera l’équarrissage. Laisse-moi t’aider, laisse moi t’épauler, laisse-moi te conseiller spécialement, moi qui ne vis que pour ça ! LEVE-TOI ET MARCHE ! « 

Au prix d’une volonté incroyable, au prix d’efforts sur-équins, le vieux cheval, lentement mais sûrement, parvint difficilement à se lever, on l’aura compris efficacement conseillé qu’il était par le mouton.

C’est alors que le paysan marocain, voyant le cheval debout, n’en croyant presque pas ses yeux, s’écria :

« Miracle, c’est un miracle ! Allez, pour fêter ça, on va sacrifier le mouton !« 

————

Alors, n’était-ce pas le jour ou jamais de vous raconter l’histoire de Majida ?

A demain pour la rubrique « Sur le Vif » !

—————————————————-

 

 

 

Articles plus anciens

Le temps des grandes découvertes

Rideau ! Et fenêtres, aussi !

Que d’eau, que d’eau !

Monsieur « Oui-Mais »

Aux armes mitoyens ! (2)

PARTI SOCIALISTE |
Le blog du Parti communiste... |
ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pnogues
| Sarkozy président
| Sondages, non merci !